2 sept. 2009

Retrospective sur la nébuleuse de la subversion,la presse "indépendante".

Non satisfait des méfaits de leur intox (information destinée à tromper les esprits), dans la sphère politique, sociale, religieuse et culturelle, nos plumes vénéneuses d'El Watan, d'El Khabar, du Quotidien d'Oran se devaient d'occuper celle de l'économie pour compléter leur tentative de quadrillage de l'opinion en Algérie, sous la cagoule de la création d'une "presse libre" vantant son combat pour la démocratie et la liberté d'expression, deux axes de l'offensive hégémonique du Nouvel Ordre Mondial (NWO), une doctrine dénoncée par les hommes libres et les patriotes authentiques, de part le Monde.
L'internet permettant de rompre le monopole établi par nos média indépendants et l'influence perverse qu'ils exercent depuis 1988 sur la pensée et l'opinion publique, profitons de cette aubaine pour nous éduquer et nous libérer de l'emprise des "commères de bain maure".
Un rappel historique :
Les manœuvres subversives de controle médiatique, en coordination étroite avec leurs sous-fifres francophones, et El Khabar (arabophone) , tous volontairement et gracieusement financés par BNP-Paribas (une filiale du racket financier international de Tonton Rothschild ), furent lancées dés 1988 lors de la déchéance du parti-alibi unique FLN, et la libéralisation de la presse.
Vous me suivez j'espère, car je ne voudrais pas vous perdre dans le dédale des intrigues que nos amis kascher de la maison des Rothschild ont tracée pour leur contrôle à distance (par proxy interposé) de l'information en Algérie !
Comme exemple, citons l'évènement, amplifié par les média internationaux et locaux, de la remise à New York, de prix couronnant les activités professionnelles d'Omar Belhouchet, le directeur d'El Watan, le journaliste "victime du terrorisme", qui lauréat en 1994 de la Plume d’Or de la Liberté, est la vedette des AMJ-WAN-WEF-ReporterSansFrontière-UNESCO, etc.

Notons le soucis de toutes les ONG internationales et ses ramifications locales à le défendre aveuglément dés qu'il a des démêlées avec la justice pour ses écrits provocateurs et diffamatoires, ou pour ceux de ses collègues (sous couvert de "liberté d'expression"), alors qu'en réalité leurs articles ciblent et harassent sans relâche les autorités publiques.
La presse libre se dit toujours victime.
En fait, l'agresseur frappe, se lamente, et courre le premier se plaindre (selon l'adage populaire algérien, mais en accord avec la technique judaïque enseignée dans la Talmud !),
Toutes les personnes et courants de pensée opposés à sa ligne dogmatique "laique" subissent le même traitement, car notre lauréat détient toutes les vérités et s'accorde le droit divin d'inquisition médiatique contre ceux "qui ne sont pas avec lui": les "forces du mal anti démocratiques".
Je citerai comme exemple ses prises de positions:

-Attaques injustifiées (par El Watan interposé) gratuites et répétitives dirigées contre Bouteflika, ne présentant jamais d'argumentation objective mais uniquement des insinuations, en lui endossant sans répit les carences du mythique "système",

-Lutte contre ce même "système" des années de dictature socialiste, dont notre zigomar a tété la mamelle nourrissante pendant les années de ferveur "révolutionnaire" et de "socialisme spécifique", au sein la bergerie d'alors, le foyer de propagande d'El Moujahid .
-Défense de l'évangélisation en Algérie, sous le dogme de "tolérance et liberté religieuse".
-Avocat du berbèrisme chauvin anti-arabe, sous le slogan de renaissance amazigh.
-Défense de la laïcité baisse-culotte, corruptrice des valeurs nationales et arme offensive contre l'Islam, sous couvert de combat contre l'extrémisme et le terrorisme, un slogan cher à Bush et les néo-cons judéo-sionistes,
-Liberté de choix tout azimut, avec l'option d'appartenir aux groupes "en vogue", "gays" et démons associés (un ex-journaliste du quotidien célébrant le premier mariage gay officiel en Suisse !)
-Participation active et rémunérée dans le lancement de Kalifa TV, prétextant l'ouverture du champs audio-visuel et le démantèlement du monopole d'état.
Vêtus du rôle de conseillers de Rafik Khalifa, les donneurs de leçons de moralité de notre presse libre, Belhouchet, Benchicou, entre autres, rejoignirent sans faire la fine bouche, le clan des courtisans de Rafik qui gracieusement les couvrait de ses largesses sonnantes en 000's Euros et de voyages organisés à Paris-by-night !
Défenseurs des libertés (serrant leur bourse près du cœur) ils ne cessaient de clamer (du bout de leur langue fourchue ), la poursuite de leur lutte pour une émancipation des têtes bien pensantes, qui enduraient une séquestration et sevrage intellectuels insupportables, aux mains du "système".

Depuis la déconvenue du parti-alibi FLN, en 1988, la presse dite libre s'était positionnée dans ce créneau de vendetta contre le "système", dés le départ assise sur les concepts philosophiques vagues et souvent utopiques et pernicieux, de laïcité, démocratie, liberté, tolérance, et renaissance culturelle.

La ligne de rédaction d'El Watan et de ses complices "indépendants", prétendant se
distancer des luttes idéologiques partisanes traditionnelles, s'était en
réalité positionnée dans celui du camp des acteurs politiques dominants,
siégeant à Washington sous l'égide du néo conservateurs, qui prônent, en autres, le
Clash des Civilisations !
-Une analyse tirée par les cheveux ! Dira-t-on.
-Définitivement non !
-Pourquoi ?
-Parce que l'observation des campagnes médiatiques subversives déclenchées outre mer par les média dominants (kascher-judeo-talmudiques) ciblant un quelconque pays, ont toujours, dans 100 % des cas, trouvé un écho favorable chez nos quotidiens "na-zion-aux", El Watan, Al Khabar, Quotidien d'Oran, qui se sont à leur tour transformés en avocats des causes partisanes et mensongères défendues par Paris-Londres-NY, les centres de propagande mobilisés sous le slogan trompeur des droits de l'homme et le prétexte du nouveau stratagème de lutte anti terroriste.
Les leviers de pouvoir et les agents déstabilisateurs des officines-ONG et organisations internationales ciblent de manière sélective et discriminatoire certains pays dissidents (au Nouvel Ordre mondial), et ce pour les détruire, vandaliser, piller, envahir, coloniser (selon l'ordre du jour).

Pour revenir au sujet mentionné plus haut, de l'incursion de la "presse libre" dans la sphère du reportage et de l'analyse économique, à travers "El Watan-économie", nous sommes confrontés à la même approche que celle employée dans le traitement des autres volets et rubriques.
Mais dans ce cas, il est bon de noter la tendance générale qui se dégage d'un grand nombre d'articles de la publication hebdomadaire gratuite du journal précité, techniques classiques d'orientation et de manipulation de l'opinion :

-1- Un recours systématique aux obscures "Doctors-Professors" de couloirs d'universités étrangères, qui souvent à leur insu, sont dirigés vers des questions-réponses orientées et biaisées qui servent d'arguments pour prouver un avis pré-défini consistant en général
à démontrer l'a-priori incompétence des hommes du "système" et la pré-supposée gabegie des décisions et des choix, économiques et financiers, adoptés par nos dirigeants, dans leur gestion du pays.
Le cas de Benbitour et Hidouci, deux agents subversifs et employés des FMI-Banque Mondiale est révélateur des machinations qui se trament contre l'Algérie, au service de ces vampires insatiables de la finance judéo-talmude internationale.
Pire, la machination est dévoilée au grand jour, enveloppée dans le travail de sape social et psychologique et l'atmosphère de pessimisme et scepticisme qui sert à accentuer le malaise qui est supposé régner dans le pays (voir les conséquences sur la jeunesse, et l'effet "Haraga" qu'il engendre !)

-2- Le recours systématique aux statistiques et aux chiffres frauduleux publiés par les organismes internationaux, FMI ou Banque Mondiale.Notons dans la publication économique hebdomadaire d'El Watan, son adulation et révérence à Dominique Strauss-Kahn (le scandaleux Don Juan du FMI), le directeur sioniste de la vénérable institution !

Régulièrement affichées, ses photos en gros plan symbolisent la servilité du quotidien, de la nébuleuse presse indépendante, envers les intérêts occultes de ses maitres juifs.

-3- Le recours aux avis d'experts et porte-paroles, représentants d'entreprises spécialisées
dans le marketing, ou les derniers "frankesteins" fabriqués dans les laboratoires académiques d'ingénierie sociale, pompeusement qualifiés de spécialistes en "intelligence économique".

Occultant les activités subversives et destructrices de ces organismes financiers dont le palmarès n'est plus à démontrer, tant la liste de pays victimes de leur machination, ingérence et exactions ne cesse de s'allonger, les analyses de la crise mondiale actuelle pointent inlassablement un doigt accusateur vers ces acteurs de la scène financière, les rapaces impitoyables, les vampires insatiables (tous PRIVES !)dont la préoccupation majeure est le gain disproportionné au détriment des victimes de l'endettement.(consultez :lien)
Les conseils des chroniqueurs d'El Watan à Bouteflika l'incitant à "placer" les réserves monétaires de l'Algérie dans des valeurs boursières plus rémunératrices, s'avérèrent des plus hasardeux dans le contexte de crise et malversation financière que mijotaient les éternels perfides Shilocks (juifs).
Ceci démontre le manque de perspicacité et l'irresponsabilité de ces experts, sinon leur complicité et participation actives dans la tentative d'orienter le pays vers la fosse funébre des casinos bancaires gérés par les prédateurs judéo-talmudiste du genre: Crédit Lyonnais, BNP, FMI, BM, Wall Street!

Dans la ligne prédéfinie et persistante de sa rédaction, le journal ne mentionne jamais la justesse des actions présidentielles, ni celle des choix relatifs au recouvrement de l'indépendance nationale arrachée des griffes des banquiers prédateurs, préférant se livrer au commérage et la vindicte contre tout ce Bouteflika entreprenait : le 3em mandat, les élections, les nouvelles lois, alimentent la chronique du journal, car facilement manœuvrables dans les eaux troubles de la discorde, des jugements de valeur et appréciation subjectives .

-3- Le poison-venin de la presse indépendante nécessitant un aliment-support pour être absorbé et ingurgité, il est équitable d'avancer l'avis que ces quotidiens prennent la peine de publier des analyses révélatrices, mais superficielles, sur des thèmes soulevant des irrégularités réelles, dans le but de prouver un prétendu engagement, préoccupation, ou compassion, envers le bien être des citoyens.

Qui ne connait pas les carences et imperfections du pays ?

Le plus perfide dans cette démarche est qu'il n'est jamais ou très peu fait mention des solutions
souvent radicales que le gouvernement propose ou met en place pour y remédier.

En conclusion, il est impérieux pour tout patriote sincère souhaitant prendre conscience des enjeux et des défis auxquels sont confrontés, non seulement l'Algérie, mais toutes les nations du Monde, qu'il comprenne que la machination du Nouvel Ordre Mondial (le diktat judéo-talmudiste) est en marche et que des moyens subversifs, tels les média (le 5em pouvoir), sont mobilisés pour le faire aboutir.
Il ne doit y avoir aucun doute dans l'esprit de tout patriote averti que l'occupation de l'espace médiatique par notre "presse libre" , dés l'ouverture "démocratique" de 1988, n'est pas un évènement fortuit ou innocent, mais bien le fruit d'ambitions dominatrices et hégémoniques des forces occultes qui ont si rapidement et aisément occupé le terrain et permis son parachutage par le biais du financement de certaines banques, à leur tête la BNP des Rothschilds !

Aucun commentaire: