2 août 2012

L'économie moderne repose presque entièrement sur ​​des mythes (corrigé)

Sciences économiques : Dés le premier abord on constate que le terme de "science" est controversé car non reconnu unanimement par les académiciens et les théoriciens qui abordent le sujet de la définition de cette branche du savoir ravagé par les controverses et les polémiques. Des écoles et des courants de pensée divergent sur le contenu, la méthode, l'empirisme ou l'approche cartésienne, la logique ou l'aléatoire, l'épistémologie, la scientificité, etc....
Dans www.scienceseconomiques.com la question est posée :              "L'économie est-elle une science ?"
      (Lien) «Les critères de scientificité en économie sont difficiles à trouver car sur de nombreux points l’économie ne fonctionne pas comme une science (grandes fractures idéologiques, écoles rivales) mais, malgré ces réserves, il est indispensable de les recenser.» 
Au même Lien :
     «L'épistémologie économique :
    "... Conclusion : L’économique est en avance sur les autres sciences sociales mais est en prise à de nombreux obstacles.
- La connaissance des fins économiques est la science d’un objet essentiellement changeant, les faits se définissant dans des contextes sociaux soumis aux aléas de l’histoire.
- Elle ne peut viser que des faits et non des évènements, ce qui limite sa capacité de prévision.
- Elle est inévitablement mêlée à l’idéologie.»
Différentes définitions effleurent la nature de cette "science", qu'on souhaite "une" parmi les sciences sociales, mais qui est y enchevêtrée.
 Wikipedia : «En réalité, il n'existe pas une seule définition de l'économie, mais plusieurs définitions, chaque définition renvoyant à des réalités sous-jacentes différentes. En effet, la science économique peut s'appliquer à de nombreux domaines (économie financière, internationale, politique, industrielle, du travail et des ressources humaines, publique, de la santé, de l'environnement, de l'éducation, etc.) être appliquée de différentes manières (méthode économétrique, microéconomique, macroéconomique, etc.) et y rechercher des objectifs différents (efficience, égalité, etc.).»
 La littérature qui traite de cet enchevêtrement de divers domaines du savoir a toujours été prolifique et elle succombe sous le poids des querelles qui règnent au sein des institutions académiques, dans les centres d'expertise, dans les organisations internationales, et dans la jungle des média, qui se spécialisent dans l'analyse et la prévision des indicateurs, l'évaluation de la performance des choix et décisions politiques initiatrices et  guides de l'activité économique.
Ce bref survol des "sciences économiques" dégage l'impression vague mais persistante de la présence, d'insuffisances,  d'inexactitudes dans le contenu, les méthodes, les objectifs, les programmes de l'enseignement, et en général dans la littérature qui traite du sujet. La leçon primordiale à retenir de cette prospection du monde controversé de l'économie nous dicte les règles d'or suivantes : la nécessité d'approcher tout texte qui s'en réclame avec prudence et surtout exiger des personnes qui s'y impliquent beaucoup de modestie, d'humilité  et de réserve. Ces règles d'or, que toute personne impliquée dans le débat et l'analyse économique devrait élever au rang d'axiome, ne sont hélas que rarement observées. Les déclarations des "économistes" sont souvent avancées comme vérités absolues, justifiées uniquement par la potion alambiquée de la persuasion, du verbiage, d'une logique boitillante, et une vision troublée par le brouillard de l'idéologie .
De l'examen formel de la littérature traitant des sciences économiques il ressort un constat hélas amer qui accable la majorité des professionnels et dévoile une tare collective :  l'impudence et le manque de retenue qui accablent leurs exposés. Tous dissertent avec la conviction de partager des vérités absolues et de présenter des arguments irréfutables. L'expérience démontre au contraire leurs défauts, leur approximation, leur médiocrité, leurs erreurs et la grossièreté de leur pensée.  L'anarchie et la panique qui règne dans le monde économique et financier suite aux crises endémiques qui sévissent depuis des décennies, sont la preuve de l’inadaptation des connaissances des experts et des conseillers en tout genre qui gèrent/administrent le chaos économique actuel.  La cause principale de cette avarie dans le fonctionnement de ce corps de la pensée se situe dans la manifestation de l'instinct de survie d'une profession qui abuse de ses prérogatives et enfreint les règles de la déontologie.  Qui de chercheur (qui n'a rien trouvé) ou d'enseignant arborant des diplômes honorifiques infructueux et inconsistants, tous s'accrochent au mythe de leur activité intellectuelle stérile, flétrie par la carence de fausse scientificité et de subjectivisme de la pensée.
En un mot ils plaident uniquement pour la sauvegarde de leur gagne pain !
 Pratique maudite de l'usurerie : Mal personnifié et source de toutes les misères  :
C'est le cancer qui ronge l'activité humaine supposée oeuvrer au bien être économique. Une vérité que la majorité de nos experts /universitaires/professionnels éludent, évitent de discuter en se dérobant devant un tabou suprême, celui de la critique ou la dénonciation de cette perfidie que les enfants de Satan ont introduite dans tous les mécanismes de la machine économique/financière.
Présente directement ou indirectement dans tous les recoins de l'activité économique, dans la monnaie, l'investissement, et par prolongement dans l'industrie/production, dans les secteurs commerciaux, dans les programmes d'enseignement, dans la culture et les loisirs (sport, arts), dans l'habitat, etc...
Les injustices majeures enregistrées à l'échelle planétaire, les souffrances de populations entières suite à l'endettement, les guerres financées sous label "d'aide militaire", l'exploitation incontrôlée des ressources et les retombées négatives (pollution, corruption, pillage) sont quelques conséquences des décisions "économiques" dictées par les puissantes sphères du pouvoir mondial qui contrôlent la planète. Existeraient-ils différents modes de gouvernance économique, ajustables selon les intérêts des uns et des autres ? Les sciences économiques seraient-elles modulables en fonction de la cupidité de ceux qui la fignolent à leur avantage ? Cette science n'est-elle qu'un outil ou une arme que ses concepteurs brandissent selon les circonstances pour atteindre leurs objectifs ?
Pour illustrer ce dilemme l'exemple de l'activité des banques, au passage toutes juives et présentes partout, qui inondent le marché de leurs produits financiers dans le but de piéger les clients (états, compagnies, individus) et les accoutumer à l'opium du crédit.  Les opérations financières commerciales sont sournoisement présentées comme "aide" (sic), "investissement", "soutien au développement", "coopération", "faveur", "assistance", "partenariat", ou sous de nombreuses oxymores que le public perçoit comme "aumône", "charité", "bienfaisance". Il s'avère hélas que la tentation de nombreux clients à bénéficier de prêts et "d'aide" tournent au cauchemar et leur situation déjà précaire se transforme en catastrophe humaine et en faillite économique, sous le poids de la dette ! Des théorie et des traités volumineux sont publiés pour vanter les bienfaits de l'investissement, mythe qu'on maquille pernicieusement pour dissimuler sa nature sous-jacente où sommeille le monstre shylock, maitre de la prédation usurière ! 
Recommandation primordiale:
Indépendamment du niveau de connaissance des mécanismes commerciaux, financiers, et des règles de gestion, une principe essentiel à respecter dans toute décision ou choix économique est celle qui consiste à s'isoler de l'emprise des banques. L'expert et le décideur se doivent de tracer un plan ou une stratégie, en minimisant l'influence des banques dans tout processus d'élaboration d'un projet économique de nature industrielle, commerciale, sociale, à destination locale ou internationale. Le financement par le biais de l'emprunt gangréné par le taux d'intérêt est la peste qu'il faut éviter par tous les moyens et astuces  imaginables. L'appel à la participation via une intégration du partage des risques ou des bénéfices, est une forme envisageable sous la forme préconisée par le système dit de financement islamique dans lequel banques et entreprises s'associent dans un projet et agissent en partenaires.
Théorie et réalité économiques : deux mondes distincts irréconciliables.    
Sous l'angle "théorie" et celui de "réalité" l'économie possède deux faces distinctes qui font penser au personnage célèbre de Dr. Jekyll and Mr. Hyde.
Le jour, le scientifique contrôle la situation et règne en maitre dans un univers aseptisé et idéal où il côtoie des techniciens, analystes, statisticiens, et chercheurs exhibant leur savoir dans un vaste éventail de connaissances académiques.
La nuit, le personnage se métamorphose en loup garou qui sillonne les rues; incontrôlable, imprévisible, impitoyable et sournois envers ses victimes. Durant ses randonnées nocturnes son passage résulte en un bain de sang dans les banques, les centres financiers, les bourses, les divers marchés.
                                                            A Suivre...

Aucun commentaire: