18 août 2012

Indépendance De L'Algérie : Mythe Et Réalité.

Le cinquantième anniversaire de l'indépendance de l'Algérie a donné lieu à une vague déferlante de récits et de témoignages sur la guerre de libération, son aboutissement le 05 Juillet 1962, et les années qui suivirent le recouvrement de la souveraineté nationale.
Les historiens découvrant la liberté, depuis l'arrivée de Bouteflika, abordent les questions les plus ardues et les plus délicates, celles que le pouvoir personnel de Boukharrouba (alias Boumédienne) avait tenté de rayer des manuels, de la mémoire collective, et de toute revue critique. Combien rassurant pour les spécialistes et également les néophytes, de découvrir les résultats du soudain regain d'intérêt pour le sujet. Nombre d'auteurs livrent le fruit de leurs travaux au public. Les faits, les statistiques, les témoignages, et les documents divers, sont recueillis laborieusement pour permettre une meilleure vision de ce volet opaque de l'histoire de l'Algérie. Le travail prolifique d'historiens, la confrontation de témoins, la révision des documents, la divulgation de documents inédits, le défrichement d'archives nouvellement disponibles, et le recoupement objectif des faits, ont ouvert une nouvelle ère à la connaissance du passé, un passé travesti, maintenu par l'obscur bureau des propagandistes de la tartuferie idéologique et de la parodie économique frauduleuse dénommée socialisme spécifique.
Dans la foulée de ce mouvement de délivrance intellectuelle et de liberté d'expression, s'engouffrent des personnages qui inévitablement n'ont pas pour but commun et unique la connaissance de la vérité et des faits réels. Se rejoignent dans cette mouvance intellectuelle des acteurs avec des profils variés et des motivations différentes, et pouvant être classés grossièrement selon les catégories suivantes :
1- les mercenaires de la plume servant des intérêts secrets et couvrant les méfaits de personnages ou de groupes d'intérêt connus ou occultes; jouant ainsi le rôle de gardiens d'enceinte,
2- les auteurs qui vomissent la haine et la discorde, pour régler des comptes personnels ou soulager des frustrations, légitimes ou injustifiées, sous l'étendard de la vendetta contre un ordre qui les a neutralisés et astreints au silence,
3- des experts ou des témoins qui, souvent bénévolement, tentent d'apporter leur concours à l'écriture de l'histoire dans un contexte qui favorise la libre expression, la recherche objective, pour élucider ou rétablir des vérités cachées.
Le premier groupe fera l'objet d'un examen plus approfondi et occupera la suite de cet exposé parce qu'il nous réserve des révélations qu'aucun historien n'a encore abordées et que je me suis senti obligé de décrire et offrir en un bref aperçu sur le sujet de la connaissance des dessous dissimulés de la version "officielle",   mensongère, propagandiste, déconcertante et imposée par l'autocratie.
Les deux groupes suivants sont volontairement et temporairement ignorés, offrant certes un grand intérêt, mais autre que celui observé sous l'angle de l’approche "conspirationniste" ou "révisionniste"
de l'étude de l'histoire et des événements ayant marqué 50 ans d'indépendance.
L'Histoire de l'Algérie ne peut être dissociée des grands changements et bouleversements ayant marqué les 19-20 siècles, et ayant affecté la région représentant l'Empire Ottoman. L'attribut partagé par l'histoire commune des pays de la région se situe dans l'incompatibilité des versions officielles confrontées à celles présentées par les chercheurs avertis qui dévoilent les pouvoirs/acteurs/motifs/et desseins occultes qui ont été intentionnellement dissimulés de la vaste majorité du public.
Remarque :
La colonisation de l'Algérie n'est pas le résultat accidentel d'un soit disant incident diplomatique ayant opposé le Bey d'Alger à l'ambassadeur de France. Ceci n'a été qu'un prétexte délivré à la galerie des lecteurs naïfs que les manuels scolaires manipulent depuis 1830. La vérité, présentée brièvement, ne peut être saisie que sous l'angle du complot instigué par la juiverie et sa succursale goyim de la maçonnerie française ayant eu pour but non déclaré le démantèlement de l'empire ottoman tout en portant un coup au monde musulman, un univers que le pouvoir mondial des banquiers talmudes ne contrôlait alors pas et qui recelait un potentiel économique et des ressources naturelles inestimables. Ainsi "d'une pierre deux coups", l'entreprise devait permettre aux éternels comploteurs et enfants de Satan de régler des comptes avec la religion qu'ils n'avaient pas pu soumettre à leurs divers avatars. Déviations avec lesquelles ils avaient au cours des siècles de "reforme" et de commentaires rabbinaux corrompu les messages divins dictés à Moise et Jésus (QPASS) !
Les agents de la juiverie internationale :
- ceux du crû local, à l'image des Busnach/Bakri,
- ceux de France, menés par Rothschild et ses associés (exemple : Crémieux).  
[Note : Dans un article antérieur (Lien) est abordé le rôle primordial des juifs dans la conquête française de l'Algérie, réfutant ainsi les fables que les gardiens d'enceinte qualifiés "d'experts" (ex. Benjamin Stora) susurrent aux oreilles des crédules. Experts certes confirmés, mais dans la mystification de l'opinion et la falsification des faits !]
Les juifs des deux rives de la Méditerranée se sont entendus pour mettre fin à la puissante régence d'Alger qui par son contrôle de la mer entravait les plans subversifs talmudes menant à l'occupation de Jérusalem, la capitale symbolique du ralliement juif et du sionisme international.
Deux étapes préalables devaient être franchies :
1- Le démantèlement par la force de la colonisation, ou par l'accord d'indépendance fictive accordée à des agents mandataires, ou par l'inspiration de "renaissances" politiques (Nahda en Egypte  répercutée ailleurs par le stérile nationalisme arabe).
Il est important d'avoir présent à l'esprit le calque limitant principe  
Tous ces changements étaient entièrement initiés par la franc maçonnerie locale (Lien), celà depuis la campagne de napoléon Bonaparte.
2- L'infiltration de crypto juifs dans les mouvements à inspiration idéologiques utopiques (voir révolutionnaires/ modernistes/ laïques/ progressistes /socialistes/ populaires). 
Les événements majeurs ayant marqué le 20-ième siècle, la destruction de la Russie impériale par les Juifs Lenin, Troitsky, Staline. Les guerres mondiales, les crises financières et économiques, le pillage coloniale, sont l’œuvre des Talmudiens. Les prédateurs éternels qui se délectent du sang des Goyim offert en offrande à leur architecte Satan, en programmant les désastres humains, et en causant malheur et affliction sur toute la planète.
Une étude de William Guy Carr (Lien), intitulée "Pawns in the Game" (1958), traduire par "Des pions sur l’échiquier" révèle les intrigues du complot monstrueux qui prit naissance dans les salles de réunion sombres des banquiers juifs de Francfort (les Illuminati Rothschild d'Allemagne). 
Sur le modèle dressé pour renverser les monarchies d'Europe, les Dönme (Lien !!, Lien, Lien, Lien, Lien), juifs de l'empire ottoman originaires de Salonique formant le pouvoir secret des "Jeunes Turks" dirigés par le juif Mustapha Kamal  (Lien, Lien, Lien) qui établirent la république laïque et imposèrent des lois anti-islamiques telles l'interdiction du port du fez (chechia) et hijab, l'interdiction de la langue arabe, l'imposition de caractères latins pour la traduction de la langue parlée turque en une nouvelle langue officielle !
Sur ce dernier point notez la malveillance juive qui a eu pour effet de dissocier complétement la nation turque de 14 siècles de sa glorieuse histoire en effaçant tout le patrimoine culturel, religieux, et politique qu'embrassaient les archives en arabe. La mémoire d'un peuple détruite par un décret du dictateur "fondateur de la Turquie moderne", une oxymore pour dissimuler la destruction de l'épopée d'une civilisation et la mise à zéro de l'histoire d'une nation !
La dictature militaire qui fut instaurée alors allait défigurer et aliéner les valeurs et constantes d'une nation au point d'en faire un état hybride naufragé, sans ancrage historique et balloté entre orient et occident ! Une œuvre machiavélique du domneh/ juif/ franc-maçon  Attaturk, un personnage digne de son pedigree satanique dont l'image est sacralisée jusqu'à aujourd'hui par l'omniprésence de son portrait officiel et de statues sur toutes les places publiques turques !
Signe de la reconnaissance de son travail subversif dévastateur Israél lui a réservé des monuments commémoratifs significatifs, honorant le monstre juif pour son rôle de "Terminator" de la grande nation musulmane que fut la Turquie.

File:Mustafa Kemal Ataturk Memorial in Yehud, Israel.jpg

Mustafa Kemal Ataturk Memorial in Yehud, Israel.

File:PikiWiki Israel 10608 Mustafa Kamel Ataturk.JPG

PikiWiki Israel 10608 Mustafa Kamel Ataturk.


A suivre : Boukharouba, le " père de tous les algériens ".....

Aucun commentaire: