13 sept. 2016

Débat sur l'éducation et les agissements suspects de Nouria Benghabrit.

Rappel :
QUESTION D'ÉDUCATION ET LA MENACE DE L'ÉCOLE RÉPUBLICAINE GLORIFIÉE PAR BENGHABRIT !

L'école coranique a produit tous les érudits de l'Islam contrairement à ce que Nouria Benghabrit tente de faire croire à l'opinion. Son offensive subversive est fondée sur sa médiocre et perverse culture républicaine, laïque, bradée, et puisée de la Sorbonne et de l'UNESCO! Quand va-t-on la renvoyer à ses études illusoires sociologiques ? Quand va-t-elle reconnaitre son inaptitude à diriger ce secteur stratégique, et........ remettre son tablier ?!
----> La France a capitulé devant l'offensive des démons de la franc-maçonnerie et leur école républicaine ! Des pédagogues,historiens, hommes intègres de l'Église (pas les jésuites) avaient tiré la sonnette d'alarme, l'expérience française est suffisamment instructive  :
---> Fausse éducation nationale.
---> pdf à télécharger .


Transcription /Résumé de l 'émission d'aujourd'hui 24 Aout 2016.
Lien du document, vidéo youtube. 66>
---> https://www.youtube.com/watch?v=QVZVWJArXFg
Après intervention des membres du parlement, les matières islamiques seront obligatoires, contrairement à la manigance benghabritienne de les rendres facultatives, un pas vers leur dépréciation et suppression. Donc la vague de protestation massive des algériens jaloux de la protection de l'identité, des valeurs et constantes nationales, a battu en brèche les tentatives furtives du ministre de l'éducation de laiciser le contenu des programmes et de dévaloriser les matières de sciences islamiques.
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
- Question /journaliste :
«il est dit que Nouria Benghabrit projetait dans l'éducation ses propres convictions, personnelles, héritées son éducation et de l'école qu'elle a fréquentée. Que pensez vous de cette critique ?»
- Said Laqsour, secrétaire général de l'association des parents d'élèves :
«Ceci n'est n'est pas une opinion mais le fruit d'une analyse d'une publication où Benghabrit a participé, éditée et publié en 2001, intitulé "Où va l'Algérie ?" Noura Benghabrit y expose des questions sur l'école et la religion. Qu'est-ce qui justifie ces questions ? Pourquoi pas "l'éducation et les problèmes sociaux", ou "l'éducation et le développement économique " ?
Elle écrit que durant la période débutant en 1995, le Conseil national économique et social reconnu la justesse de l'école coloniale et son introduction dans l'enseignement de leçons de morale prêchant l'importance de la confiance mutuelle, de la parole donnée, de la liberté individuelle, de la tolérance envers autrui et du respect, d'autrui et de leurs biens. Publication de 1995, dans un contexte historique où l'Islam politique s'exprimait par la violence aveugle contre la société. Selon l'étude les valeurs morales dans l'éducation seraient les bienfaits de l'éducation coloniale, et la violence et les assassinats seraient l'héritage de l'éducation post-indépendance et de l'Islam politique. (Notez l'amalgame, l'arme de dénigrement de l'Islam, exploité par Benghabrit et ses co-éditeurs)
- Hassen Aribi :
« Les décisions de Benghabrit et son recours secret à des experts étrangers ayant séjourné en Algérie plusieurs jours à étudier, analyser et tracer les programmes de l'institution éducationnelle.
II est du devoir du gouvernement et du régime algérien en général d'examiner les conséquences de cette visite, non seulement de la part des experts pédagogique, mais les parents souhaitant à leurs enfants un développement et une éducation convenable. Ceci pour dire, avec regrets, que la ministre actuelle et ce qu'elle décide actuellement doivent être examinés attentivement et lus entre les lignes. Il n'est pas possible d'avoir confiance en elle, étant la première à enfreindre les normes raisonnables de l'éducation et a vouloir la laïciser, en imposant au peuple algérien une idéologie nocive, à laquelle elle adhère seule ! Tout ceci pour dire qu'il est déplorable, sachant que le colonialisme français n'a pas pu en 130 ans imposer son identité, ses valeurs, sa stratégie, son idéologie, qu'arrive cette dame qui s'engage effectivement à détruire l'identité du peuple par le biais de ce qu'elle appelle la reforme de 2em génération. Un grand point d'interrogation est soulevé par les agissements de cette ministre, aussi nous demandons, exigeons, sa révocation ou démission, parce qu'elle n'est pas apte à diriger l'éducation dans notre pays !
- Said Laqsour :
«Ces livres scolaires ne seront pas homologués par notre association (parents d'élèves) jusqu'à ce qu'ils soient examinés après concertation et l'avis des experts, et non pas après qu'un directeur de l'éducation ait feuilleté les pages devant vous sur ce plateau de TV. Et le problème est que le contenu des manuels étaient tenus secrets jusqu'à récemment, ceci pour ne pas permettre un examen détaillé mais seulement l'observation de photos. De toute manière, l'étape actuelle fait suite à plusieurs changements successifs allant vers une modification plus importante; aussi nous exigeons un examen global de tous les aspects de l'institution et pas seulement ses compartiments. Ceci prendra du temps et ne sera établi qu'après consultation de toutes les parties concernées ! Je répète donc que nous ne reconnaitrons pas ces manuels scolaires dits de "2em génération " dès la rentrée scolaire prochaine.
- Hassen Aribi :
«Je confirme mon accord aux déclarations de Mr Laqsour, parce que notre appréhension et notre suspicion à l'encontre de la ministre et de son équipe sont légitimes, ce qui nous pousse nous algériens responsables, militants de la société civile, politiciens, à ne pas faire confiance à cette ministre, ni à son entourage de conseillers !»

Aucun commentaire: