9 oct. 2017

Article publié sur ma page facebook supprimé ! Republié une 2nd fois, mon compte est bloqué ! La raison ? Jugez-en vous même et découvrez le vrai pouvoir occulte.

Le passé aide à comprendre le présent et à anticiper l’avenir !
Personne ne peut s’en départir, il est partout, on s’y cogne la tête, c’est douloureux !
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Des dinosaures du socialisme scélérat réclament la destitution de Bouteflika, nominativement, Taleb El-Ibrahimi, Rachid Benyelles, Abdenour Ali Yahya.
Quelle crédibilité et respectabilité, ou autorité morale, détiennent ces stooges pour « exiger » au nom du peuple une telle mesure ?
Le plus intéressant des trois personnages est El-Ibrahimi. Comment expliquer son acharnement contre Bouteflika ?
Une longue histoire aux origines lointaines.
1- D’abord à la mort de Bouteflika, les Sorbonnards s’étaient alignés avec les généraux et donc la SM pour éloigner Bouteflika, et avaient décidé de détruire sa réputation, ruiner sa carrière, et éventuellement le liquider physiquement. El-Ibrahimi nommé président de la cour des comptes lança l’attaque en l’accusant de malversations et détournement. El-Moudjahid fut chargé de diffuser les accusations et jugement par anticipation. On remarquera la similitude avec Chakib et ses déboires avec les média aux ordres du DRS/Toufik. Bouteflika désigna des avocats et rebouta la cour des comptes au près de la cour suprême, dans les règles et conformément à la juridiction et le droit à la défense.
Dégoûté par la tournure des évènements et l’attitude hostile de la gouvernance de Chadli et sa cour d’intrigants sans foi ni loi, Bouteflika s’exila.
2- Retour en 1998, même scénario opposition farouche, infondée, de l’ex-ministre de l’éducation, allié cette fois de la meute d’autres flibustiers du socialisme, Hamrouche, Sifi, Ghozali, Abdesslam, etc… en un mot le pouvoir de l’ombre fidèle à Boukharouba. Les généraux savaient que Bouteflika était l’homme providence, le politicien émérite capable de sauver l’Algérie, pensant sans doute pouvoir le contrôler, tant leur pouvoir était omnipotent. Erreur qui leur coûta cher, et à la nébuleuse El-Ibrahimi, la chute de leur autorité, chute culminant avec celle du DRS et Toufik en 2015. Comment principalement ce transfert de pouvoir s’est-il effectué ? Principalement grâce à l’initiative du Président de gouverner avec le consentement du peuple, via le référendum ! Et un autre coup fatal a été la libéralisation de la presse et des média. D’abord tous mobilisés contre lui, puis apparurent heureusement parmi eux des média dont la voix faisait contre poids à l’opposition au président. La guerre tout azimut en cours est d’ailleurs principalement de nature informationnelle. Le mensonge et la propagande des rédactions de la subversion face au bon sens et retenue des militants de la vérité.
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
NOTE / À propos de l’autorité morale de El-Ibrahimi lui accordant le droit d’exiger un changement de gouvernance.
Rappelons qu’il a été un pilier de la dictature et de la gouvernance (par les armes) du pouvoir socialiste scélérat, et comme maintes fois exposé, de nature judéo-maçonnique-jésuite. Lui même Sorbonnard, et lié civilement à une famille libanaise jésuite, il est juridiquement, moralement, historiquement, condamnable de trahison et de tromperie de la nation, de l’Islam, du peuple et de son identité !
Un argument suffit pour appuyer cette accusation :
 TALEB A LIVRÉ L’ARABISATION, SON ÉLABORATION, SON ORGANISATION, SA GESTION, À TOUS LES NIVEAUX (ministères de l’éducation, sociétés nationales, administration, ANP) À DES CATHOLIQUES, ET PIRES À DES JÉSUITES, LES SOLDATS DE LA COMPAGNIE DE IGNACIO LOYOLA, LE PAPE NOIR COMME DÉCRIT PAR LES OBSERVATEURS ET HISTORIENS SPÉCIALISTES DE L’HISTORIOGRAPHIE DU VATICAN !
http://tinyurl.com/ybfw9sb5
Le combat pour l’indépendance se poursuit.

Aucun commentaire: