13 mars 2012

Déontologie En Péril : El Watan, l'Arnaque Rothschildienne À 15 Dinars, S'Enlisse Dans La Contradiction Et Sombre Dans La Confusion.

Mensonges, âneries, et malhonnêteté Intellectuelle, dégoulinent de cette machine à fabriquer l'intox, car le "menteur a coutume d'oublier le mensonge d'hier et affirme son contraire le lendemain."
Avant de citer les faits qui démontrent la mauvaise foi chronique des quotidiens dans la diffusion de ce qu'ils présentent comme "information", qui n'est en fait que l'émission continue de propagande subversive et la tentative de manipulation de l'opinion, rappelons quelques règles de déontologie adoptées par le syndicat des journalistes et résumées dans la "Charte de l’éthique et de la déontologie des journalistes algériens" (Lien - pdf)
Parmi de nombreuses recommandations pertinentes, des "devoirs" sont énumérés qui honorent les auteurs du document, et imposent le respect de l'opinion envers ces professionnels qui s'évertuent à INFORMER le public via leurs écrits.
Ceci, hélas n'est pas toujours le cas, au grand désarroi des lecteurs et au grand dam des professionnels intègres qui voient en la chronique malhonnêteté de certains de leurs collègues une dévalorisation de leur noble vocation.
Extraits de la Charte :
1-«La responsabilité du journaliste vis-à-vis du public prime (sur) toute autre responsabilité, en particulier à l'égard de son employeur et des pouvoirs publics.»
Vrai théoriquement, mais en pratique inconcevable car utopique, le gagne pain primant sur la responsabilité.
La ligne rédactionnelle souvent idéologique, est pré-déterminée , on y adhère ou on quitte la boite !
La responsabilité envers les pouvoirs publiques est ambiguë, elle peut être recommandable pour l'intérêt national dans des situations particulières réunissant un consensus général, mais peut être détournée par un pouvoir abusif.
Le comble et le plus incompréhensible est la pratique courante de la "responsabilité envers l'employeur", plus grave si l'employeur dépend d'un organisme étranger pour son financement ! Plus gravissime et soulevant des questions préoccupantes est le constat que cette "responsabilité" est intimement liée aux centres du pouvoir occulte international, les banques sionistes talmudipèdes (ex. BNP Paribas) ou celles des autocraties du Golf (ex. Qatar) vassales de l'empire Judaique Anglo-Saxon. Ces pouvoirs sont connus pour être emblématiques d'une stratégie internationale menaçant les intérêts de ce pays ainsi que ceux de la zone "MENA". 
-Qu'en est-il de la réalité ? Une étude détaillée serait nécessaire. Elle nécessite un espace autre que celui offert par ce modeste blog et mobiliserait les ressources et données classées dans l'administration des ministères gérant l'agrément des intervenants médiatiques. 
2- «Librement acceptées et démocratiquement adoptées, ces règles doivent servir de guide de
conduite à la pratique du journalisme.
Un conseil supérieur de l'éthique et de la déontologie composé de pairs veille au respect de
ces principes.»
3- «Déclaration des devoirs :
Le journaliste se fait un devoir de :
Respecter la vérité quelles qu'en puissent être les conséquences pour lui-même et ce en raison
du droit que le public a de la connaître.»....
Dans son état actuel la vérité appelle à un lifting chirurgical qui arriverait trop tard, au vue des abus et viol collectif perpétré par les voyous de la plume. Des cyniques délinquants descendus des bas fonds du champ médiatique. Une vraie menace pour l'opinion !    
..«Séparer l'information du commentaire.»...
Incroyable ! Les quotidiens désinfectés déclareraient faillite si cette règle était respectée, le remplissage étant chez les rédactions un artifice littéraire assurant la survie de l'édition et des dilettantes qui y subsistent. Des profanes arborant des titres "d'experts en quelque chose", répètent en boucle les dépêches des agences sionistes ( Reuters, AFP).
El Watan détient le palmarès du nombre de perruches. 
Hassan Moali, en est une.  Tirant à boulets rouges sur Bouteflika, dans un style journalistique empestant la rancune personnelle, la vendetta, et au contenu diffamatoire, écrit (Lien- 07/04/2011) :
-«A partir de 2005, Bouteflika, malade, commençait à perdre la voix à l’étranger. Que ce soit au niveau de la Ligue arabe, de la Méditerranée ou même de l’Afrique, la voix de l’Algérie paraissait de moins en moins audible. Les enjeux géopolitiques ont aussi évolué pendant que notre diplomatie «révolutionnaire» demeurait un dogme.»  
...Bla Bla Bla..
...«C’est l’ultime acte d’une «doctrine» diplomatique qui a atteint la ménopause.»
Plus loin, il affirme le contraire. L'évidence devenue flagrante, il baisse le pantalon et se lance dans une curée de verbiage infect pour blanchir (apologie de la violence) ses sponsors de Washington des innombrables méfaits ayant occasionné les pires calamités aux pays musulmans. 
À contre coeur il susurre :
En visite à Alger en octobre 2011, le secrétaire d’Etat adjoint pour les Affaires du Proche-Orient, Jeffrey Feltman, avait déclaré que «l’Algérie est un leader en matière de gestion des problèmes transfrontaliers de trafic d’armes, nous sommes donc désireux de renforcer cette coopération afin d’empêcher et de maîtriser ce trafic à partir de la Libye».
Visiblement, pour les USA, la stabilisation de la situation en Libye et dans toute la région ne peut se faire sans le concours d’Alger, comme en témoigne la valse des responsables américains en charge des dossiers sécuritaires.»
L'Algérie, un partenaire souverain et maitre de ses décisions, serait-elle devenue une force incontournable, dérangeant la talmuderie internationale et ses proxies ? La diplomatie éclairée de son Président l'ayant menée à ce stade grâce à sa gouvernance avertie et prudente, sous la tempête militaro-impérialiste qui ravage la planète. Ce que Moali asphyxié par la rancune ne peut admettre. Ses commentaires ne s’encombrent pas de respect de la vérité, il est partisan de l'ingérence et réclame la participation de l'Algérie dans l'invasion de la Libye ! Il se désavoue ultérieurement mais ne salue pas la diplomatie algérienne pour sa retenue, au début pendant et après les hostilités. À quoi est dû  l'acharnement de ces médias contre le système et son gouvernement ?
La simple raison est qu'il (le Président de tous les Algériens) a extrait le pays des griffes des banksters, ce qui contrarie les agents de la désinformation talmude, liés par leurs engagements financiers, à alimenter les circuits de la subversion médiatique, en déversant un flot fluant et incessant de rumeurs, de commentaires abusifs, de prétendues expertises fallacieuses, d'analyses frelatées, d'échos de la propagande d'agences sionistes (AFP), etc..   Rien ne les arrêtent.  Pas la contradiction, ni la diffamation, ni la fabrication de scoops douteux, ni le maquillage des statistiques, ni l'omission volontaire de faits pertinents, ni la confection de matériel fictif, ni .... les règles déontologiques. Leur unique soucis est que la boue jetée sur le système lui colle, et que les mensonges répétés finissent par être perçus comme information fiable et qu'elle "circule". C'est à quoi s'attèlent les agents de l'intox, les harkis de la plume au service des éternels prédateurs.
La grande arnaque
 La majorité des naïfs lecteurs qui payent 15 DA pour les doses d'arsenic que distillent les quotidiens "indépendants" dits d'opposition, ne perçoivent pas l'arnaque financière qu'ils subissent en accordant pas moins de 5 Da aux banksters shylocks (BNP) qui renflouent leurs trésorerie sur leur dos grâce à la complicité de chevaux de Troie (Belhouchet, Djeri et compagnie). 
L'absurde, le ridicule, l'inconcevable et le plus révoltant, est que les lecteurs contribuent en grande partie (*) à
- régler la dette bancaire de ces organes envers les vampires talmudipèdes, 
- couvrir les frais des conférences-débats, 
- sponsoriser la remise de "prix" aux lauréats les plus productifs de mensonges, 
- financer les galas de la presse,
-casquer pour les méchouis au Sheraton offerts aux experts en visite, 
- subventionner les voyages de Belhouchet à Paris , tous les weekends, pour se "régénérer moralement" au près de ses commanditaires (BHL et c°)
- payer les salaires des scribouillards/comploteurs des quotidiens subversifs
De cette transaction non équitable (le versement de 15 DA) aucun gage d'une information intègre et impartiale n'est obtenu, et c'est l'opposé qui se produit :
sous l'euphémisme de révolutions printanières (instiguées de NewYork/Paris/Londres/TelAviv/Doha/Ryad) visant l'instauration de la démocratie Dejjalienne, les pauvres lecteurs arnaqués sont submergés d'intox qui œuvre à diviser/aliéner/entre-déchirer l'opinion, et à préparer le terrain au diktat du NOM et de ses proxies. Saignés et tournés en bourriques, nos aspirants à la démocratie se défoulent dans leurs ébats littéraires sur les forum et média on-line. Le contenu et les tendances des débats sont des outils de sondage d'opinion qui jaugent l'humeur du peuple et l'état des mentalités. Information très pertinente pour le MOSSAD et ses experts de la guerre psychologique.   
  Qu'en est-il des fameuses règles ? 
...«Publier uniquement les informations vérifiées. S'interdire d'altérer l'information. S'efforcer de
relater les faits en les situant dans leur contexte.
S'interdire de diffuser des rumeurs.
Rectifier toute information diffusée qui se révèle inexacte.»
...«S'interdire le plagiat, la calomnie, la diffamation et les accusations sans fondement.»
«Ne pas confondre le métier de journaliste avec celui de publicitaire ou de propagandiste; n'accepter aucune consigne, directe ou indirecte, des annonceurs.»...
...«S'interdire de faire l'apologie, sous quelque forme que ce soit, de la violence, du terrorisme,
du crime, du fanatisme, du racisme, du sexisme et de l'intolérance.» 
Et la colonisation ? L'occupation armée étrangère ? Les bombardements massifs des populations civiles ? Pourquoi ces délits ne sont-ils pas mentionnés ?
-Qu'en est-il de l'apologie d'El Watan depuis février 2011 de l'agression talmude génocidaire des CIA/MOSSAD/OTAN/MI6/CCG contre la Libye, et plus récemment contre la Syrie ?  Sagirait-il d'une offensive de démocratisation des goyim réfractaires à l’œuvre bienfaitrice de la colonisation ? 
-Comment est-il possible qu'El-Watan d'habitude si prompte à dénoncer tout "penchant Islamiste" dans les démarches et discours de personnes/groupes politiques (et à les fustiger), devint aveugle et muet devant les crimes des islamimiques coupeurs-de-têtes débarqués par l'Otan en Libye et qui, une fois leur mission accomplie, sont recyclés dans l'opposition syrienne !?
Tant de questions qui demandent réponse, et attendant l'intervention  «du conseil supérieur de l'éthique et de la déontologie composé de pairs qui veille au respect de
ces principes.»
___________________________________
(*) Une autre bonne partie provenant des dons des ONG, fondations étasusiennes, philanthropes humanistes talmudipèdes (Soros, Kissinger, Brejzinsky, Rothschild).

Aucun commentaire: