21 août 2015





Note : La vérité sur les "prouesses littéraires " de Kamel Daoud, de complaisance sur toute la ligne ! Comme dénoncé plusieurs fois, l'écrivain est plus un agent de l'ingérence étrangère dirigée de Paris-Sion, et le Prix Goncourt un tribut à ses agissements subversifs, ses calomnies, ses blasphèmes ! il rejoint la lignée des mercenaires de la plume, indignes, mécréants, sans foi ni loi, complimentés par les cercles médiatiques connus pour leur animosité envers l'Algérie et l'Islam !
•Régis Debray, Kamel Daoud et l’Algérie : Une répétition néocoloniale

Par Abdellali Merdaci*

• Toute une Algérie vaniteuse, cultivant l’art de la sottise, est derrière Kamel Daoud. Et aussi la France littéraire et médiatique, en rangs serrés, toutes idéologies et chartes professionnelles confondues. Est-ce seulement pour célébrer un court récit, qui n’est pas encore un vrai roman, qui est la plate imitation, à rebours, d’une histoire racontée par l’auteur colonial pied-noir Albert Camus dans L’Étranger (Paris, Gallimard, 1942) ? Ce retentissement d’un texte d’occasion publié une première fois en Algérie, en 2013, par l’éditeur algérois Barzakh, est parfaitement bien orchestré à Paris. Lorsqu’il parait, en 2013, le récit, qui prend prétexte du centenaire de la naissance d’Albert Camus, ne rencontre que l’indifférence de la grande masse des Algériens qui se précipitent aujourd’hui sur les réseaux sociaux pour le défendre, le plus souvent sans l’avoir lu, au seul motif qu’il est adoubé par la France. Au printemps 2014, l’éditeur Actes Sud, domicilié à Arles, rachète les droits de Meursault contre- enquête pour lui donner un destin français. Contre la tradition même des jurys littéraires germanopratins qui ne retiennent que les ouvrages originaux publiés dans le courant de l’année par des écrivains de nationalité française, le récit de l’Algérien Daoud (qui porte le millésime de 2013) figure dans les premières sélections de l’année 2014 des jurés des principaux prix littéraires parisiens, notamment le Goncourt et le Renaudot. Il le doit essentiellement à Pierre Assouline, membre de l’Académie Goncourt, qui a demandé à ses pairs de l’intégrer dans leurs listes de lectures estivales et de le soutenir.
• Quels peuvent être les raisons d’un attachement sans faille de l’intelligentsia française à un ouvrage qui n’aurait pas ameuté les grandes foules et les happenings médiatiques s’il était écrit par un Français ? Et c’est précisément le cas : cette année sort chez Allary Éditions, à Paris, La Joie, un roman du philosophe Charles Pépin, fils de Pieds-noirs d’Oran, inspiré du même récit de Camus, mais qui ne connaît, quatre mois après sa diffusion, ni le succès ni la fortune qui ont consacré celui de Daoud, caracolant dans les palmarès de meilleurs ventes. Si Charles Pépin nomme son héros Solara, un double antithétique de Meursault, dans une recréation littérairement jouissive, les raisons de la gloire médiatique et du succès de librairie du récit de Daoud ne doivent pas à sa qualité d’écriture ni à son inventivité : il est possible de dresser dans son « Meursault » le catalogue d’une langue française erratique, qui ne témoigne pas d’une quelconque créativité littéraire, qui serait fondamentalement postcoloniale. Ce sont davantage les impertinences et les intempérances du chroniqueur du Quotidien d’Oran que l’ingéniosité de l’écrivain qui ont accompagné l’équivoque réception d’une pâle copie littéraire dans la presse spécialisée française. Daoud se voit ouvrir les colonnes des journaux parisiens qui ne pouvaient que rêver d’un trublion qui parle à leur inconscient colonial, qui massacrait uniment la politique de son pays en déréliction pendant l’élection présidentielle de 2014, et allait bientôt afficher un sordide mépris envers le malheur des Palestiniens canonnés par la puissante armée israélienne, l’été 2014. Mais aussi brimer l’Islam, lui, qui fut un spadassin de l’islamisme armé dans les années 1990, qui déclare désormais ne plus être l’homme d’un seul Livre. 

• Voilà donc l’étrange conjonction d’événements qui a suscité un candidat aux basses manœuvres, un nouvel « Arabe de service » sans foi ni loi, inespéré pour les champs médiatique et littéraire français. Comment ne pas reconnaître que cette carrière de briseur d’idoles et de convictions a été scrupuleusement encadrée par l’élite intellectuelle parisienne qui découvre en Kamel Daoud un rabouilleur plus percutant que ne le fut Boualem Sansal, pourtant inféodé aux « diners du CRIF » et aux injonctions du sionisme ? Et dans un deuil irrésolu de l’ancienne colonie, tout ce qui vient de France est révéré par une chienlit algérienne, qui se répand en injures et ignominies sur les réseaux sociaux contre ceux qui tiennent un discours autre sur Daoud et son œuvrette. Si elle n’était le fait que d’incultes cisailleurs anonymes, cette logorrhée de laudateurs pitoyables ne mériterait aucune attention. Mais elle est aussi celle de bataillons de petites mains de l’Université et des médias. Et surtout d’écrivains, qui n’hésitent pas à traiter de « clowns » ceux qui refusent de participer à cette infâme célébration du journaliste et écrivain oranais, et, malheureusement, de critiques considérables qui ont fait le choix du clinquant.
• Est-il possible de rappeler à tous que Kamel Daoud et son insignifiant essai littéraire sont plus une mise en scène française, particulièrement germanopratine, qu’algérienne. L’auteur de Meursault contre-enquête, habilement pris en charge par l’institution littéraire française,s’inscrit dans les attentes de ce qui est appelée la « littérature-monde en français », phénomène proprement néocolonial qui sévit depuis le fameux « Manifeste des Quarante », en 2007, qui a décidé de créer dans les marges de la littérature française une périphérie littéraire regroupant plusieurs écrivains du monde, justifiée par l’usage commun de la langue française. Auteur algérien, Daoud n’espère désormais qu’une carrière littéraire française, loin d’une littérature nationale algérienne, subissant encore l’hégémonie d’un champ littéraire parisien mû en recruteur de nouveaux bataillons d’Afrique, les célèbres « Bat d’Af » de jadis, faisant entendre aujourd’hui, signe des temps changeants, le cliquetis de la plume comme, hier, celui du mousquet, ferraillant au service de la France. Les médailles et brevets littéraires ont remplacé, dès lors, les hochets militaires pour de nouvelles « harkas » d’Algérie sans état d’âme. Comment expliquer que toute une phalange d’écrivains algériens (dont certains ont déjà renié leur nationalité) se déploie en France pour mener une carrière littéraire rythmée par une course effrénée aux récompenses littéraires ? Avec un seul texte, Daoud fait mieux que Sansal, Benmalek, Djemaï, Bachi et bien d’autres, qui en ont publié plusieurs et fourni suffisamment de gages à une institution littéraire française dominante, détruisant les velléités de formation de littératures nationales dans ses anciennes possessions, notamment en Afrique. Et qui ne tarde pas à les missionner !

Aucun commentaire: