23 déc. 2009

Wassyla Tamzali, un Agent au Service de l'Ingénierie Sociale Talmudienne.

Wassyla Tamzali
(Wassyla Tamzali : 9, rue du Perche
75003 – PARIS-FRANCE
E-Mail : wassyla.tamzali@wanadoo.fr


CV:
Née en Algérie en 1941, elle a exercé de 1966 à 1977 le métier d’avocate à la
Cour d’Alger et mené parallèlement des activités journalistiques et culturelles.
Wassyla Tamzali a 20 ans en 1962, au moment de l’indépendance de l’Algérie. Elle est issue d’une famille de notables, riches propriétaires (crypto connus bien sur !) de pressoirs commerçant l'huile avec l’étranger. Ses ancêtres paternels (Sepharades !) viennent de l’empire Ottoman. Sa mère est espagnole (pas catholique en tout cas !). Sa jeunesse ne lui a laissé que des souvenirs de bonheur et de soleil (malgré la sentence du FLN contre son père ?). La guerre, l’indépendance, puis la réforme agraire et la nationalisation des propriétés familiales vont tout changer (en bon  socialiste, on partage les idées mais pas le fric !).
Tout bascule en 1957, le jour où son père est assassiné par une toute jeune recrue du FLN. Le livre s’ouvre sur ce drame et se ferme à l’issue de l’enquête de toute une vie sur le « pourquoi » de ce meurtre. Pour l’auteur, l’assassinat du fils aîné d’une famille qui, bien qu’algérienne (mais pas Arabe ni Musulmane !) dominait la ville, habitait une ferme coloniale et vivait « à la française » ne pouvait avoir qu’une signification : la revanche des tribus. La mère de Wassyla décide malgré tout de rester à Alger (agent "dormant" du sionisme) plutôt que de choisir l’exil : « Mes enfants auront une éducation algérienne ! ». 
Wassyla Tamzali s’enthousiasme alors pour la construction de l’Algérie nouvelle, fréquente le petit monde en ébullition de la Cinémathèque d’Alger, participe aux élans de la révolution, avant de céder devant les désillusions du socialisme réel et la répression et de choisir l’exil à Paris, (pour la fusion Ashkhenazi-sepharadi ) où elle rejoint l’Unesco .(parachutage pour services rendus et préparation pour les missions futures à accomplir)
Pendant vingt ans, l’auteur y mène de nombreux combats pour les droits des femmes, dont elle devient une porte-parole estimée (par ses coreligionnaires ?).
  L’intérêt de ce récit est qu’on y voit, à travers le regard d’une femme à l’ardeur communicative (elle est avocate pas pour rien), un pays souffrir de blessures historiques dont on ne sait si elles sont guérissables. L’analyse politique y est en permanence irriguée par un amour  profond de ce pays, malgré les drames et les dépossessions subies, à commencer par l’assassinat du père , suivi de l’expropriation des terres familiales (vengeance ou patriotisme ?) et de la défaite progressive des idéaux politiques (socialisme des coreligionnaires Trotsky-Lenin ?).


Wassyla Tamzali livre ainsi ce qui ne se veut pas l’histoire de l’Algérie, mais son histoire avec l’Algérie.
 Rédactrice en chef du premier hebdomadaire maghrébin libre «contact» (1970-1973) (les média, le nerf de la guerre des Rothschilds contre l'humanité), elle est auteur d’un livre (1975) sur le cinéma maghrébin qui est un plaidoyer
pour la liberté d’expression (un autre volet des protocoles) « En attendant Omar Guetlato », et un ouvrage d’art sur la parure des femmes berbères ‘’Abzim’’, un hommage à la créativité des femmes de son pays (1986).
En 1979, elle rejoint la fonction publique internationale à l’UNESCO où elle est chargée du programme sur les violations des droits des femmes au sein de la division des Droits de l’Homme et de la Paix, et entre autres questions, des dossiers sur l’égalité en droit des femmes et des hommes et de la violence contre les femmes
– Son rôle dans la lutte (féminisme guerrier par proxy)  des femmes originaires des pays de culture islamique (pour y semer ses fetwas et diffuser son prosélytisme d'athée), ainsi que dans la lutte contre la prostitution et le trafic des femmes elle est reconnue tant par le monde associatif que par les décideurs (ceux de l'ombre ? Les banquiers kosher ?).
En 1989 elle rejoint le Front des Forces Socialistes et occupe des fonctions dans les instances dirigeantes de ce parti (en coordination avec tonton Hocine qui suit un régime au chocolat à Genève, depuis 1963 !). En 1991, dans le cadre de la préparation de la 4ème Conférence mondiale des
femmes des Nations unies de Beijing, elle organise la participation de l’UNESCO au "Forum des ONG’s" de cette conférence. Elle conduit les activités portant sur la lutte contre l’exploitation sexuelle des femmes, le Parlement des Femmes dans les pays islamiques, les violences contre les femmes algériennes dans le cadre de la guerre civile (en boxe, on l'appelle shadow boxing) que connaît le pays. etc. En 1992, elle est membre fondateur du Collectif Maghreb Egalité.
Dès 1992, elle participe au mouvement des femmes balkaniques pour la paix et le respect des différentes cultures dans la région – Elle apporte son appui et son aide à toutes les initiatives entreprises par l’Association inter-balkaniques des femmes pour la paix, et contribue à l’ouverture du Centre UNESCO pour les ‘’Femmes pour la Paix’’ dans les Balkans à Thessaloniki (Grèce). En 1995, elle est chargée de rédiger le rapport de l’UNESCO sur « le viol comme arme de guerre, eu
égard à la situation en Bosnie-Herzégovine»(Ceci après que les crimes aient été programmés par ses cousins de Washington, Clinton) qui a été présenté à la 4ème Conférence Mondiale des Femmes à Beijing, et elle entreprend dans ce pays de nombreuses missions pour le respect de la pluralité culturelle, l’aide aux victimes et la lutte pour les reconnaissances et le respect des droits de l’homme (Un jour elle jettera un coup d'œil du coté de Gazza pour faire avancer sa carrière !).
En 1996, elle est nommée Directrice du Programme de l’UNESCO pour la "Promotion de la condition des femmes de la Méditerranée". A ce titre, elle engage de nombreuses activités concernant l’égalité et la participation des femmes des pays du sud (la cible est la femme musulmane !). La coopération trans-méditerranéenne au bénéfice des femmes est l’axe principal de ce programme. Elle crée ainsi le Forum des Femmes de la Méditerranée, le Festival de Thessalonique ‘’Femmes créatrices deux mers : la mer Noire et la mer Méditerranée’’, le Réseau des Villes «Les Plazzas Méditerranéennes pour les femmes et la Paix» (l’organisation de concours d’architecture ouverts aux femmes), et elle lance un programme inter-universitaire sur l’histoire méditerranéenne des femmes : ‘’Les transversales (une nouvelle version du Kamasutra ?) : Histoire et histoires des femmes de la Méditerranée’’. En janvier 1999, lors de la commémoration du Xème anniversaire de la Conférence Globale organisée contre l’exploitation sexuelle mondiale à Dhaka, Bangladesh, elle reçoit le ‘‘LIFETIME ACHIEVEMENT AWARD ’’ d’Aurora Javate de Dios, Présidente - Board of Directors de ‘‘COALITION contre le Trafic des Femmes’’, « en guise de remerciement et reconnaissance de ses inlassables et courageux efforts (sur les champs de bataille des guerres talmudes contre l'humanité), de l’impulsion qu’elle donne et de la contribution qu’elle apporte à la lutte contre le système mondial d’exploitation sexuelle (il est connu que les ,réseaux sont contrôlés par ses coreligionnaires, aussi elle n'a pas eu à regarder trop loin !) et d’esclavage de création d’un monde (le NOM, dictature juive ?) ou chacun et chacune pourront jouir des droits humains fondamentaux à la dignité et à l’égalité». En 1999, elle est citée au grade de Chevalier dans l’Ordre National du Mérite par le Premier Ministre de la République française, Lionel Jospin ( encore un porteur de Kippa ). En février 2000, lors de la Séance académique de l’Université Libre de Bruxelles, lui ont été remis le titre et les insignes de Docteur Honoris Causa. En 2001 elle est élue vice présidente du Forum international des Femmes de la Méditerranée. En 2001 elle enseigne à l’institut de la femme à Valencia sur le dialogue des cultures et les droits de la personne humaine, notamment les droits des femmes.
Dans cette même ville elle est chargée de préparée le Forum civil euro méditerranéen, et animatrice du groupe de travail sur les droits des femmes. Un réseau euro méditerranéen des droits des femmes est crée qu’elle coordonne. En 2002 et 2003 elle sera chargée de participer aux organisations des prochains forum civil dans des instances mises en place par la communauté européenne.
En 2001, elle crée et est co-animatrice du Circulo mediterranéo, de Madrid, Espagne un cercle de pensée qui se réunit tous les ans à Madrid et débat devant le public des questions de relations et de coopération trans-méditerranéenne. De 1996 jusqu’à 2003 elle participe activement aux Forum Civils Euromed, et est tout particulièrement chargée des rencontres de femmes et du dialogue des cultures. Elle est également membre du Réseau Euro méditerranéen des droits de l’homme.

Octobre 2004, elle reçoit le prix du Centre Pio Manzu pour son engagement et sa  persévérance dans la lutte des femmes et le dialogue culturel (Italie, Rimini)
2004 Membre de la commission de l’association des amis du "Manifeste
des libertés".
(Le Manifeste des libertés, voir la liste alphabétique, (ici !!), vous découvrirez la nébuleuse internationale Kosher, plus quelques idiots "goyim" utiles, qui activent de tout leur coeur en faveur des droits en pays d'Islam ! 
Leur nombre important est pratiquement la réfutation mathématique de la shoah - le
mythe du génocide nazi. Incroyable mais vrai ! L'amour et la compassion de ce ramassis d'athés -laiques-socialistes-libéraux-tolérants de façade, envers les femmes arabes et musulmanes, 
y sont si intenses qu'ils les inondent du Machrak au Maghreb et doivent rendre  leur mari  fou de jalousie ! Les "amis" du manifeste ont un trait dominant, celui d'appartenir à la juiverie maghrébine en mal de nostalgie et qui professent leurs meilleurs sentiments pour leurs pays d'origine.Leurs intentions réelles: les placer dans le collimateur du sionisme-talmudisme international.
Je recommande vivement la visite des "Amis du manifeste", pour y trouver la l'illustration  de mon argumentation concernant les armes de destruction massive 
"soft" que  j'élucide ici "lien"  )

Terminons:


2005, responsable des actions société civile et communication de la Fondation Mediterraneo, Naples, Italie 2005, membre du comité d’organisation du 10éme Congrés Mondial des Études féministes, le thème central de ce congrés sera les migrations, elle est chargée de la région méditerranénne.


(Quel palmarés !  Un prix Nobel clôturerait sa mission humanitaire ! 
Sauf que dernièrement, le comité a attibué à Obama plus de bons points pour ses action humanitaires  retentissantes exercées au profit de la nation arabo-musulmane ! Il lui faudra attendre que ses actions à elle se concrétisent de manière plus percutante et que l'Algérie soit totalement dépeuplée pour mériter de récolter le prix ! ( $$$$) )


Je réserve une page  à l'étude des techniques perfides employées par ces agents du génocide au lien suivant : " Génocide contre l'humanité, ldéologie sournoise  des ONG."





6 commentaires:

K.M a dit…

Monsieur,

Je ne sais pas d'où vous tenez ces informations mais Wassyla Tamzali a beau être un agent de la gauche sioniste en Algérie, elle n'en demeure pas moins pur Algérienne de père, et sa mère n'est en aucun cas juive! ceci est un mensonge, vous pouvez me croire.

Je connais parfaitement les gens de cette famille, c'est une faille honorable de B'jaïa, et plusieurs d'entre eux sont mort pour une Algérie indépendante.

Si le cas de Wassyla Tamzali est gravissime, je pense qu'il est inutile de cracher sur sa famille, c'est dommage que vous fassiez ça, car je ne pense pas que vous les connaissez.

Je me verrais obligé d'apporter un démenti sur mon blog, si vous ne supprimez pas cette diffamation.

wah fkir a dit…

Monsieur,
Sans vouloir polémiquer sur une question de forme marginale, je dirais qu'on embrasse une religion lorsqu'on adhère à ses convictions et milite pour ses objectifs.
Concernant les Tamzali, d'Algérie et de Tunisie, nombre d'entre eux sont des cripto juifs, qui au vue de leur active participation dans les ONG dissimulent leur solidarité avec le judaïsme, ses préceptes et la défense de ses intérêts.Wassila, par ses fréquentations douteuses, ses déclarations, ses actions, sa blasphémie, son DENIGREMENT et ses INSULTES à l'ISLAM ET DE SON MEPRI DU PROPHETE (pessl)et de sa charia, force ma conscience à la dénoncer comme juive.Le judaïsme n'étant pas une race comme voudrais le faire croire ses ténors, c'est une idéologie.
Merci de souligner le fait que toute sa famille ne soit pas juive, mais ceux que je connais le sont, et j'en ai connus .
Mes excuses à ceux de Bedjaia qui ne le sont pas, toute déclaration de leur part qui les distancerait de leur cousine sera bienvenue.
Ma généralisation étant peut être trop forte pour votre gout, j'assume ça, et regrette d'avoir à le faire car mes informations la justifient, mais j'ajoute que mes commentaires vise la personne publique dont le parcours et la carrière sont intimement liés aux organismes et personnalités juives-sionistes-talmudes, dévoilant une complicité tacite ou volontaire avec l'hydre à 1000 têtes de la nébuleuse des ONG que le judaïsme pointe sur nous, sans distinction, de race-religion.
Et j'ajouterais pour vous démontrer mon désir d'objectivité, que 99% des juifs sont victimes manipulées par leur hiérarchie suprême,les ILLuminati, et qu'en tant qu'êtres humains, je compatis avec leur sort malheureux.Mon respect allant à ceux d'entre eux
qui ont renoncé au dogme satanique du talmude et l'ont dénoncé.Merci pour le commentaire, qui j'espére nous a mutuellement enrichis.

K.M a dit…

La mère de Wassila était catholique et s'est convertie à l'Islam , elle est enterrée au cimetière de Saint Eugène,elle venait d'un petit village espagnole.Si vous êtes bien renseigné, vous devriez le savoir et enlever l'information comme quoi elle est juive, car c'est un mensonge.
Je connais personnellement un Tamzali de la même famille que Wassila qui à combattu FRONTALEMENT le sionisme, et qui à versé leur sang contre la racaille talmudique (au prix de certains problème graves d'ailleurs) Alors je vous demanderez de ne pas salir cette famille.

C'est as parce qu'il y a une brebis égarée que toute la famille est pestiférée!

C'est dommage que vous agissiez comme ça, vous vous faites des ennemis dans vôtre propre camps, et nous ne pouvons nous offrir ce luxe monsieur, nous ne sommes pas si nombreux.

D'autant plus qu'en Algérie, il y a plus nocif que Wassila Tamzali, et je sais parfaitement de quoi je parle, je pense que vous le savez d'ailleurs.

wah fkir a dit…

Cher KM,
J'ai pris la peine de vous répondre
mais le message n'est pas passé.
Je répète:-on est juif si l'on adhère au dogme et à l'idéologie judaique.
Si le soldat inconnu s'avère être un Tamzali: GLoire aux Martyrs !
Si certains sont des Chouhada. Que Dieu les accepte en son Paradis !
J'ai bien dit que sa mère n'était pas catholique !
Dressez un état civil des bons et mauvais Tamzali n'est pas l'objet de cet article.
Il y a les Tamzali juifs d'Algérie et de Tunisie, dont la figure de proue est Wassyla, dénoncée pour sa longue carrière au service de la nébuleuse juive internationale, illustrée par l'exposition de sa vilaine nudité idéologique, ses écrits, ses déclarations, ses stripteases audio visuelles, qui ne ménage ni Dieu ni ses saints, pire, ni la mémoire et les valeurs sacrées des Algériens de ces 15 derniers siècles.
Quand à ses cousins, je leur conseillerais de commencer à bloguer pour se distancer de cette créature
dont "l'Education à L'Algérienne" a été la source tacite de crimes pernicieux contre l'humanité et des tentatives déguisée de génocide !
Arrêtez vos menaces et occupez vous de gérer le contenu de votre blog, en évitant d'être trop indulgent envers les pouvoirs occultes qui s'attaque aux jeunes innocents Algériens. (l'intox véhiculée par les tendances musicales, sataniques, du genre Black Metal Algérien ...).Soyez un peu plus responsables des conséquences de ce que vous publié, si sincèrement militant pour une Algérie forte et saine, pas celle déculottée par l'ennemi de "l'intérieur" du genre Tamzali Wassila !
Quand à résoudre l'énigme "qui de l'œuf ou de la poule ?" je vous laisse le soin de l'élucider.
Je m'intéresse plutôt à découvrir....les voleurs d'oeufs et de poules, et cette Tamzali en est une.
Je clos cette mise au point, et vous demande de ne plus m'harceler sur le sujet.Merci.

Anonyme a dit…

Les tamzali ne sont pas juifs se sont des musulmans si on réfléchie comme vous ta grosse tante c une grosse juif aussi on a tous des ancêtres commun (éloigner) biensure sinon j aure honte de partager le même nationalité que vous

wah fkir a dit…

La race juive selon les historiens contestataires de "l'officielle", certains experts israéliens le disent également, n'existe pas !
C'est l'adhésion de cette aliénée aux utopies juives qui en fait une juive plus nocive que ceux résidents à New York ou Tel Aviv. Pour la simple raison qu'elle remplit le rôle de "jument de Troie", un ennemi de l'intérieur rétribué pour le venin qu'elle distille !