2 oct. 2014

OUVERTURE DU DÉBAT SUR LA CULTURE POUR UN APPORT SIGNIFICATIF À LA DÉMOCRATIE ET À UNE BONNE ET RESPONSABLE GOUVERNANCE .


INTRODUCTION : PRIÈRE LIRE ATTENTIVEMENT CE QUI SUIT.
LA DÉFINITION DE LA "CULTURE" PROMULGUÉE PAR L’UNESCO :
« La culture, dans son sens le plus large, est considérée
comme l’ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social. Elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l’être humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances. »

Déclaration de Mexico sur les politiques culturelles. Conférence
mondiale sur les politiques culturelles, Mexico City, 26
juillet – 6 août 1982.
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
RÉSUMÉ ET RAPPEL : CETTE DÉFINITION CONSTITUE UN VRAI MANIFESTO DE LA DÉFENSE DE L'IDENTITÉ NATIONALEET DE SES VRAIES COMPOSANTES.
NOTEZ L'ÉTENDUE DES PRÉROGATIVES ASSIGNÉES ET ACCORDÉES, DES RESPONSABILITÉS AFFECTÉES À TOUTE ADMINISTRATION QUI SERAIT CHARGER DE GÉRER CE DOMAINE DE LA VIE PUBLIQUE !
1- ELLE  CONCERNE L'ENSEMBLE DES TRAITS DISTINCTES
- SPIRITUELS ET MATÉRIELS,
- INTELLECTUELS ET AFFECTIFS;
QUI CARACTÉRISENT UNE SOCIÉTÉ OU UN GROUPE SOCIAL.
2- ELLE ENGLOBE
- OUTRE LES ARTS ET LES LETTRES,
- LES MODES DE VIE,
- LES DROITS FONDAMENTAUX DES CITOYENS,
- LES SYSTÈMES DE VALEURS,
- LES TRADITIONS ET LES CROYANCES !
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
COMMENTAIRE:
POUR L'IMPORTANCE QUE REVÊT DONC LA CULTURE IL EST URGENT DE SOULIGNER QUE :
- LA CULTURE EST UN PATRIMOINE NATIONAL DONT NE PEUT DISPOSER, INDIVIDUELLEMENT OU COLLECTIVEMENT, PERSONNE !
- NI LES RESPONSABLES POLITIQUES OU MILITAIRES !
- NI CEUX DE RANG SOCIAL ALTIER OU AUX MOYENS FINANCIERS ET ÉCONOMIQUES IMPOSANTS!
- NI LE MODESTE CITOYEN OU L'ADMINISTRATEUR PUBLIC ! - NI LES TITULAIRE DE PhD ET DOCTORATS DE 10 UNIVERSITÉS ÉTRANGÈRES (SORBONNE, HARVARD, ETC..),
- NI  LE MODESTE ANALPHABÈTE, 
- NI TOUTE PERSONNE QUI SOUHAITERAIT LA MODULER SELON
  • - SES DÉSIRS, 
  • - SES AFFINITÉS, 
  • - SES TENDANCES DOCTRINALES, 
  • - SES ENGAGEMENTS IDÉOLOGIQUES ET POLITIQUES,
  • - SES IDÉES PERSONNELLES, 
  • - SES HUMEURS, 
  • - SES OPPORTUNITÉS COMMERCIALES, 
  • - OU SIMPLEMENT SES INTÉRÊTS.
 TRANSGRESSERAIT LES LOIS DU PAYS ET PORTERAIT ATTEINTE AUX LOIS, AUX DROITS DES CITOYENS, ET À TOUTES LES "CONSTANTES" ÉNUMÉRÉES CI-DESSUS, QUICONQUE NE RESPECTANT PAS LES ATTRIBUTIONS DE SA MISSION ET LE DEVOIR DE DÉFENDRE CE PATRIMOINE  COMMUN OU TENTERAIT D'EN D'ALTÉRER LE CONTENU OU LA FORME.
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
CETTE LOI EST ANALOGUE À CELLE QUE LES PHILOSOPHES ET LES HOMMES DU DROIT NOMMENT "LOI NATURELLE" DONT UNE DÉFINITION EST ATTRIBUÉE À CICÉRON (WIKIPEDIA) :
«Selon Cicéron, dans un passage du De Republica choisi et rapporté par le chrétien Lactance : « Il est, en effet, une loi véritable, la droite raison conforme à la nature, immuable et éternelle qui appelle l’homme au devoir par ses commandements et le détourne du mal par ses défenses et dont les commandements ni les défenses ne restent jamais sans effet sur les bons, ni sans action sur les méchants. On ne peut ni l’infirmer par d’autres lois, ni déroger à quelques-uns de ses préceptes, ni l’abroger tout entière. Ni le sénat, ni le peuple ne peuvent nous soustraire à son empire ; elle n’a pas besoin d’interprète qui l’explique. Il n’y en aura pas une à Rome, une autre à Athènes, une aujourd’hui, une autre demain, mais une seule et même loi éternelle, inaltérable qui dans tous les temps régit à la fois tous les peuples. Et l’univers entier est soumis à un seul maître, à un seul roi suprême, au Dieu tout-puissant qui a conçu et médité cette loi. La méconnaître, pour un homme, c’est se fuir soi-même, renier sa nature et par là même subir les plus cruels châtiments, lors même qu’on échapperait à tout ce qu’on regarde comme des supplices. »
NOTE :«Cette conception est aussi celle de Thomas d'Aquin
 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
-FIN DE LA 1ÈRE PARTIE -

Aucun commentaire: