12 sept. 2011

Les Think-Tank : Cercles De Réflexions Ou Réservoir De Subversion ?

Peter Drucker se nourrissait de cervelle goyim le cannibale, pardon, le Kabbaliste !
La campagne médiatique qui a servi de plaidoirie à la création de Think-Tank en Algérie, s'est attachée à présenter les avantages et l'utilité de cette institution mais a omis d'en dessiner clairement le statut, ses liens avec l'étranger et les motifs de la participation internationale à ce projet, les objectifs réels, les sources de financement, les responsables.
The World Bank encourage les affaires et veille à leur bon déroulement..
Les banquets et les réunions, le nombre d'adeptes et de convertis, les exposés interminables, le tapage médiatique opéré en se fondant uniquement sur la notoriété, souvent surfaite, ou la stature fictive des participants, ont amplifié le débat qui s'apparente à du prêche théologique avec des consonances idéologiques.

La "culte Druckerien" n'est pas une mode passagère, de nombreux managers ne jurent que par lui, aux USA, au Japon, en Europe. Un bref survol de son œuvre m'a comblé, et sa pensée m'a inspiré, modestement parlant, mais j'ai rejoins la fédération de ses nombreux détracteurs (qui sont eux ignorés par les média) : le personnage est une fraude, une entourloupe à grand échelle que seuls les enfants Talmudiens savent promouvoir et offrir à l'admiration des Goyim et crédules dont la naïveté est de "croire en tout ce que disent les journaux". Dans le cas de Drucker, c'est pire, car il est le fruit de 60 ans de publicité kosher, pas le placard d'un quotidien, qui ont fait de lui un penseur à qui on prête des idées révolutionnaires. Comme disait son compatriote Joseph Goebbels, qui l'a sans doute inspiré : "Plus un mensonge est gros, mieux il passe." !  

 L'oeuvre de Drucker est un flot de verbiage qui est vraissemblablement délivré dans un état de délire Kabbalistique, ou "transe". Ses citations et pensées sont majoritairement saugrenues, uniquement provocantes et insolites, déroutant le lecteur qui aveuglé y voit un signe de génie et lui prête des qualités, alors que règne confusion et incohérence.  De trotskyste à défenseur de l'économie de marché, le personnage a opéré une métamorphose remarquable, mais demeure fidèle à la doctrine dite "communautarisme" ou "néo-communisme", doctrine qui se propage aux USA sous la poussée des Brejzinsky-Kissinger-Kristol et l'élan pris par ce mouvement depuis l'élection d'Obama.(Lien  et Lien)). 
 
Il n'est pas de mon intention d'élaborer ou disséquer le pour et le contre d'un sujet aussi important que la gestion de l'entreprise, les méthodes existent à profusion, et également les théories. Toutes opposées et s'entre-déchirant à mort pour convaincre leurs lecteurs, depuis deux siècles. Keynes versus Shumpeter, marxisme versus capitalisme, monétarisme versus interventionnisme, des classiques du "diviser pour régner" qui agitent experts et néophytes.
Remarquons que la réussite de l'entreprise américaine ou japonaise n'est aucunement le résultat de l'agitation neuronale du "père du management", comme tendent à le faire croire certains, elle est le fruit des sueurs des bons ouvriers et techniciens dociles et corvéables à volonté que le management presse comme des citrons en échange de promesse d'une vie meilleure.......après la retraite !
"L'ouvrier refusant le fouet, donnant lui un semblant de responsabilité, l'essentiel est qu'il ne quitte pas la chaine et qu'il trime" ! (Une de ses pensées traduite en langage accessible au commun des mortels )
À croire le dogme de nos Think-Tankers,  fini donc l'ignorance et l'obscurantisme, l'incompétence et la nullité, un siècle de lumière a débuté avec l’avènement du révéré père et prophète Drucker (de son vivant), car sa vision de la "New Society" où les adeptes se prosternent devant le divin secteur privé, durant des messes (les Think-Tank sont les églises), où on ne récite pas des psaumes mais où on "pense" (et complote bien sûr). Plusieurs de ses Apôtres ont atteint miraculeusement nos rivages, et malheureusement pour notre lucidité et notre discernement, nombreux sont les convertis parmi les rangs des fidèles qui s'adonnent aveuglément au druckérisme. Ces groupes de fidèles s'organisent en associations sponsorisées par des personnalités richissimes, et d'autres dites expertes dans "quelque chose".
"La Tunisie ? Jamais ! L'amour du pays et la charité publique m'en empêchent. Ici mourra Kaci ! "
 Le cas de Mr Reb Rab (un passionné du management, qui a fait ses classes dans le détournement et le recyclage de la ferraille) en est un exemple édifiant, ayant senti la bonne affaire, lui qui a du flair, il s'est hâté de faire peser tout son poids dans la concrétisation de projets très ambitieux, à l'image de la fabrication d'une machine à remonter le temps (progrès), qui une fois bien huilée (Cevital) va nous transporter dans le 22em siècle.
La clé du problème :
Les sciences sociales observent l'homme et l'étudient, à travers ses caractéristiques, et les activités auxquelles il est affairé : la politique, l'économie, la culture, la religion, la sociologie, la psychologie, l'éducation, etc...
Il est inconcevable d'aborder le traitement et la gestion de ces activités sans tenir compte de ses multiples particularités  climatiques, régionales, religieuses, culturelles, historiques, etc, etc.... 
Normes  ou  hordes  universelles ?
 Il est aberrant de vouloir calquer un modèle d'administration et de gestion des ressources humains importés des USA, et tenter de l'installer en Algérie ou en Afrique, sauf si le personnel est composé de machines réglables et jetables, ce qui constituerait une offense à la dignité de ce capital vivant, non-adaptable car différent de celui présent sous d'autres altitudes. Le méditerranéen, le saharien, l'arabe du Yémen, ne peuvent se métamorphoser en chinois ou scandinaves ! C'est la faille principale des utopies qui nous harcellent de leur remontrances péjoratives du "travailler comme un chinois", comme on utilisait la formule travailler "comme un nègre",  lorsque l'esclavage était pratique courante. Les enfants de rabbins eux, inventeurs de l'usure et maitres de l'exploitation de l'homme par l'homme,  par des moyens illégaux ou condamnables, ne dévoilent jamais leur handicape génétique et leur déformation congénitale : ils ont horreur du travail !  Leur métier et leur vocation est le vol.
Vol des biens Goyim bien sûr, sinon ils sont foudroyés par un mauvais sort du Rabbin.
Pourquoi veulent-ils imposer aux autres des changements spécifiques, au service du rendement, de la productivité, de la production, etc..., sinon à leur avantage ? 
Cette spécialisation et division du travail artificielle n'est-elle pas une escroquerie et une feinte servant les intérêts talmudes ? La division naturelle du travail existe et a été mise en valeur par théoriciens et décideurs, jusqu'à ce que les tenants du mondialisme tentent de bouleverser l'ordre divin et
d'instaurer un hiérarchie sociale à deux castes, élite versus populace ? 
L'exemple de l'Algérien est typique : spontané et doué dans la maitrise d'une multitude d'activités, le commerce, l'agriculture, les arts, les sciences, l'artisanat, etc.., il refuse de se transformer en "Alekseï Stakhanov", prototype de l'esclave bolchévique idéalisé par les criminels juifs, Lénine, Trostky, et Staline, pendant leur règne de tyrannie et de génocide.
Pour résumer, signalant les imperfections de l'approche de nos managers en herbe, qui apparemment mal instruits de la nature humaine, des particularités propres et de vérités sociales incontournables, singent des concepts inappropriés condamnés à la défaillance et au gaspillage d'énergie.
Un facteur incontournable, est l'Islam, qui s'oppose à l'abomination de l'usure dont sont friands nos managers druckériens, ce qui voue leurs méthodes à l'échec. Allah nous préserve de cette calamité, car Il "déclare la guerre à ceux qui la pratique". Allah dans Son immense sagesse, nous a doté de tant de ressources (pétrole, gaz, terres arables), que nos besoins sont amplement satisfaits, au grand dépit de nos ennemis connus et ceux dissimulés dans nos rangs.
Parmi eux, sinon à leur tête, A.Benbitour un ex-employé des banksters, suivi de A.Hadj Nacer ont tenté de démontrer que cette bénédiction-richesse était une malédiction-pauvreté !! Je ne sais combien de tentatives de judas traitres, répudiés par Allah, ont tenté de nous insérer dans l'esprit cette oxymore satanique sans succès heureusement. 
Un accroc majeur :
Le nivellement par le bas de toutes les caractéristiques et des facteurs propres aux individus présents sur la multitude de sites de la planète sied au plan d'asservissement de l'humanité conçu par le Nouvel Ordre Mondial Juif Talmude. Ceci explique l'intensité et le volume des moyens mobilisés pour réduire tous les différents modes de vie, de religion, de culture, de traditions et de coutumes dans un moule identique standardisé promu par les média, les politi-chiens, les intellectuels adhérants au NOM. Ceci sous couvert et l'entremise de systèmes de pensée et d'idéologies utopiques, d'organisations et associations internationales (ONG), de regroupements régionaux, des loges maçonniques, de cercles fermés de l'oligarchie et d'idiots utiles soudoyés par les banksters talmudes. Le bulldozer du NOM tente donc de facilité sa tâche, en promotant un modèle unique de l'individu, élément d'une humanité captive aisément contrôlable et gérable (en nombre par le génocide et en nature psychosociale par la submersion de la culture "Gaga" satanique). Différents axes sont orientés pour accomplir cette mission, le culturel, le politique, l'économique et le financier, le religieux, et même l'abominable infamie des genres (gay-lesbienne). Dans chaque axe sont canalisés des agents "spécialisés" recrutés secrètement dans les officines militaires et celles du renseignement, ou dans le vaste réservoir des partisans inscrits aux loges maçonniques ou dans les écoles préparatoires des Rotary-Lyons clubs. Tous braillent et chantent les slogans rédigés par les Sages de Sion dans leurs "protocoles", il y a de ça deux mille ans ! Que dire de l'impact actuel lorsqu'on constate les moyens modernes de manipulation, audio visuelles et média, tous monopolisés par les enfants de Satan ? 
En plus de l'emploi, partager les richesses et les bénéfices (100% !!), et même nos villas sur la Côte d'Azur !
 Cette fable du management débattue si ardemment par nos businessmen et leurs complices n'est qu'un aperçu des manigances que le NOM mijote pour uniformiser l'infrastructure administrative et la gestion des ressources humaines dans le contexte du nouvel esclavage mondial.
Pour l'état et ceux élus démocratiquement, et il y a du travail à accomplir dans ce sens. Ils sont représentants des intérêts de la nation. C'est un leurre et une tentative d'escroquerie majeure que de croire que des Think-Tanks associés aux prédateurs privés, Starbucks, Rebrab, Hamiani, FMI, Banque Mondiale, ou autre firme de "mauvaise" compagnie, peuvent se substituer aux patriotes et nationalistes qui défendent l'intérêt de la majorité. Les méfaits du capitalisme sauvage et de la finance internationale jonchent les artères de l'Histoire.
Les accidents, les guerres, les malversations, les abus de confiance, les crimes et génocides, les vaccins toxiques, sont le legs de la cupidité et de la voracité insatiable de ce monstre à visage humain . En Algérie, le secteur privé invoqué dans les litanies des T-T en gestation, aurait une vocation messianique et  serait accompagné d'anges. Un vrai conte de fées, en un mot. Mais étant avertis et jusqu'à preuve du contraire, nous disons "niet" !
Dernières informations
1-Les prisons privatisées aux USA, sont impliquées dans une affaire de corruption (Lien). Des juges étaient soudoyés pour alourdir les peines de délinquants mineurs ayant commis des infractions non criminelles (insulter le directeur d'école via un blog par exemple), incarcérés et jetés derrière les barreaux ! Nombreux les inculpés et condamnés purgeant des peines exagérées uniquement pour gonfler les effectifs des prisons, la rentabilité primant sur la légalité et la justice. Je parie $ 10 que le directeur a certainement lu un livre de Drucker...
 2- «À qui appartiennent nos gènes ? Aux firmes privées selon la cour d'appel US...» (Lien)
«20% des gènes humains sont brevetés. Légal, illégal ? L'histoire est en train de s'écrire, lentement mais sûrement. Prochaine étape : la Cour suprême.»
________________________________________
 Un remède efficace pour éviter ces contre performances managériales est le développement d'un secteur publique performant. En 2002, la décision de Boutéflika de réviser la politique de privatisation effrénée des années '90, à cause des déconvenues et le préjudice alarmant imputés à notre économie, est un choix judicieux décisif, dont nous constatons les retombées bénéfiques en 2011.  Les capitaines d'industrie se sentent trahis par ce "tout publique" et poursuivent leur quête de nouvelles conquêtes, les T-T servent leur dernière stratégie.  

___________________________________________
        Suite du dossier                         ==============>

Aucun commentaire: