19 janv. 2011

La Révolution Du Jasmin, Les Emeutes Et L'Agitation Médiatique. Webster Tarpley Confirme Le Déroulement D'une Opération De La CIA. Aimablement Traduire MOSSAD.

Webster Tarpley auteur des études pertinentes d'histoire comtemporaine  :
-"Barack H. Obama-The Unauthorized Biography",
-"Obama-The Postmodern Coup-Making of a Manchurian Candidate" ,
écrit dans un article publié le 18 Janvier 2011, sur le site éducatif, motivant et très recommendé, "RebelNews", au lien (http://www.rebelnews.org/opinion/africa/617752#)  :
«Coup d'État Wikileaks En Tunisie: Pronostiques de la CIA d'un Tsunami méditerranéen de Coups d'État.»  Article réconfortant mes modestes opinions publiées dernièrement (Lien) résumant le phénomène, observé sur la scène politique Arabe, des émeutes populaires et du tumulte que l'agitation des média crée avec l'arrière pensée d'entrainer un effet domino sur la région.  
«Tous les pays arabes vivent en ce moment une conjoncture défavorable d'instabilité, après que Wikileak ait nivelé le terrain pour désorienter l'opinion et lui démontrer que le "Mal" était personnifié par les régimes arabes, de la région MENA.»
Tarpley de manière succincte décrypte les événements de cette semaine et analyse de son style corrosif la fièvre qui s'est emparée du public et des média sur la "Révolution de Jasmin", en Tunisie.
Tarpley écrit : 
«Le Département d'État et la CIA, à travers les organes de presse qui leur sont fidèles, effectuent  ces derniers jours un battage publicitaire d'enfer sur le putsch tunisien, présenté comme le prototype d'une nouvelle "deuxième génération de  révolutions colorées", coups postmodernes de déstabilisation, d'inspiration américaine, mené par le pouvoir du peuple. A Foggy Bottom (banlieue de Washington) et Langley (NASA et CIA), des préparatifs fiévreux sont en cours pour un véritable tsunami méditerranéen destiné à renverser les gouvernements actuels dans le monde arabe, et même bien au-delà. Les planificateurs impérialistes imaginent maintenant qu'ils peuvent s'attendre à renverser ou affaiblir les gouvernements de la Libye, d'Égypte, de Syrie, de Jordanie, d'Algérie, du Yémen, et pourquoi pas ceux d'autres régions, tandis que les efforts en cours de la CIA pour éliminer le Premier ministre italien Silvio Berlusconi (à cause de son amitié avec Poutine et le soutien pour le gazoduc South Stream) ne limitent pas l'orgie de la déstabilisation uniquement aux pays Arabes, mais l'étendent à toute la région pan-méditerranéenne
Notez : «à travers les organes de presse qui leur sont fidèles», la transposition dans le contexte local algérien «d'organes de presse, agents complices, qui s'acharnent sur le gouvernement pour le déstabiliser".  Le doigt pointé vers nos perfides "Chevaux de Troie Rothschildiens" et leurs acolytes "indépendants".
Tarpley : «Révolution contre la faim, pas révolution 
               de Jasmin.» 
«Les planificateurs impérialistes de Washington croient maintenant qu'ils ont réussi à rénover leur modèle actuel de la "révolution colorée" sous contrôle de la CIA (la branche américaine du MOSSAD) ou de coup postmoderne. Cette méthode de liquidation des gouvernements avait perdu quelque peu de son prestige après l'échec de la tentative de révolution ploutocratique des Cèdres, au Liban, du démantèlement de la "révolution orange" du FMI et de l'OTAN  haïen Ukraine,l'effondrement ignominieux en Juin 2009 de la révolution Twitter en Iran, et le discrédit généralisé de la révolution des Roses soutenue par les Américains  en Géorgie en raison des activités bellicistes et oppressives du psychopathe fasciste Saakachvili. Le consensus impérialiste est maintenant que les événements tunisien préfigure une nouvelle version "coup" par le pouvoir du peuple spécifiquement adapté à la réalité d'aujourd'hui, en particulier celle d'une dépression économique mondiale, la crise de la panne économique, et la désintégration de l'économie  mondialisée du casino
«Le tumulte tunisien est  décrit dans la presse américaine comme la "révolution du Jasmin", mais il est beaucoup plus correcte de le considérer comme une variante de la révolution classique de la faim. Le ferment tunisien n'était pas principalement une question de la volonté de la classe moyenne de s'exprimer, de voter, et de blogger. Il a commencé comme condamnations des déprédations de Wall Street qui ravagent la planète entière: des prix outrageusement élevés pour la nourriture et le carburant provoqués par la spéculation sur les produits dérivés financiers, les niveaux élevés du chômage et du sous-emploi, et le désespoir économique général.» 
Entièrement d'accord pour le diagnostique économique de Tarpley sur la Tunisie qu'il ne généralise pas aux autres pays, pour des raisons évidentes la situation n'y est pas identique. 
Tarpley :«Le caractère économique de l'agitation actuelle pose un réel problème pour les impérialistes de Washington, car la ligne du département d'État tend à définir les droits de l'homme uniquement en termes politiques et religieux, et jamais comme une question de droits économiques ou sociaux. Le contrôle des prix, salaires, allocations chômage, prestations d'aide sociale, soins de santé, le logement, les droits syndicaux, la réglementation bancaire, les tarifs protecteurs, et d'autres outils de l'économie nationale d'auto-défense n'ont aucune place dans le mantra du consensus arrêté à Washington. Dans ces circonstances, ce qui peut être fait pour duper l'explosion démographique des jeunes de moins de 30 ans qui représente aujourd'hui la réalité démographique centrale de la plupart du monde arabe   
«Dans cette situation, la CIA son drone Predator du cyberespace, Julian Assange de Wikileaks, rend un précieux service à la cause impérialiste. En Islande, à l'automne de 2009, Assange a été déployé par ses bailleurs de fonds financier pour détourner et perturber un mouvement national pour la survie de l'économie par le biais du moratoire sur la dette, le rejet de l'ingérence du Fonds monétaire international et la relance de l'économie productive à travers un programme ambitieux axé sur l'infrastructure nationale et l'exportation de biens d'équipement de haute technologie, en particulier dans le domaine de l'énergie géothermique. Assange a réussi à convaincre un grand nombre en Islande que leur cause n'était pas suffisamment radicale, et qu'ils avaient besoin de consacrer leurs énergies à la publication d' une série de documents pré-sélectionnées avec soin, sur le gouvernement des États-Unis et sur d'autres pays, qui en quelque sorte ciblaient des  des personnalités politiques que les gouvernements de Londres et de Washington, avaient un certain intérêt à embarrasser et à affaiblir. En d'autres termes, Assange a réussi à duper les militants honnêtes en les faisant travailler pour les financiers impérialistes. Assange n'avait  aucun programme à l'exception de celui de «transparency»,  un refrain continu des États-Unis, du Royaume-Uni et de leur mafia des "droits de l'homme", qui sert à renverser, en particulier, les gouvernements ciblés dans les pays en voie de développement. »
Le perspicace écrivain reconnait donc le rôle subversif du mouvement des droits de l'homme, organisé comme une bande maffieuse de malfaiteurs, rémunérés pour leurs activités criminelles. Citons les prestigieux "prix" internationaux comme principal canal de blanchiment de leur argent sale. Les exemples de ces" idiots utiles" qui se rendent à NewYork pour recevoir leur tribut et quelques tapes amicales dans le dos, en reconnaissance de leur servilité , sont légion. N'est-ce pas Belhouchet, Benchicou, Ali Djerri, .....?
Pour Terminer Tarpley nous gratifie d'une série de mesures préventives et de conseils "aux gouvernements, forces politiques et unions syndicales :
«Le monde arabe a besoin d'apprendre quelques leçons fondamentales sur la mécanique des révolutions colorées de la CIA, sans quoi ils vivront l'expérience tragique de la Géorgie, de l'Ukraine, et tant d'autres. Dans le monde d'aujourd'hui appauvrie par la dépression économique, un programme de réforme capable de défendre les intérêts nationaux contre les forces prédatrices de la mondialisation financière est l'impératif numéro un
«En conséquence, les gouvernements arabes doivent expulser immédiatement tous les fonctionnaires du Fonds monétaire international, de la Banque mondiale, et leurs structures sous-jacentes d'établissements de crédit. Les pays arabes qui sont actuellement sous le joug des contraintes du FMI (notamment l'Égypte et la Jordanie parmi les pays Arabes, et le Pakistan parmi les états Musulmans) doit unilatéralement et immédiatement les expulser et réaffirmer leur souveraineté nationale. Chaque état arabe devrait unilatéralement et immédiatement déclarer un moratoire sur la dette sous la forme d'un gel illimité sur tous les paiements d'intérêts et de capital de la dette financière internationale, à la manière de l'Argentine, en commençant par les sommes dues à la Banque mondiale et au FMI. Les actifs des multinationales étrangères  monopolistiques, en particulier les compagnies pétrolières, doivent être saisis conformément aux exigences de l'heure. Les denrées alimentaires de base et les carburants doivent être soumis à un contrôle des prix, avec des pénalités draconiennes contre la spéculation, y compris par voie de mesures dérivées. Des mesures dirigistes, comme les tarifs protecteurs et les subventions des prix des aliments peuvent être rapidement introduites. La production alimentaire doit être encouragée par des primes à la production et à l'importation, ainsi que par des accords de troc international. Les stocks nationaux de céréales doivent être rapidement constitués. Le contrôle du mouvement des capitaux et le contrôle des changes sont susceptibles d'être nécessaires pour prévenir les attaques spéculatives sur les monnaies nationales par les hedge funds étrangers qui agissent dans le but politique de renverser ultérieurement les gouvernements locaux. Le plus important : les banques centrales doivent être nationalisées et reconverties à la politique du crédit à 0% d'intérêt pour les infrastructures nationales, l'agriculture, le logement, et la production de biens de production industrielle, des mesures spéciales pour encourager les exportations. Une fois que ces réformes ont été mises en œuvre, il peut être temps d'envisager l'intégration économique du monde arabe comme une communauté de développement économique dans lequel les recettes en devises des états producteurs de pétrole peuvent être fructifiées sur la base d'avantages mutuels pour l'investissement de capitaux dans les infrastructures et les biens d'équipement physique, à l'échelle de tout le monde arabe. 
Sans cette approche , ces pays feront l'objet  d'une série interminable de tentatives de déstabilisations orchestrées par des étrangers, et vivront très probablement, le chaos final. »
Résumé : Les recommandations présentées et énumérés ci dessus confirment les soupçons de nombreux observateurs sur les malfaits du désengagement de l'état dans les secteurs stratégiques de production et de commercialisation des denrées de large consommation sur la base de leur importance stratégique dans la stabilité sociale et économique. Le leurre du libéralisme à sens unique nord-Sud est dévoilé par les faux fuyants et prétextes fallacieux que les regroupements économiques occidentaux opposent aux pays émergeants au sein des institutions internationales, OMC,  pour bloquer les échanges commerciaux qui dérangent leurs intérêts. D'autre part comme le souligne Maurice Allais, le prix Nobel d'économie 1988, dans «La Mondialisation, la destruction des emplois et de la croissance, l'évidence empirique.» :
« Ce sont les multinationales qui poussent à la mondialisation libre échangiste : « Le fait est que dans le monde entier seuls quelques petits groupes et tout particulièrement les dirigeants des multinationales bénéficient de la mondialisation des économies. Ces groupes bénéficient d’immenses moyens financiers et par personnes interposées ils dominent tous les médias, presse, radio et télévision » (p.316). Le graphique concernant l’évolution de la croissance dément « la légende soigneusement entretenue de toute part que la mondialisation a suscité une extraordinaire croissance. La réalité est que non seulement le taux de croissance a été réduit de plus de moitié, mais que le sous-emploi a augmenté démesurément, que l’inégalité s’est considérablement accrue (…) Les groupes dirigeants de l’économie sont devenus de plus en plus riches alors que les pauvres sont devenus de plus en plus pauvres. »
Ajoutez à cette déconvenue les retombées néfastes des distorsions inhérentes aux économies sous développées, les monopoles indues accordés par le clientélisme et les pouvoirs occultes, le manque d'expertise dans le maniement des outils de gestion et de contrôle. 
La fièvre de revendications démocratiques menée par la suspecte nébuleuse des média, n'effleure pas ou que de manière superficielle le sujet du monopole détenu par certains groupes d'intérêt, qui détiennent un levier de pouvoir qu'ils actionnent selon leur stratégie, en manipulant les prix et les quantités de marchandise qu'ils contrôlent de manière indécente, grâce à une prétendue ingéniosité ou savoir faire. Le cas de "Cevital" et la génération spontanée d'industriels algériens est symptomatique de la situation décrite par Tarpley, monopoles qu'il nous recommande de superviser et contrôler  : «Les denrées alimentaires de base et les carburants doivent être soumis à un contrôle des prix, avec des pénalités draconiennes contre la spéculation, y compris par voie de mesures dérivées.»
Ou encore :« Des mesures dirigistes, comme les tarifs protecteurs et les subventions des prix des aliments peuvent être rapidement introduites. La production alimentaire doit être encouragée par des primes à la production et à l'importation, ainsi que par des accords de troc international
Ceci dénonce le danger du monopole au mains d'intérêts liés aux prédateurs financiers que je désigne comme judeo-talmudes ou  Rothschildiens, celui des banques étrangères. Sujet tabou chez nos chroniqueurs "indépendants" et partis d'opposition qui détournent l'attention du public en développant des diatribes contre le mythique "système" et les gouvernants, éludant les vrais dangers, catalysant les réactions émotionnelles primitives, clés de la manipulation, et ne posant jamais les questions pratiques. Ces manigances subversives programmées sont l'œuvre de dangereux et pervers agents et "idiots utiles", harkis au service des tenants du Nouvel Ordre-Désordre Mondial, j'en nomme un grand nombre tout au long de mes articles : El Watan, El Khabar, des quotidiens online, des militants de la maffia des ONG, Said Saadi, Tamzali, Daoud, etc, etc... Ils sont détectables par leur relation enchevêtrée autour de mouvements pour la laïcité, la défense des liberté et droits de l'homme, les utopies idéologiques stériles, toutes énoncées et diffusées par l'entremise du pouvoir occulte des prédateurs du Talmudisme-Sionisme, les "Enfants de Satan" et leurs Rabbins de Tel Aviv et New York. Un grand merci  à W.Tarpley pour avoir réconforté nos commentaires et réflexions , même en se gardant de citer explicitement les "maitres de l'intrigue", leur réservant le terme suffisamment manifeste de : "impérialistes".   

Aucun commentaire: