30 juil. 2010

Ayaan Hirsi : Un Cas D'Ecole De La Laicité Et Des Chemins Qui Mènent À L'Abomination.

Une féministe portée par l'islamophobie internationale découvre le Paradis terrestre et devient athée.
C'est le destin de musulmans qui s'abreuvant aux sources de la francophilie ou anglophilie confondent culture et spiritualité et renient en bloc Islam, Allah, origines, mœurs et traditions. Éblouis par "tout ce qui brille" dans le matérialisme occidental en décomposition. Ayaan Hirsi est ardemment applaudie par les plus vicieux des ennemis de l'Islam. La pauvre créature est aux anges, béate face à sa nouvelle gloire et si comblée par les largesses des maisons d'édition qui inondent le marché de toutes les vomissures qu'elle peut évacuer.
Dois-je le dire ? Elle est mariée au juif  écrivain Neil Ferguson qui s'est fait une renommée de vigile dans la lutte contre l'Islam.

«Elle quitte les Pays Bas en 2006 après une polémique sur l'acquisition de sa nationalité : la jeune femme avait menti sur son identité. Actuellement, elle vit aux Etats-Unis où elle travaille pour l’American Enterprise Institute, une fondation proche des néo-conservateurs(Lien)
 Ayaan discutant avec Avi Lewis, fils du politicien socialiste Stephen Lewis, petit-fils du politicien socialiste David Lewis.

Sa découverte de la Hollande un petit paradis européen (Lien):
«Voir l'Europe pour la première fois, une jeune femme somalienne a été éblouie par son ordre, sa propreté et son efficacité ingénieuse. C'était «comme un film." Düsseldorf "ressemblait à la classe de géométrie, ou de physique, où tout était en ligne droite, parfait et précis."
Les bus étaient en Hollande "élégants et propres; leurs portes s'ouvraient d'elles-mêmes." Elle a été effrayée par leur "ponctualité étrange." Les policiers ont été courtois et serviable, pas de mauvais augure. La collecte des ordures ménagères a été ponctuelle et élaborée, effectuée par les citoyens - "vous devez mettre les poubelles au moment approprié, de manière appropriée. Marron pour les déchets organiques, le vert pour le plastique, et les journaux étaient tout autre chose, d'autres temps »- et le gouvernement, qui, si vous avez fait votre travail, vient le lendemain matin et les enlève  pour le recyclage.»
Lors de son premier week-end aux Pays-Bas, cette nouvelle venue, qui avait vécu en Somalie, en Arabie Saoudite, en Éthiopie et au Kenya, est resté avec la cousine d'un ami. Son hôtesse lui fit le tour du quartier. Toutes les maisons se ressemblent, et toutes de la même couleur, disposées en rangées comme des petits gâteaux purs et chauds sortis du four.  Tous les nouveaux logements avaient des rideaux à volants de dentelle blanche, et la pelouse toute verte et fauchée régulièrement, à la même hauteur, comme une coupe de cheveux soignée. À Nairobi, sauf dans les quartiers riches, les couleurs étaient criardes et le maisons bâties de manière complètement anarchique - une maison, une cabane de bidonville à moitié construite, un terrain vacant pèle-mêle - cela aussi était nouveau pour moi.» 

Elle est devenue une telle célébrité que tout le monde veut l'approcher, la palper, ici un certain Sam Harris, écrivain juif membre actif des bienfaiteurs de l'humanité et grands défenseurs des droits de l'homme en terre d'islam : 
Un autre de ses "fan", celui-ci est Australien, toujours Kosher bien sûr :
Mais pour qui mal en penserait, elle est infidèle seulement envers Dieu, pas à son mari, très tolérant quand aux fréquentations de son épouse "d'occasion" qui sillonne uniquement les milieux laïques de la noble diaspora, réputée pour ses règles morales pas "catholiques".
«Ayaan Hirsi , l'ancienne militante musulmane des droits de l'homme qui vit sous escorte armée, de peur pour sa vie, est l'auteure du  puissant nouvel ouvrage "Nomad". Aussi  laïque qu'elle parait, elle préconise que les chrétiens deviennent plus actifs dans la lutte contre la culture véhiculé par le radicalisme islamique dans le monde occidental, avec leur propre programme de sensibilisation.»
«A côté de chaque mosquée, construction d'un centre chrétien, un centre d'éveil, un centre féministe," Hirsi Ali a expliqué. "Il y a des tonnes de sites Web, financé avec l'argent saoudien, la promotion de wahhabisme. Nous avons besoin de mettre en place notre propre site Web - Chrétien, féministe, humaniste - en essayant de cibler les mêmes personnes, en disant: nous avons un nouveau cadre moral autre que l'Islam.
Nous avons de meilleures idées.»

«Ministre de la Culture Brian Mikkelsen (conservateurs) envoie une demande directe aux municipalités danoises dans laquelle il les exhorte à inviter la somalienne, l'écrivain Ayaan Hirsi Ali à vivre au Danemark.» (paradis nordique où même les porcs ont une part de bonheur terrestre !)«Il serait logique de l'inviter dans le cadre de l'accord de libre-ville nouvelle pour les écrivains persécutés pour laquelle le gouvernement danois prépare actuellement un projet d'une nouvelle loi.»«Ayaan Hirsi Ali sera en tête de la liste des écrivains qui, à mon avis, doivent être invités au Danemark. Elle a été une combattante de choix pour la liberté d'expression, et elle a également été exposée à des menaces directes contre sa personne »
 
«Ayaan Hirsi Ali est un apostat musulman de Somalie. Elle a quitté le paradis islamique et s'en alla en Hollande où elle a trouvé les musulmans de ce pays en train de transformer le pays en un autre paradis islamique. Elle a été élue au Parlement des Pays-Bas et pour dire la vérité sur l'islam a été mise sur la liste des cibles à abattre par les "barbus", juste après Theo Van Gogh, le réalisateur si cruellement tué par les musulmans en 2004. Son assassinat a été l'occasion de la réalisation d'un film critique de l'islam. Ayaan Hirsi Ali avait écrit le script du film. Ayaan vit maintenant sous la garde de la police aux États-Unis.»
Elle s'essaye dans la mode, brassant les "soutiens" financiers qui miraculeusement se déversent de toutes les bonnes volontés que la juiverie internationale sait si bien mobiliser pour les "justes causes" humanitaires.  



       Miracle de la nature ! Une tulipe porte son nom !!
  
La consécration donc est la récompense ultime pour ceux qui savent braver les dangers et se réfugier dans les bras de protecteurs aussi puissants que les requins du sionisme talmudisme. 
Il est évident que le prix à payer est le blasphème après une adhésion sincère au culte de la laïcité. Bon nombre de nos laïcs ont prouvé lui assiduité au culte, aucun doute sur ça. Le blasphème est sur leurs lèvres, mais ils font que le susurrer, le murmurer. Pour accéder au podium de la gloire et des rétributions consistantes et sonnantes, ils leur faut crier haut et fort leur islamophobie  tacite, et vociférer des insultes, de vraies insultes. 
Prenons l'exemple de K.DaÔud, reniant uniquement son arabité et islamité et s'attachant à son algérianité, il n'a aucune chance de gravir les échelles de la notoriété internationale. Pour mériter les tapes dans le dos de la laïcité-juiverie mondiale, il devrait opter clairement pour des opinions plus explicites,  prononcer son appartenance à une autre race, à une autre religion, se naturaliser Kényan ou Éthiopien,  (ce qui lui conviendrait le mieux), et déclaré son renoncement à l'Islam et à ses fabulations. Quelques insultes salées, la condamnation de la circoncision ou de l'abattage des animaux, ou de quelque autre "barbarie" de l'Islam, seraient le tremplin idéal pour un saut vers l'immortalité, peut être même un Prix Nobel de littérature, qui sait ? Les floralies lui dédieront une rose ou un œillet... 
Situation identique pour beaucoup de nos célébrités, Tamzali, Babes, Sansal et autres auteurs primés au niveau européen. Certes  "montés"dans l'ascenseur de la gloire et auréolés de prix et de titres honorifiques, mais calés à mi-chemin par manque d'ambitions. Ils n'ont pas compris les règles du jeu talmude qui sont pourtant claires: le chemin de leur paradis est jonché d'hérésies et d'impiété. Regardez S.Rushdie, lui a su viser haut et décrocher le gros lot !    

Aucun commentaire: