21 févr. 2014

Algérie Et Histoire De La Bombe A : Ce Que Benjamin Stora Nous Cache !

Bref rappel historique :
Il est toujours gratifiant pour le néophyte s'aventurant sur les chemins sinueux de l'Histoire de constater que son travail de recherche est fiable et instructif. Il y a quatre ans déjà l'auteur de ce blog avait publié deux articles (Lien, ou Lien) rapportant les intrigues juives contre l'Algérie. Les Juifs de France, en premier lieu Bakri, Busnach et Adolphe Jacob Crémieux, sont pointés du doigt comme les instigateurs de la colonisation et principaux responsables des crimes et du pillage de la régence commis durant la période la plus sombre et la plus meurtrière de son histoire (1830 -1962).
Objet de cette note :
La subite et tardive découverte (sic) de l'étendue des dommages occasionnés par la France lors des essais effectués à Reggane, soulève la question de la compétence ou non des historiens officiels à établir un bilan de la colonisation. Incompétence, omerta, ou dissimulation ? 
«Qui cache quoi ?» serait la question d'actualité que devrait poser tout curieux devant le bricolage plus que suspect qui entoure ce dilemme. Une étape a été franchie en publiant et discutant les faits relatifs à cette épisode opaque, la période 1960-1967. Mais les décideurs responsables de cette horreur n'ont jamais été inquiétés par une enquête sérieuse qui situerait le niveau de responsabilité, des deux cotés de la Méditerranée, de ceux qui furent associés à ce crime contre l'humanité.
(Photo au Lien , " leparisien.fr ")   
(«C'est une carte qui fait froid dans le dos. Classée secret-défense par l'armée pendant des décennies, elle vient d'être déclassifiée dans le cadre de l'enquête pénale déclenchée par des vétérans des campagnes d'essais nucléaires français (dans le Sahara..»)
Les documents existent pourtant et le laps de temps écoulé depuis permet légalement l'accès à des archives rendues au domaine public. Où sont les historiens et leurs sponsors officiels qui devraient piocher dans ce dossier épineux et s’acquitter de leur obligation du respect de la mémoire des victimes morts ou vivants ,
Cette tache ne peut certainement pas être confiée à l'imminent Benjamin Stora, ses engagements socio-professionnels et familiaux ne lui permettant pas d'entamer un travail aussi délicat.
Brève rétrospective sur le contexte international :   
Israël souhaitant acquérir l'arme atomique, les éternels conspirateurs, jamais à cours d'idée lorsqu'il s'agit de manigancer quelque coup bas, utilisèrent leurs agents français agissant sous le long nez du président De Gaulle et des généraux la Défense (les Armées), récoltèrent les résultats des expériences au Sahara. Ayant acquis le know-how (théorie et technologie) fournis par leurs coreligionnaires américains, les Israéliens devaient tester les engins de destruction massive avant de lancer les chaines de production ! Avec la complicité des talmudipèdes positionnés dans toute la hiérarchie civile et militaire française, les Israéliens utilisèrent l'Algérie comme laboratoire ! Ceci est la vérité, dévoilée d'ailleurs par de nombreux analystes et historiens (Lien, Lien, Lien, etc, etc..) penchés sur l'étude des causes et origines du conflit qui opposa JF.Kennedy au gouvernement israélien dont le refus du Président d'autoriser l'État Juif à acquérir la "Bombe".
Ce refus et la décision prise par Kennedy de rétablir le Trésor Américain dans son rôle de créateur/émetteur  de la monnaie (le $ dollar), signèrent son arrêt de mort !
De Gaulle a été tourné en bourrique par ses collaborateurs, ceux qui chaque jour récitent une prière : «Lorsque je me lève, je me demande comment servir Israël » (Lien, Lien, Lien, Lien).
Le PLUS GRAND CRIME perpétré contre l'Algérie et son peuple, est cependant celui de la trahison commise par un de ses fils, Boukharouba qui  avait
- absous et pardonner les crimes de la France (son fameux discours «il faut tourner la page de l'histoire»),
- autoriser EN SECRET, en tant que ministre de la défense,  la poursuite des expériences militaires APRÈS 1962,
- puis toujours en SECRET et en tant que président, APRÈS Juin 1965 (coup d'état); et ceci à l'insu de son ministre des affaires étrangères Bouteflika !
Voir les articles(*) Lien , "Algérie : La Face Cachée Et Occulte De L'Histoire Contemporaine" (parties 1, 2, 3, 4).
Expériences nucléaires françaises criminelles, sans l'ombre d'un doute. Mais où étaient les "rèvolutionnaires" qui devaient établir les faits et les responsabilités ?
_________________________
(*)Note : Âmes sensibles, ou toujours sous envoutement du socialisme talmude frauduleux, prière s'abstenir !
_________________________

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour ,Monsieur Fkih.
Je me permet de vous saluer en ce Grand Jour ,jour de la grande déroute des adeptes du Fils de la perdition suite et rien qu a l annonce du dépôt de la candidature de Abdelaziz Bouteflika.

Ne vous décourager surtout pas .On est nombreux a lire vos précieux articles même si on ne commente pas.
D ailleurs la Vérité ne se commente pas.C est comme a la mosquée ,au moment du prêche ,le fidèle devra écouter.

Bon courage.
X man

Anonyme a dit…

Bonjour ! Incroyable merci pour cet article ! Tous les morceaux du puzzle se rassemblent ! C'est tellement évident ! Cette thèse est bien plus probable que toutes celles et rares informations jamais rapporté ! Baraka lah oufik

wah fkir a dit…

Merci pour vos encouragements chers anonymes !Et soyez sûrs qu'avec ou sans commentaires de votre part je continue ce que je considère un devoir !
Le puzzle est bien plus grand que nous l'imaginons, mais à force de piocher dans les faits dispersés et caché (volontairement), il se complète. Ce que je rappelle pour l'avoir entendu d'écrivains plus compétents, l'histoire officielle est soigneusement brodée des mains de forces occultes qui ont intérêt à perpétuer le mensonge parce que la vérité est une menace pour leur système !