25 déc. 2014

HAFIZ DERRADJI (NOTEZ LE HAFIZ Egypto-Qatari) N'AIME PLUS L'ALGÉRIE, ELLE EST MÉDIOCRE, SALE, ARRIÉRÉE, SOUMISE, ET LUI EST TROP INTELLIGENT POUR ACCEPTER LES TARES ALGÉRIENNES !!





LES OPPOSANTS À BOUTEFLIKA SE DONNENT DE L'ALLURE.
UN REPORTER SPORTIF D'EL-JAZIRA (AÂCHAKOUM), CONNU POUR SES BRAIMENTS EN LIEU DE COMMENTAIRES INTELLIGENTS A DÉCOUVERT LE LANGAGE HUMAIN ET NE CONTRÔLE PLUS SON VERBE. REPUS DE DOLLARS QATARI, IL A LE TEMPS DE TENIR UNE RUBRIQUE CHEZ L'INDIGENT AGENT MÉDIATIQUE DE LA SUBVERSION TSA ET DONNE DES COURS DE ....POLITIQUE.

TOUT COMME LES CHIENS, LES CHEVAUX OU LES CHATS, IL EXISTE CHEZ LES ÂNES DES RACES BIEN DÉTERMINÉES, FRUITS DE SIÈCLES D'ADAPTATION À CERTAINS TERROIRS, MAIS SON ESPÈCE DÉFINITIVEMENT D'ORIGINE BERBÈRE NE REMPLIS AUCUN CRITÈRE DE CLASSIFICATION, AUSSI NOUS L'APPELLERONS ALGÉRO-QATARI !
L'ENTRAINEMENT N'AYANT JAMAIS TRANSFORMÉ UN ÀNE EN CHEVAL DE COURSE, NI UN STYLO, QU'IL FUT EN OR, SON PROPRIÉTAIRE EN UN ÉCRIVAIN.
SA VINDICTE CONTRE BOUTEFLIKA A PRIS UNE TOURNURE BURLESQUE, D'ABORD INEXPLICABLE PUISQU'IL NE MÉNAGE NI INSULTES, NI ACCUSATIONS DIFFAMATOIRES, ET C'EST DE L’ABRI DES STUDIOS D'EL-JAZIRA QU'IL A TOURNÉ SES BRAIMENTS CONTRE L'ALGÉRIE ! UN RECUEIL DE SES SONS.
(NOTE :L'homme a très tôt remarqué les cris particuliers poussés par l'âne, animal domestiqué depuis la plus haute antiquité. Il était d'usage de fendre une narine de l'âne pour empêcher le braiment? ceci fut partiqué durant la Première Guerre mondiale pour éviter de signaler sa présence à l'ennemi allemand.)

QUI AURAIT UN COUTEAU SVP ?
 DANS UN ARTICLE DE TSA :
 «– Je n’aime pas cette Algérie qui bâillonne la liberté d’expression pour la presse, les femmes et les hommes libres qui s’opposent au système, critiquent ses pratiques et ne tolèrent plus que l’Algérie et son président soient otages d’un groupe qui fait main basse sur tout;
– Je n’aime plus cette Algérie qui se plie devant toute personne qui descend dans la rue. Cette Algérie qui s’agenouille devant la France. On en vient même à avoir honte de lire et d’entendre ce qui circule dans les médias sur les concessions et les mépris dont elle fait face !
– Je n’aime plus cette Algérie où la justice se place en téléspectateur pour regarder défiler le long cortège des scandales de corruptions et de malversations, de Khalifa à Sonatrach en passant par ceux de l’autoroute Est-Ouest, le métro, le programme de soutien à l’agriculture et autres scandales qui nuisent à l’Algérie et à son peuple !
– Je n’aime plus cette Algérie qui n’a pas construit d’usines, de stades, d’hôpitaux et d’infrastructures touristiques et culturelles avec toutes les ressources financières engrangées pendant quinze ans. Je ne l’aime plus car les gouvernants ne possèdent ni un projet de liberté ou de démocratie, et encore moins celui d’une justice sociale.
Tout comme pour les chiens, les chevaux ou les chats, il existe chez les ânes des races bien déterminées, fruit de centaines de siècles d'adaptation à certains terroirs.»
ETC, ETC...

1 commentaire:

B-H a dit…

l'algérie qui l'a formé et instruit ne mérité pas de subir de l'ingratitude, médisance, crachat sur elle.ce genre de fumiers qui sont prêts à vendre leur pays pour un titre de séjour. commment ce sinistre parvenu à la réputation surfaite et émargeant en pétrodollar, ose-t-il s’élever au rang de donneurs de leçons en nationalisme, en souveraineté et en patriotisme? depuis qu'il a été licencié de l'entv pour des raisons tous a fait justifiées, il est devenu frustré, veut règler ses comptes avec notre pays et le "pouvoir de bouteflika", sé découvre des vertus qu'il lui font défauts et opté pour pour l'exil qatari, comme tant d'autres. si il n'aime plus l'algérie, qu'il ne croit surtout pas que nous l'admirons, qu'il sache que c'est réciproque et qu'iln est voué aux gémonies par les algériens qui lui ont tournés le dos depuis belle lurette. il ne mérite pas de remettre les pieds sur le sol algérien et les autorités doivent le destituer de sa nationalité algérienne. le comble est qu'il ose même s'ériger en chroniqueur politique et dont il n'est pas fortuit que ce soit un torchon comme tsa (tout sauf l'algérie) qui lui offre une tribune. les autorités doivent aussi procéder à la fermeture de ce torchon de pyromanes qui veulent allumer la mèche de la fitna en algérie.c'est le soleil qatari qui a affecté fortement sa cervelle de moineau, qui a provoqué des hallucinations aussi grave menant à un état de mégalomanie avancé qui fait croire à un simple commentateur sportif à la notoriété surfaite qu’il est ciblé en haut lieu ! « Ya hafid, ya settar », dans quel monde sommes-nous ? pourquoi fait-on maintenant une fixation sur l’algérie et son président tout en essayant de taire ou, au mieux, de banaliser des actes gravissimes survenus ailleurs et dont l’impact pourrait causer des dégâts à l’échelle planétaire ? et il n'a rien à dire le le micro état insipide, le qatar, sa patrie d'éxécution où des centaines de travailleurs asiatiques soumis à un odieux système esclavagiste imposé par les maîtres d’ouvrages des projets destinés à accueillir la Coupe du monde 2022 l’ont su à leur dépens.une monarchie croupion et qui par conséquent la souverraineté et l'indépendance sont inexistantes, une dictature môyenageuse, aucunes libertés et il ose critiquer l'algérie qui un pays dont sa grandeur est internationallement reconnue? alors que le qatar n'est qu'un petit minus dépourvue de puissance, arriérée. il est clair que cet émirat a effectué un excellent travail de formatage de sa cervelle.

au nom de la nation algérienne tout entière et de son peuple, veuillez agréer hafid derradji l'expression de nos plus pronfonds mépris.