25 août 2009

"La fin justifie les moyens", selon le Talmud.

Qu'il est bon de naviguer librement sur la toile dans la perspective de s'instruire selon le dicton "voyager forme la jeunesse". Comme exemple,lors de mon dernier périple, visant les publications traitant de l'Algérie, j'ai échoué sur une île exotique dont les alentours présentaient ce qu'il y a de plus attrayant en couleur, décors naturels et composition artistique. Les jardins, la verdure, le design, les lumières, paraissaient surgir d'un merveilleux conte de fées et imposaient au premier abord le respect pour les architectes d'un tel environnement. Hélas, "tous ce qui brille n'étant pas Or", j'eus la désagréable surprise de découvrir que le parcours de ce site n'était pas sans offrir des dangers, car apparemment des "serpents sifflaient sur nos têtes" et je décidais d'être prudent en sachant où poser mes pieds.
Le maître des lieux, Lyes Akram, un étudiant en sciences, de l'université de Blida, qui trouve suffisamment de temps libre pour gérer la myriade de publications et de blogs dont il est le prodigue auteur, et dont il signe la création sur le web, avec un dynamisme et un talent artistique qui forcent le respect . Ceci pour la forme, à savoir la présentation et la diversité des thèmes, la présence, et la cohérences des hyperliens, en un mot la gestion des pages web.
Le revers de la médailles réside dans le fond, les sujets traités et l'analyse . On note à première vue l'engagement et le militantisme de l'auteur dans des débats importants.
Un exemple: les informations sur l'Algérie, avec publication de "procès" contre le "système", une "idée fixe" qui semble obséder, hors du temps et de l'espace, beaucoup de nos activistes qui, appuyés d'arguments véhiculés par des parties tierces extérieures, excellent dans la vindicte et l'insulte contre le "système" et ceux désignés comme représentants le pouvoir de l'ombre.
En vérité ce modèle archaïque et révolu de gestion étatique, n'a plus raison d'exister et s'est pratiquement estompé progressivement depuis 10 ans !
L'acharnement aveugle et la haine qui suintent de cet abcès de la liberté d'expression signalent la volonté d'une majorité de la presse libre de "régler des comptes" hérités d'un autre âge, ou colporter des rumeurs et des accusations diffamatoire, nuisant à l'image du pays, car exagérant et exaspérant les carences nationales qui sont de toute manière publiquement adressées et gérées, progressivement avec ordre de priorité,mais surtout dans la transparence et l'honnêteté.

Prenons le cas de Mohamed Gharbi, condamné à perpétuité par le tribunal de Guelma pour un crime qu'il a commis en assassinant un repenti (ex terroriste). Certes le personnage symbolise toute ce qu'il y a d'honorable dans la citoyenneté: un passé patriotique glorieux et exemplaire. Mais répondant à des provocations verbales il décide de se faire justice. Sur le plan juridique il n'y aucun argument qui pourrait convaincre une cour de pardonner son geste malheureux, au risque d'inciter le désordre et la vindicte populaire, ce que le référendum sur la concorde nationale, à travers le peuple souverain, avait explicitement rejeté, dans son élan de pardon et de réconciliation pour l'intérêt national, au sacrifice et au détriment de groupes particuliers tel "les victimes du terrorisme" et celui des patriotes armés.
Le tollé général soulevé par les proches de Gharbi est humain et spontané, donc "appréhendable", celui de la "presse libre" est lui nullement innocent ou uniquement motivé par la défense des droits de l'accusé, il entre dans un cadre plus pernicieux d'offensive médiatique subversive prétextant une fois de plus une anomalie du "système" dont la dénonciation est l'occasion rêvée pour accentuer le prétendu (imaginaire) malaise social que ces "plumes empoisonnées" souhaitent faire régner au sein de la société algérienne !
Selon la règle perverse du judaïsme-talmudisme, plus un mensonge est rabâché, plus il a de chance qu'il devienne une vérité "consensuelle", une sorte d'axiome. Irréfutable sera cette vérité si elle s'avère être perçue par la populace comme un truisme: "c'est dans le journal".
Conscient de son pouvoir de persuasion et de manipulation à grande échelle, ce pouvoir médiatique, le "5em pouvoir", s'est auto proclamé:

-"libre",
-"indépendant",
-"avocat des droits de l'Homme et de toutes les libertés",
-"défenseur de la laïcité, de la tolérance et de l'indulgence (envers l'offensive mondialiste de
l'évangélisation chrétienne qui se nourrit de la pauvreté et du désespoir)",
-"détenteur des vérités absolues",
-"gardien des valeurs morales",
-"défenseur des droits de la femme, des enfants, des vieillards, des travailleurs et des chômeurs",
-"défenseur des minorités lorsque celles-ci accentuent les divisions et crée l'instabilité sociale",
-"dénonciateur de la mal-vie, de tous les malaises et des injustices
(lorsque cela permet de pousser les jeunes au désespoir et les inciter au suicide déguisé de l'embarquement en haute mer, sur des radeaux de fortune, pour un aller sans retour)",
-etc, etc...

Au vu de cette étendue de prérogatives que s'attribue notre presse libre, il est utile d'observer qu'elle s'est fixée des objectifs qui s'apparente à un programme politique de grande envergure en vue de faire briller "le Soleil de la Démocratie sur la Terre des Enfants d'ALLAH"!!
Des ambitions "astronomiques" mobilisant des moyens importants et le tissage d'alliances de poids:
-les crédits de financement de certains quotidiens facilement conclus avec BNP (de tonton Rothschild, un bienfaiteur de l'humanité, qu'on décrit comme le fondateur du Sionisme, le parrain d'Israël, et le fomentateur de deux guerres
mondiales !),
-l'affiliation aux organismes internationaux Humanitaristes qui depuis leur création s'évertuent à défendre la race Humaine selon les orientations des grands Humanistes: Kissinger, Brejzinski, Soros, Rockefeller et coreligionnaires notoires.
-un réseau d'appui international de journaux, revues, chaines de TV (Midi-1, Fafas-Tv, Arte, TV5...).
-sites internet (ADN.com, Kabyle.com, Guyssen.com, Algérie-Watch.com, etc...).
-organisations internationales (Freedom House), personnalités, partis politiques, activistes, artistes ( M'Henni, Président fantoche), etc..
-les troupeaux d'idiots utiles que la juiverie mondiale a recrutés, adoptés ou convertis et que les associations philanthropiques des CIA-MOSSAD sponsorisent à travers des parachutages dorés vers:
1- les organismes internationaux (ex: Hidouci + Benbitour , ministres des finances responsables de la ruine économique et de l'endettement financier, agents-taupes employés et protégés des vampires financiers, Banque Mondiale et FMI ).
2- les agences de presse européennes et réseaux d'intox (une multitude d'ex-journalistes algériens "indépendants" et d'écrivains "contestataires" sont recyclés dans les canaux de la propagande judéo-juive, anti-Algérienne, anti-Arabe, anti-Islam,et anti-Humanité tout court, canaux maquillés en "défense des Droits de l'Homme", selon l'éthique et l'échelle de valeurs judeo-Kosher (modelées sur la démocratie Israélienne) .
3-Remise gracieuse de "Prix et Décorations" pour "services rendus à la cause des Droits de l'Homme", directement de la main des valets-politiciens goyim occidentaux qui s'activent en tant exécutants à faire avancer l'agenda du Nouvel Ordre (Judaïque) Mondial, objectif suprême du sionisme-talmudisme.
En résumé, ces alliances incestueuses contre-nature que nos Zorros de la "presse libre" entretiennent ( pour nous défendre contre le "système") trahissent leur volonté de diriger le pays (par tous les moyens imaginables) vers un modèle sociale démocratique et idéaliste (utopique !).
Une question demeure sans réponse quand à relation de ces agitateurs réunis dans un "mariage de raison" : qui porte le pantalon dans ce ménage ?
Peut être que Lyes Akram, notre doué étudiant en science saura nous éclairer en y répondant, ou peut être son équipe de .... webmestres bloggers...
L'hypocrisie et le mensonge étant deux ressources inépuisables et gratuites, sous le précepte que la fin justifie les moyens, nous sommes dans l'attente imminente d'une levée de soleil démocratique qui dissipera tous nos malheurs et illuminera notre Paradis terrestre, car l'Algérie entrerait sous les applaudissements dans la cour des nations démocratiques modèles, qui ont servi l'humanité de manière exemplaire.
Rappelons que ce système social si cher à notre presse libre a permis de soulager la planète de quelques 200Millions de tubes digestifs inutiles qui consommaient trop, lors des "célébrations humanistes" et des "fêtes démocratiques": guerres mondiales I et II, génocides coloniaux, tous continents confondus, en un siècle seulement.

Voilà donc en résumé les impressions recueillies de cette dérive virtuelle.
Je me suis juré d'en faire part aux visiteurs informés et partager les leçons avec quiconque aurait "échoué" accidentellement sur ce blog.

Salutations !

3 commentaires:

Lyes a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Lyes a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
wah fkir a dit…

A propos des "protocoles":j'ai, sans prétentions aucunes, étudié le document 28 ans au paravent.
Ce qui est le plus stérile dans les débats c'est la polémique subjective et partisane.Je maintiens ma déclaration: l'acharnement contre le "régime" est contre-productif car il alimente la dissension et la division plus qu'il ne sert à serrer les rangs.Le genre de publication propres à Benchicou,
qui s'attaque personnellement à Bouteflika occultent le fait
essentiel, que le président n'est
pas un homme du système mais son éradicateur furtif et silencieux
qui n'attend ni les remerciements ni la reconnaissance du publique
qui n'a pas à être initié de toutes ses intentions, préférant laisser les chiffres et les résultats parler d'eux-mêmes, selon le dicton: "les chiens aboient, et la caravane passe".