3 oct. 2011

Les Slogans Mensongers Sur La Libye Publiés Par El Watan Et Les Média De La Subversion Révèlent Leurs Liens Intimes Avec Le Nouvel Ordre Mondial.

Phase 1 du début de l'écriture des pages obscures de l'Histoire contemporaine de la Libye. Bilan préliminaire de la guerre menée par la juiverie internationale et entérinée par ses réseaux et filiales médiatiques de la presse et de la télévision, internationaux et locaux (à savoir les voix de la "démocratie" en Algérie, toutes tendances confondues, islamistes et laïques). Ennahar se distinguant du lot par sa vigilance et son sens de l'honneur et du vrai nationalisme. Nationalisme que l'ignominie de laïcité et de ses suppôts tente de radier des constantes nationales, en y substituant les infamies de l'uniformité culturelle, raciale, religieuse et sociale dressée dans la matrice du NOM et prescrite par les "protocoles des sages de Sion), sans omettre la confusion des genres et l'homosexualité, option sociale qui a trouvé en El Watan un avocat accrédité.
Les forces en présence étaient, du point de vue de la presse et des média dominants, engagés essentiellement dans la défense des populations civiles après les menaces d'El Kaddafi de "nettoyer" Benghazi des mercenaires qui l'occupaient. L'intervention de l'OTAN, légitimée par un vote scélérat de l'ONU et destinée à explicitement instaurer une zone d'exclusion aérienne, fut détournée de son objectif "légal" pour justifier et camoufler une agression militaire à visée impérialiste.   
Les slogans publiés par El Watan on-line durant une période de deux mois, Septembre-Août 2011,  révèlent l'engagement partisan du cheval de Troie Rothschildien. Son enthousiasme militant et partisan en faveur du conflit  laisse pantois, tant par l'hystérie que par l'urgence, la cadence et le débit des annonces, vantant la mission des proxies armés du Nouvel ordre Mondial. 
En rétrospective, l'engagement et le militantisme de nombreux média en faveur de la destruction de la Libye par l'OTAN et ses hordes de rebelles dévoile le caractère prémédité, programmé et coordonné de l'entreprise militaire. Aucune justification professionnelle, journalistique, ni une logique politique ou idéologique ne peut appuyer l'engagement démesuré, disproportionné, et excessif des agents des média en faveur de l'action militaire de l'OTAN. Commercialisée sous le paravent d'opération "humanitaire" et lancée dans la confusion, avec usage d'armes prohibées, sur des cibles civiles et des populations innocentes. Le mensonge comme outil de propagande a été exploité sans restreinte, par les organismes internationaux, les politi-chiens et leurs réseaux de laquais et valets de service. Le comble de la machination est le ralliement de la presse dite indépendante et les chaines de télévisions arabes à cette opération de génocide, durant le mois de....Ramadan !  Les Arabes et Musulmans devraient garder en mémoire la participation de ces média aux crimes commis contre l'humanité dans un pays frère, et reconnaitre la malveillance dissimulée dans les rédactions et l'animosité partagée par ces charognards de la communication, indistinctement sous le vernis "islamiste" ou celui de laïc, donc de la synthèse de la dualité thèse-antithèse.
La situation confuse du conflit, perçue par les analystes intègres, reconnus mondialement pour leur objectivité et indépendance, comme une manigance orchestrée par les tenants du Nouvel Ordre mondial, n'offrait aucune indication sérieuse permettant de prévoir un changement politique ouvrant une aire nouvelle de bonheur et de prospérité au pays. Fabulations, mythes et illusions ont été les arguments rabâchés ad infinitum pour convaincre l'opinion du bien fondé des bombardements aveugles et in-discriminatoires contre des objectifs non militaires, et pire contre les villes peuplées de civils.   
- «La Ligue arabe force la cadence» .
-«Un saut dans l’inconnu.»
-«Le FFS réitère son soutien au peuple libyen.»
-«34 pays ont déjà reconnu le CNT libyen.»
-«Le monde soutient le CNT et attend la chute d’El Gueddafi.»
-«Des élections seront organisés dans 8 mois : 
          La deuxième République de Tripoli»
-«Libye. Le soutien de Saïd Sadi au CNT. Une nouvelle  Algérie dans 15 jours» (sic)
-«Des ‘‘think tank’’ projettent déjà l’image d’un Maghreb qui sera moins arabe et plus berbère» (incroyable !)
-«Nous redemandons à l’Algérie d’ouvrir ses portes aux réfugiés touareg libyens»
-«Le soleil se lève sur la Libye nouvelle»
 (soleil de minuit ?)
-«Nous avons besoin de soutiens diplomatiques, sécuritaires et économiques pour la Libye»
-Sarkozy : «Vive Benghazi, vive la Libye » (Et bien sûr, «Longue vie à Israél !» )
Etc, etc...., ceci pendant 09 mois !!
Sur-réel, extraordinaire, sensationnel, inouï. Le délire, la fureur, l'ivresse du pouvoir, dans les rédactions d'El watan, El Khabar, Echourouk, Al-Jazira, Al-Arabia, Liberté, et la "nébuleuse" de la coalition, se sont déversés contre la Libye, devenue un laboratoire, un champ d'expérimentation, un tube d'essais, où l'uranium appauvri, les armes chimiques, le mensonge et la perfidie, la manipulation de l'opinion, les promesses d'une vie meilleure après le déluge, se mêlaient pour produire une potion magique qui allait transporter le libyen vers le bonheur éternel. Une potion garantie, kosher, hallal, licite et recommandée pour tous les peuples de la région. Jubilants de la victoire de "l'Axe du bien" et anticipant un effet "dominos", pour l'Afrique du Nord, El Watan, l'illuminé et avocat véreux des révolutions, se lance alors dans une vindicte contre l'Algérie, son gouvernement, le président Boutéflika, les blâmant pour avoir refusé de participer à l'orgie de sang et de larmes célébrée par les alliés du Diable. Sentant les armées de son maitre se rapprochant de nos frontières, le renégat hausse le ton, parfois menaçant :  
-«Le capital révolutionnaire de l’Algérie dilapidé »
-«L’Algérie est-elle en violation de la résolution 1970 ? »
-«Toute la vérité sur le comportement de l’Algérie va pouvoir être  révélée»
-«La presse étrangère s’interroge : A quoi joue l’Algérie ? »
-«L’Algérie de plain-pied dans le bourbier libyen»
-«EXCLUSIF: Alger décide de fermer ses frontières avec la Libye»
-«L’Algérie se doit d’être aux côtés de la révolution libyenne»
-«Le CNT remerciera la coalition lors de la signature de contrats commerciaux et pétroliers» 
-«Les motifs d’un geste pas très diplomatique»
-«Pas besoin de la reconnaissance de Bouteflika, celle des Algériens nous suffit»
-«L’emblème du fiasco diplomatique.M. Bouteflika continue d'observer un silence terriblement embarrassé sur la Libye»
-«La diplomatie algérienne otage de Bouteflika»
-«La position de l'Algérie envers le conflit libyen vu par des experts »
-«Le mauvais calcul d'Alger» 
-«Pourquoi Bouteflika ménage El Gueddafi»
-«La position intrigante du gouvernement algérien par rapport au conflit en Libye»

Surviennent les aigris et moribonds, tous balayés de la scène politiques par Bouteflika, mais qui collent à l'Algérie comme des morpions et qui ressurgissent sporadiquement, cette fois en oracles du malheur qu'ils tentent de diffuser. Sans pudeur, comme de coutume :
-«La diplomatie algérienne est ouvertement mise en cause par la classe politique nationale, notamment dans sa gestion de la crise libyenne.» (El Watan)
-«Pour Abdelhamid Mehri, la diplomatie algérienne «n’exprime plus les valeurs fondamentales de l’Algérie et de son histoire». «Notre position n’est pas claire, elle est intenable, elle ne peut pas faire office de politique étrangère d’autant que nous avons des liens forts avec le peuple libyen et des intérêts stratégiques avec ce pays», a critiqué l’ancien secrétaire général du FLN. Il a estimé qu’en matière de politique étrangère, «l’Algérie, sur des dossiers importants, notamment en Libye, doit prendre les choses en main et exprimer l’opinion la plus large des Algériens».
«Des appréhensions suscitées et alimentées davantage par un manque de «visibilité stratégique». Le pouvoir est-il dans une situation handicapante qui déteint sur ses choix stratégiques qui engageraient la sécurité nationale ? Pas tout à fait faux. «Nous sommes handicapés par la situation interne. L’Algérie s’enferme sur elle-même. Les difficultés internes ont des répercussions directes sur la situation externe», a analysé l’ancien chef de gouvernement et candidat à la présidentielle de 1999, Mokdad Sifi. «Il aurait fallu prendre des contacts avec l’opposition libyenne et prévenir la situation dans laquelle se trouve la Libye actuellement», estime-t-il. Mais il semble que la diplomatie algérienne a perdu le sens de l’initiative. «Cet état de fait a fait perdre à l’Algérie de son mordant et son action sur le plan diplomatique. Jadis, des pays prenaient leur position sur des questions régionales et internationales en fonction de celles de l’Algérie. Nous étions une référence en la matière.»
-«Cécité politique» . Le Maroc vient à son tour de franchir le pas en reconnaissant le CNT, se permettant même le luxe politique de doubler la mise avec la visite du ministre marocain des Affaires étrangères à Benghazi. Bien servi par la position embarrassée de l’Algérie (et bien conseillé par....les Karoutchi- Berdugo-Azoulay...) dans le conflit libyen et le climat délétère existant entre le CNT et les autorités algériennes, Rabat se positionne et place ses billes en Libye en espérant empocher, demain, les dividendes politiques et économiques de son soutien. A cause de leur cécité politique, les responsables algériens, qui n’ont pas su s’élever à la hauteur du mouvement de l’histoire des peuples de la région, risquent de perdre un partenaire et un allié qui compte. Au plan de l’équilibre géostratégique dans la région, par rapport à l’affaire du Sahara occidental, et sur d’autres dossiers liés à la stabilité régionale et la coopération bilatérale.»(notez la profusion de verbiage, en place d'idées cohérentes, à cause de la mauvaise foi qui hante les harkis de la plume).
Les reproches faites à l'Algérie pour son refus de "collaborer" donnent l'impression qu'elle est seule à refuser le reconnaissance des fantoches du CNT, un non sens qui occulte le refus d'au moins 100 pays de la planète (Venezuela, Afrique du Sud, etc..). Qu'importe, l'agenda de l'heure est d'éreinter l'Algérie et de la déstabiliser, tradition talmude oblige, de la main d'agents introduits en son sein, soudoyés par les banksters et soutenus par les média sionistes.  
-«Libye : Alger reconnaît du bout des lèvres le CNT»
 -«L’Union européenne s’inquiète des violations des droits de l’homme»
-«Martyn Roper’s : «La circulation des armes libyennes, une préocupation que nous reconnaissons»
-MDS : «Les opposants libyens ont légitimé le droit d’ingérence humanitaire» 
-«Al Qaîda a acquis un arsenal plus puissant que celui de certains Etats du Sahel»
-Crise en Libye : Une aubaine pour des exportateurs algériens
(les charognards ?)
-«Il faut se positionner sur des marchés proches et porteurs comme le marché libyen» (les vautours ?)
-«Incertitudes sur les marchés de Sonatrach, Air Algérie et… les autres ...»
-«Le régime algérien dos au mur.» (plus sage que de l'avoir tourné vers l'ennemi)
-«L’effacement délibéré de l’Algérie »

El Watan épanoui dans son rôle de cheval de Troie fait du zèle pour prouver sa "compétence" et faire honneur à la confiance placée en lui par ses commanditaires de la "Freedom House" (des Soros-Brezjinsky). Depuis sa "Plume d'Or de la Liberté" reçue à New York, en 1994, Belhouchet, faux-jeton  et "victime du terrorisme", est dans les nues. Les honneurs de la Maison Rothschild, les gratifications sonnantes, les carottes, et les compromissions qui accompagnent ce genre de relation publique périlleuse l'ont placé à un point de non retour. Les ordres sont les ordres, et le maitre avec cette fois le bâton à la main, est réputé pour son despotisme envers ses serviteurs. Car en bon prédateur de l'espèce cannibale des talmudipèdes il n'hésiterait pas à faire un méchoui de notre petit Omar, par une nuit glaciale, sur les bords de la Seine lieu de prédilection des promenades de notre lauréat de la presse. La marche arrière supprimée de son levier de vitesse notre "victime du terrorisme" doit poursuivre sa marche en avant, sur le circuit de la trahison et de la prostitution intellectuelle. Il racole de nouveau sur les boulevards de la désinformation, cette fois en compagnie de quelques maquereaux débarqués de Paris et des centres d'endoctrinement franc-maçonniques qu'on surnomme universités. Ces "experts" se réunissent chez lui pour inaugurer l'école et la vulgarisation des révolutions-anarchies, version Jasmin. Ils sont conviés sous les auspices d'un colloque :
  « En réunissant pendant trois jours durant une brochette de chercheurs, le colloque qu'organise El Watan et l'Université Paris 8 à Alger, ambitionne d’apporter, loin des clichés médiatiques et des conjectures théoriques, des analyses informées par la pratique et la connaissance du terrain, seules en mesure d’offrir des clés d’intelligibilité des mutations en cours dans le monde arabe depuis l'immolation par le feu du jeune Mohamed Bouazizi le 17 décembre 2010.»   (Publicité pompeuse et mensongère; le but est l'intox rien d'autre; ni de "scientifique" et ni "rationnel"; colloque dominé par uniquement du pédantisme creux et venteux  !) 
 La "brochette" est en fait infecte et l'assaisonnement toxiqueClassique menu de l'intox dressé par les chefs, "très chers frères", de la Sorbonne qui couvent les transfuges de l'école algérienne, leur inculquent le reniement de soi, des origines, de l'islam et de la main qui les a nourris, et en font des mules qui déplacent à la ronde les infamies morales, spirituelles et religieuses qui font la joie de leur maitre, leur "grand architecte". Plein de suffisance, de titres académiques que leur épinglent leurs pères spirituels après les avoir gavés d'utopisme et de platonisme, ils débarquent chez nous en petits dieux de la pensée avec la prétention de nous civiliser ou de nous "illuminer". Car ce sont de bons chérubins (bâtards leur sied mieux) du "siècle des lumières". Un fléau maçonnique juif à observance satanique, qui a ruiné la culture européenne et guillotiné la religion chrétienne.
 M.Harbi, est un des éminents experts d'El Watan, historien qui récite toujours "nos ancêtres les Gaulois" et se spécialise dans le badinage professionnel sur la guerre d'Algérie, version Sorbonne. 
A ses heures perdues "enfant de la balle", un virtuose de la corde raide qui garde l'équilibre entre vérité historique et courbettes académiques à ses hôtes. Ecoutons ce qu'il nous recommande du haut de sa chair sorbonnarde.(transcription d'El Watan)
« Selon M. Harbi, si nos sociétés sont en retard par rapport aux sociétés chrétiennes, c’est parce qu’elles ne permettent pas aux femmes de jouer pleinement leur rôle. Les structures politiques sont calquées sur les structures familiales et le chef de clan ou de famille a le même rôle que le chef politique.»
Pour son rôle, la femme a un tel éventail de choix, qu'elle a fini par sombrer dans la confusion. Avec 5 millions de femmes de plus de 35 ans, en âge de fonder une famille, qui demeurant seules et célibataires, nombre d'entre elles finissent à questionner les modèles tant célébrés par les communistes-socialistes, enfin les laico-laxistes, et finalement les tordus de l'école en vogue du mélange et confusion des gendres. Impérativement lire H. Makow (Lien), car qui n'a pas encore étudié ses analyses de la société américaine est un inculte en sociologie, ce qui est le cas de ce faussaire intellectuel, qui a eu la malchance de se loger à la Sorbonne et être dispatché pour déballer ce
"kit" de la laïcité. Une autre tentative d'entourloupe :
«Pour l’historien, il faut s’attaquer au changement de mentalité de manière urgente. Il est également impératif de redéfinir le lien social et de définir de nouvelles règles de «vivre ensemble».
Et une autre :
«Mohammed Harbi pose également les problèmes de l’égalité des sexes et de la diversité des confessions qui ne sont pas pris en compte. "Il faut réfléchir à cette diversité de confessions très vite et très sérieusement", dit-il en pointant du doigt le problème du Soudan qui a éclaté pour n’avoir pas su tenir compte de ses propres assises et des rapports entre populations et confessions.»
-«L’historien conclut qu’il est impératif de changer notre grille de lecture du monde car il a changé et connaît de nouvelles recompositions. Il faudrait substituer à la souveraineté de l’Etat et de la nation la souveraineté du peuple, tout en garantissant toutes les libertés individuelles et la liberté de conscience.»
Ce que nous délivre le garçon de la Sorbonne est ce qui fait fureur aux USA, sous la coupe de Brezjinsky et C°, le nouveau "communautarisme" ou communisme prêché par les néo libéraux, tous transfuges du Trotkysme !   (Drucker le kabaliste, en est un chef de file, et Obama un adepte et agent de propagation).
Le but : détruire famille et nation au profit de l'autorité fictive du peuple, un peuple abruti par le travail de sape de l'ingénierie sociale et devenu proie idéale pour les loups talmudes initiateurs du NOM ! Les enfants de Rabbins entretiennent eux, leur cohésion et idéologie raciste, leur unité de pensée et d'action, pour s'affirmer comme les tyrans de la planète. Je vous disais que ce Harbi, de "guerrier" il n'a que le nom, pas la stature; c'est un simple support d'enregistrement ou mule dressée transportant les produits toxiques que ses commanditaires voudraient nous voir ingurgiter. Les trafiquants de hachich utilisent cette astuce pour contourner la vigilance des douaniers aux frontières.  Quelques autres transfuges parisiens associés à ce colloque de la désinformation et de l'intox ont plaidé pour diverses causes perdues, en vain car les intrigues du NOM n'ont aucun impact sur l'Algérie, malgré la complicité sinistre et malveillante d'agents et mercenaires, intellectuels sans foi, qui ont fait des débats sur l'Algérie et de ses défis, un fond de commerce tout en monnayant leur conscience et leur âme aux ennemis de l'ombre. Belhouchet, clôturant la débâcle, regretta l'absence d'imminents professors, car non imminent s'abstenir. L'auto congratulation régnant dans la salle dissimule le degré d'aliénation et de dépravation morale et intellectuelle de ces participants, menés par le ténor de la subversion El Watan. Le quotidien est commandité par Rothschild, Brejzinsky, Soros ( pour ceux qui viennent juste d'arrivée). Referrez-vous aux articles de ce blog, il y a plein de surprises qui vous attendent.
L'expérience de Libye en cours, par les conséquences catastrophiques inscrites à jamais dans les annales de ce pays, est loin de fermer les cages d'où se sont échappés les monstres qui dévorent son peuple. Peuple qui malgré les déficiences et insuffisances d'un système autoritaire, vivait dans la quiétude et l'aisance matérielle, et se retrouve livré à la domination étrangère et à la folie de renégats, agissant sous l'emprise d'un culte satanique se déclarant de l'Islam, mais en est qu'un travesti. La prescription divine commande de ne pas s'allier aux non croyants pour combattre les croyants. Les crimes commis contre les populations civiles, musulmanes jusqu'à preuve du contraire, en association avec les forces étrangères judéo-talmudes conviées à ce massacre gratuit et irresponsable, est un délit que les quatre écoles de jurisprudence condamnent, que le Prophète (SAAWS) réprouve avec force, et qu'Allah punira inévitablement car "qui tue un musulman injustement, sans motif recevable, sa destinée est l'Enfer..."  
(A suivre...)

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Vos articles seraient mieux percus par les algériens musulmans s'ils donnent les qualités de vos cibles, soit les juifs, les serviteurs des juifs et leurs sympathisants. Quand a la presse juive traitre professionnelle qui sévit encore en Algérie,(plus la presse électronique du même tonneau) que vous semblez oublier), ses soutiens intérieurs ont disparu, il ne lui reste plus qu'a tenter de se prostituer a l'étranger en attendant le changement radical médiatique prévu depuis longtemps.
Néanmoins il ne faut pas oublier que cette presse de la trahison n'a absolument aucun impact en Algérie tant les algériens musulmans s'en méfient viscéralement.
L'impact est pour l'étranger afin de faire accroire a une presse représentative et crédible ce que les ambassades étrangères savent parfaitement que cela n'est pas du tout le cas et ne le sera jamais.
Il faut donc une dénonciation efficace et fondée pour ne pas perde ni de temps ni de ressources. Quand A Harbi, cet "historien" de pacotille ,cela fait longtemps qu'il travaille pour les juifs et i lest logique qu'il bosse avec le charlatan juif B.STORA, historien de manipulation, tout en se servant des archives du juif MESSALI HADJ.