23 juin 2013

Panique Chez Les Média De La Subversion : Bouteflika Est Vivant Et Sirotte Un Thé À La Menthe.

Relire les écrits des "tayyabate-el-hammam" des racoleuses de la presse au service des souteneurs juifs de Paris, permet d'établir un bilan des événements qui ont marqué l'actualité algérienne depuis l'hospitalisation du Président Bouteflika.
À l'unanimité l'opposition traditionnelle positionnée depuis 1999 contre Bouteflika et apparemment programmée et désignée pour cette tâche aveugle et qui n'a pas dévié d'une virgule des grandes lignes tenues par les rédactions locales, et de manière plus flagrantes de celles des agences sionistes de propagande de la France-koshérisée.
La coordination-synchronisation du message entre toutes les rédactions relève d'une opération de grande envergure administrée de manière centralisée, à l'image des bras de la mythique déesse indienne Kâli s'agitant dans toutes les directions, mais tous sous contrôle d'une seule tête ! Mensonges, contredits, démentis, spéculations, rumeurs, contre-rumeurs, une avalanche de commentaires et de titres alarmants issus d'un nombre inimaginable de sources diverses de tendances politiques souvent adverses mais par miracle reconciliées pour la circonstance. Déferlement opéré sur une opinion déconcertée et perplexe. Toutes les sources annonçant l'apocalypse étaient citées avec passion et classées de "sûres", "confidentielles", "scellées par décret divin", et la formule évasive du  "selon" : "selon une personnalité proche du gouvernement français", "d'un conseillé du ministre..", "des services de l'Élysée", "de l'Hôtel Matignon..."  etc...
On a pu ainsi décrripter les écrits et juger du contenu, suintant de mauvaise foi et de la malhonnêteté. 
La horde de chiens d'attaque et des revanchards déchaînés a été lancée et leur aboiement résonnent toujours :
- "Bouteflika cliniquement mort", (selon les premières rumeurs taillées de toute pièce par la presse et une majorité de sites internet qui relayaient l'intox sioniste de France, et repris par Aljazira- photo), 
- puis annonçant que son "état était sans espoir",  
- était condamné à toutes sortes d'infirmité", voir paralysie, coma prolongé, Alzheimer, sénilité, etc...,
- dans "un état grave et incapable de clôturer son mandat",  - et soudainement "candidat incertain aux élections 2014".
En contraste, les déclarations du premier ministre Sellal étaient elles toutes rejetées et qualifiées de "propagande", "de manœuvre politique", " de gagner du temps", "pour éviter le pire", pour ne pas alarmer le peuple", "pour laisser l'armée décider d'un nouveau président", "pour organiser la succession", et "sauver le pays de la guerre civile", tacitement traitant le chef de gouvernement de menteur.
Vue en perspective la campagne de sape sociale, car c'en est une, apparaît comme à l'accoutumée une opération colossale de marketing subversif que seuls les juifs, maîtres de l'intrigue et enfants adoptifs d'Ibliss, savent inventer pour captiver l'opinion et l'induire en erreur. Leurs collaborateurs étant connus, du moins par l'auteur de ce blog qui s'applique à les dénoncer, il n'est d'aucune utilité à les nommer de nouveau. 
Un seul collabo mérite cependant d'être mentionné, pour la nocivité qu'il distille et le danger qu'il représente car bénéficiant d'une campagne promotionnelle suspecte de la nébuleuse des média talmude. Un David mythologique armé d'un lance-pierre et qui affronte les arabes et les musulmans, Allah et ses Messagers, le pouvoir et le système, l'armée et l'administration, l'autorité et le gouvernement, et pratiquement le monde entier.
Il publie chez en 2011 le recueil de nouvelles aux éditions Sabine Wespieser.

- Kamel Daoud et Bruno Boudjelal ( : "Écrire avec l’actualité : chroniques algériennes".(Lien)

Le DaỒud de Mosta est cité par des centaines de promoteurs "bénévoles" réputés pour leur noblesse et leur intégrité, dont quelques uns :   
-"Algérie-Focus" : site de Fais-sale Anseur en 2011, nous faisais découvrir les talents d'expert en géostratégie militaire et en révolution géopolitique dans un article qu'il est intéressant de revisiter pour apprécier le stade avancé de détachement de l'auteur par rapport à la réalité et son omission volontaire des risques et conséquences dangereuses d'événements d'actualité sur le devenir du pays. De ce texte se dégage la confusion totale de notre David sur la situation en Libye. Confusion sur les partis en présence. Les salafistes/djihadistes sont qualifiés de combattants de la liberté ! Le langage n'est pas fortuit mais a été formaté et modelé par les experts CIA/MOSSAD dans leurs plans et préparatifs du "clash des civilisations", bien avant 2001, année de l'invasion de l'Afghanistan. Les "printemps arabes" ont été l'occasion inespérée pour bâtir les deux pôles antagonistes à travers des stéréotypes  ou thèse/antithèse : démocratie/dictature, tyran/révolutionnaire, mercenaires de l'état/combattants de la liberté,  femmes/violeurs, etc...Ces doublons sont créés d'abord par leur répétition dans le contenu des messages des média, afin que le mensonge circulant en boucle finissent par être perçu comme vérité et soit digéré par l'opinion. DaÔud est l'agent véhiculant ce message. Son texte est jonché d'immondices dans lesquelles il traîne ses cibles, El-Kadafi, l'état algérien, Bouteflika, des responsables algériens, la Libye, la Syrie et toute entité qu'il vise. Son style est d'ouvrir les vannes d'égouts et d'y entraîner ceux que ses commanditaires lui ont désignés comme cible. 
Son texte est autant que possible vulgaire pour caresser les plus bas instincts humains, et le langage est populaire pour atteindre le maximum de lecteurs. Son lectorat généralement illettré est facilement converti en une communauté d'éternels ronchonnards nourris de la frustration et du mécontentement cultivés par l'habile chroniqueur dans sa rubrique "Raina-Raikoum" ! Le secret de sa popularité étant en partie dû à cette tournure de phrase captivante, "Raina-Raikoum" où le lecteur s'identifie à l'auteur de cette entourloupe quotidienne. La défense de la vérité n'est pas sa préoccupation, la diffamation imagée est sa technique et elle vise à éclabousser le plus grand nombre de cibles possibles. L'état, le gouvernement, l'Islam, la langue arabe, Dieu et ses Prophètes, la pudeur, les bonnes mœurs, rien n'échappe à son épandage toxique. La vérité apparaissant aujourd'hui (2013) au grand jour après la révolution en Libye (2011), il est permis de juger du travail de sape et de manipulation de ce démon personnifié, sinon de possédé.  Agité comme marionnette par 70 démons qui de Tel Aviv dressent des campagnes de propagande recherchées et subtiles que David adopte avec une fidélité méticuleuse. Un article, parmi une multitude d'autres, publié en 2011, dévoilera son absence d'intégrité intellectuelle. Il y cite la mise en scène produite par Iman Obeidi, l'icône de la révolution libyenne, victime selon ses dires d'un viol collectif. «L’envoyé de l’envoyé n’a pas parlé d’Iman Obeidi (*), des milliers de libyens tués par le Rat de Tripoli, des bombardements, des tortures, des blindés, des snipers contre des gens nus qui demandaient seulement la liberté, le droit d’élire et de contrôler leurs vies et leurs gisements.» Appréciez l'euphémisme de  "les gens nus" décrivant les rebelles salafistes d'Al-Qaida armés secrétement depuis au moins une décennie et dont le nombre s'avéra considérable et bénéficiant d'un soutien international. 
--------------------------------------------------
(*) Note : a propos du viol de Iman Obeidi et des aboutissements de cette affaire, des analyses détaillées ont été faites de tous les événements entourant cette affaire, films, photos, déclarations, différentes versions de l'histoire présentée par la supposée victime, l'intervention de Hillary Clinton pour son expatriation vers les USA, ses déclarations à CNN, etc...; il en ressort que le scoop médiatique était une fabrication destinée à accabler le régime d'alors et ajouter du poids à l'argument d'une nécessité d'intervention militaire des alliés occidentaux et de leurs valets du Golf. La guerre du golf et l'invasion du Koweit par l'Irak avait déjà été suivie par ce genre de scénario et l'exploitation du témoignage d'une fillette, qui s'avéra être Niyirah Al-Sabah la fille de l'ambassadeur du Koweit à Washington, sur les atrocités commises par les soldats irakiens dans un hôpital où des nouveaux nés prématurés avaient été selon elle extraits de couveuses et écrasés au sol ! «Le témoignage s’avérera être mensonger et avoir servi à favoriser l'entrée en guerre des occidentaux.» (wikipedia)

-------------------------------------------  
Ainsi David de Mosta tentait de coller à l'Algérie une fictive ingérence dans le drame libyen omettant de designer les instigateurs connus (juiverie internationale et l'agent BHL): «Non Bouguetaya, les gens ne sont pas avec l’OTAN, ni avec la France. L’Otan, c’est votre ami le Rat de Tripoli qui l’a amené sur les terres libyennes, lui et ses fils et les gens qui le soutiennent. C’est lui qui tue les libyens, les viols et veut diviser le pays en deux, une ferme pour lui et ses fils, et un coin pour ses serfs. C’est lui qu’il faut juger pour crime et trahison. Maintenant on a presque une réponse à la question du y-a-t-il vraiment de mercenaire algérien en Libye. On les a vus et entendu. Non Bouguetaya, les gens ne sont pas avec l’OTAN, ni avec la France. L’Otan, c’est votre ami le Rat de Tripoli qui l’a amené sur les terres libyennes, lui et ses fils et les gens qui le soutiennent. C’est lui qui tue les libyens, les viols et veut diviser le pays en deux, une ferme pour lui et ses fils, et un coin pour ses serfs. C’est lui qu’il faut juger pour crime et trahison. Maintenant on a presque une réponse à la question du y-a-t-il vraiment de mercenaire algérien en Libye. On les a vus et entendu.» 
Constatez la gravité des accusations mensongères de David, qui en accord avec la propagande occidentale d'alors tentait de nous impliquer dans le conflit. Le même scénario est  relancé en 2013 et repris par David : La même stratégie fût ré-inventée lors des troubles en Mali. Sans résultat, car notre Président rompu aux traquenards diplomatiques garda la tête froide et l'esprit en alerte pour éviter les pièges tendus à l'Algérie, pièges dissimulés sous une couverture médiatique tissée par l'ennemi éternel et ses agents dont une proéminente figure, le David de Mosta. Les sites qui vantent ses écrits aliénants truffés de coups bas subversifs, sont légende. Tous appartiennent aux réseaux inféodés à la propagande sioniste et servant les intérêts du Nouvel Ordre Mondial talmude œuvrant à l'instauration du chaos dans les pays indépendants ne subissant toujours pas le diktat juif. 
 "Algérie-Focus" a recruté DaÔud.
 "Aljazira", "France-Culture", "poliglotti4.eu", "economist.com", "Libération.fr"(**), "Mediapart.fr", "France24" et la toile des réseaux de revanchards que les lecteurs moyennement informés ont depuis longtemps reconnus comme formant la galaxie des ennemis sournois qui travaillent ouvertement et sans répit à la déstabilisation de l'Algérie. Une relation entre notre "Starlette de la littérature " et la conspiration subversive existe via l'appartenance à la LADDH (vice président). L'ONG a fait l'objet de dons en espèce ($20 000, $40 000, etc..., depuis 2005 !) de la part de la NED, en faveur de la lutte pour la démocratie (sic) !   Nos ONG bénéficient des services de la NED, l'appui médiatique, le soutien à la formation  (40 cadres de la LADDH pour la promotion de la révolution démocratique en Algérie !  Lien-NED et photos ci-dessus, et l'article de ce blog au Lien)



________________________________
Remarque :
La "Freedom House" montre également toute sa sympathie à LADDH devenue le fer de lance de l'ingérence en Algérie de "l'Axe Du Bien" judéo-étasunien. (Voir plusieurs articles de Ahmed Halfaoui dont :  Lien)
"El-Watan" représente la voix de la liberté en Algérie selon leurs "critères" d'évaluation  ! 
Même pendant la guerre d'indépendance et ses harkis, plus à plaindre qu'à blâmer malgré leurs crimes et leur transgression, la trahison n'a pas atteint un degré d'engagement aussi sournois par le bais d'ennemis toujours présents et infiltrés parmi nous ! Ils ont adopté une apparence plus distraite, n'ont plus de fusil à la main, sont vêtus de tenue ordinaire, occupent des professions en apparence normales et civiles, sont certainement plus éduqués, mais servent massivement les desseins de l'ennemi éternel , la juiverie internationale. Une deuxième guerre d'indépendance est peut être nécessaire pour éradiquer les dangers hérités du colonialisme et du péril des troupes de suppléants débarqués de Tunisie sous la houlette de Boukharouba et de ses sbires ! Le Grand Maître a légué à l'Algérie un système scélérat que le Président Chadli avait tenté de démanteler en vain, système que Bouteflika confronte, presque seul, au vu de la démobilisation et de la sottise d'une grande majorité d'Algériens ! 
________________________
Note (**) Devant "Libération.fr", KD étale sa haine, rien n'échappe à son évacuation, il rend tripes et boyaux, la conduite principale des égouts d'Oran est une fontaine fraîche comparée à son fleuve d'injures. Les lecteurs de "Raina-Raikoum" apprécieront le style qui ne nécessite pas de don littéraire, qu'ils ne  n'acquériront dailleurs jamais vu leur goût prononcé pour la grossièreté débitée par David de Mosta. Ce Lien est également recommandé pour le jury de la "maison de la culture" qui puisa dans les fonds publiques pour octroyer un prix "Mohamed Dib" au cheval de Troie du NED étasunien !


(Par KAMEL DAOUD Ecrivain et journaliste au «Quotidien d’Oran»)«A l’occasion du 50e anniversaire des accords d’Evian, le 18 mars, nous avons demandé ces textes à deux écrivains. Kamel Daoud est né en 1970 à Mostaganem. Il vit en Algérie. Leïla Sebbar est née en 1941 à Aflou (près d’Oran), d’un père algérien et d’une mère française. Elle vit à Paris.»
Réponse de David : 
«Quel est le but de l’histoire algérienne ? 
 Quand il y a un colon, le but, c’est chasser le colon. Mais quand il n’y en a pas ? Que faire quand on a bouté hors du pays le Français, l’Ottoman, l’Espagnol, le Romain ? Chasser l’Arabe aussi, disent certains. D’accord, sauf qu’il a été plus malin : l’«Arabe» se fond dans le décor au point où on ne sait pas le distinguer des autochtones. Meursault l’a tué, mais c’est Albert Camus qui en est mort. L’Arabe générique se cache dans les mentalités, les livres, il colonise encore, mais on n’arrive pas à le situer pour mieux le chasser. Et le pire, c’est quand des colonisés algériens se prennent pour le colon arabe d’il y a des siècles et revendiquent l’arabité comme une nationalité alors que c’est un mariage forcé.» 
Lire la suite de l'article après s'être muni d'un masque de protection. Sensibles de l'odorat s'abstenir.
Récemment, le harki avait vilipendé Bouteflika pour s'être fait soigné en France (occultant le fait "après consultation de ses médecins, pas à sa propre initiative") tout en se parant de patriotisme ! «Peut-on encore oser demander des excuses à la France ? » (Algérie-Fakkous)
Le moralisateur se dénude et expose sa chutzpah, le contredit étant la tare qui l'accable sans le déranger, l'individu étant dépourvu de tout sens de pudeur ou d'honneur. Comment en aurait-il après avoir vendu son âme et prêté son dos comme monture à la subversion juive dirigée de New York? Une monture lancée aveuglément à la manière des kamikaze signalant la perte entière de contrôle personnel. Est-il en phase de préparation pour un grand sacrifice qui le sanctifierait en martyr, en leader, ou en quelque célébrité mondiale. Les "Protocoles" le mentionnent: Des avancée de la cause talmude sont parfois nécessaires au prix du sacrifice d'un des "leurs".
___________________________ 
En marge de l'actualité nationale, n'oublions pas le drame majeur qui se déroule sous nos yeux dans une conjoncture internationale particulière, dominée par les agressions des  talmudipèdes juifs qui imposent leurs mensonges à l'opinion internationale anesthésiée par une propagande planétaire inégalée dans toute l'histoire de l'humanité. Le branle-bas de combat qui s'opère au détriment de la noble Syrie, une glorieuse nation et un peuple vaillant. Ce pays actuellement la cible d'une attaque militaire de front coordonnée par les adeptes des Église/Synagogue/Mosquée wahhabite. Temples de Satan correspondant respectivement aux cultes contrefaits, 
- des pays de confession chrétienne assujettis à la juiverie internationale d'essence bancaire-usurière, 
- la communauté juive menée par les Rabbins talmudiques et les banquiers shylock, et
- le "Qarn Echaitan" prophétisé depuis 15 siècles (référence à la secte satanique des wahhabites-nadjis-salfistes dirigée par le Conseil de Coopération du Golf  : Arabie Saoudite, Qatar, Émirats arabes, Koweit, etc..).
 L'intervention et l'ingérence dans d'autres pays des forces combinées des trois piliers du règne du Dajjal est un fait historique reporté et analysé quotidiennement sur la planète sous différentes approches : économique, financière, politique, géostratégique. Mais la méthode qui élucide  dans sa totalité le paradigme des changements majeurs brutaux se retrouve dans l'étude de la fin des temps (wikipedia pour un aperçu général de l’eschatologie).
David de Mosta est naturellement éperonné pour légitimer l'agression et exhorter les arabes qu'il méprise à emprunter la voie vers le chaos des révolutions printanières.
L'arrogance et l'insolence de Kamel DaÔud s'élucide dans l'analyse des techniques développées par la NED et des ressources qu'elle investit dans des "figures de la révolution", des personnages transformés en icônes de mouvements anarchiques et défendus par les tenants du NOM juif qui au besoin font appel à leurs forces militaires pour les protéger. David se prépare-t-il à tenir ce rôle ou est-il un simple catalyseur-scénariste qui tente de recruter et de parrainer des futures vedettes de la politique ? Dans les deux cas, il est définitivement un danger à appréhender sérieusement et à traiter avec fermeté.
Ne tombons pas dans leurre de croire que le personnage est un intellectuel qui défend des idées, une doctrine philosophique, ou une idéologie politique, car son mépris affiché des valeurs de tout un peuple ne se limite pas à la  provocation mais est une manoeuvre commerciale qui a pour but de capitaliser ($$$) sur une renommée que le scandale lui procure.  Il s'avère que le contenu de ses écrits sied à merveille à ceux qui y recèlent un potentiel de conflit. Ils le gratifient ($$$) pour le volume de discorde et l'étendue des troubles qu'il engendre. Son engagement dans LADDH est destiné à lui procurer une protection de dimension internationale au vu des relations et du sponsoring (encore une fois $$$) d'institutions aussi puissantes que la NED, la Freedom House ou les média dominants juifs. N'imaginez surtout pas que David est un écrivain isolé qui de ce fait est seul confronté au Goliath du système lui gagnant naturellement la sympathie de l'opinion par sa position de faiblesse. Il est en fait la tête de l'iceberg dont la partie cachée représente la plus puissante des organisation que l'humanité a vu naître et dont les administrateurs sont la nébuleuse juive qui regroupe aussi bien les monstres des média kosher, les ONG internationales, les milieux politiques talmudes d'Occident, les barons de l'édition, les loges maçonniques et bien sûr le MOSSAD-services secrets occidentaux ! Ses nombreuses vadrouilles au coté des talmudupèdes de France, du moins celles annoncées par les média, car occultant celles privées qu'il entame loin des yeux du commun des mortels, l'ont INÉVITABLEMENT fait chuter dans les filets des spécialistes qui traquent les ambitieux de cette envergure et qui INEXORABLEMENT saisissent le gibier qu'ils ciblent. Les techniques utilisées sont rarement dévoilées dans les films de fiction genre "espionnage" mais sont si raffinés que peut de gens imaginent jusqu'à leur existence. 

De ce fait et en vérité David est lui même victime de ses errements littéraires, de sa cupidité et enfin de sa popularité, sans oublier de mentionner les malédictions qui le poursuivent, conséquence de ses insultes et de ses blasphèmes répétés.  En s'affichant avec assurance et arrogance il tente de dissimuler ses déboires, mais la réalité est que son inquiétude et son désarroi le tourmentent car se sachant pris comme un rat, un cobaye aux mains d'experts de laboratoire qui le manipulent à leur guise.
 «Il va falloir qu'il apprenne à conduire allonger sur la table d'expérimentation !» (sa recommandation à Bouteflika)
Parole de Sage :
Un vieux dicton populaire décrète que "le bâtard (Ferkh) est celui qui renie ses origines" !
Quelles sont donc les origines de ce renégat de l’arabité, de l'Islam et des valeurs et constantes nationales ?        

                                                   A Suivre...  

Aucun commentaire: