1 mars 2018

Le commencement : une illustration des méthodes d'infiltration et des canaux de pénétration des jésuites.

 L'Algérie ne peut faire marche arrière de 15 siècles et retourner à l'ère de Saint Augustin ! Il est temps de reprendre ses esprits et assumer son passé et son présent, et ne pas faire de Tamazight une montagne. Ce n'est qu'un dilemme que la raison et les bonnes volontés peuvent surmonter à l'amiable, sans heurts, sans contrainte, sans polémique stérile !
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Mais il faut savoir que les annales de l'histoire ne dévoilent pas tous ses secrets, certains sont enfouis dans les coffres des scribes du pouvoir occulte. Les maitres des destinées de la nation, prise en otage dès 1962, gravitent autour d'un pouvoir formé après deux siècles d'une longue préparation conduite par les plus sournois et rusés intrigants que l'humanité ait enfantés depuis Adam : les Jésuites, une branche des crypto-juifs marranos.
Éduquons nous en consultant le serment des jésuites: le sionisme et ses conspirateurs s"en sont-ils inspirés , ou est-ce que les "Protocoles des sages de Sion" n'en sont qu'une copie remaniée et détaillée ?
Extrait :
«On t'a enseigné à travailler comme un espion, à recueillir tous les faits, statistiques et informations qui sont en ton pouvoir, de toutes les sources possibles ; à gagner la confiance des Protestants et des hérétiques de toutes sortes, jusque dans leurs familles ; à gagner la confiance des commerçants, des banquiers, des avocats, de ceux qui travaillent dans les écoles et les universités, dans les Parlements et les législatures, dans les tribunaux et les Conseils d'Etat, et dans toutes les institutions des hommes, au profit du Pape, dont nous sommes les serviteurs jusqu'à la mort.»
Les algériens commencent à découvrir (partiellement) leur oeuvre, celle du Cardinal Lavigerie (et ses Pères Blancs) en particulier.
Le fruit de leurs intrigues est aujourd'hui visible : le syndrome berbériste/amazigh en Afrique du Nord et la discorde qu'il engendre. L'Islam, socle identitaire a été fissuré par l'infiltration massive d'adeptes de l'Église catholique, aux menées subversives, aujourd'hui au pouvoir disproportionné, infiltrés dans tous les rouages de l'État, les institutions, les sociétés nationales, les média.
Hier :
La composition raciale homogène, les coutumes partagées, les traditions semblables, la bonne communication et l'harmonie entre les régions, la foi commune, les combats et les luttes partagés durant 15 siècles, en dépit de la diversité de ses composantes linguistiques, ne pouvaient offrir une plateforme de division.
 Il fallait s'attaquer au socle religieux que les jésuites ont ciblé. Parallèlement ils ont constitué des sociétés secrètes, Franc maçonnerie et ses annexes Rotary et Lions' Clubs. Ces sociétés s'alimentaient d'adeptes recrutés et initiés dans des établissements, parfois dénommés franco-musulmans (les fameuses médersas), et même dans celles du Moyen Orient; l'Égypte génitrice de cette secte a fourni un grand nombre des plus hauts responsables de la guerre de libération et du pouvoir post-indépendance.
Le peuple algérien découvre donc un beau matin l'existence d'un mouvement belliqueux qui menace la stabilité et l'unité de la nation. Ses revendications irrationnelles, illégitimes, non fondées, sur-dimensionnées, incohérentes, utopiques, idéologiques, sont dressés par le cercle des sorbonnards, tous de culture héritée des enseignements de l'école coloniale fondée par les jésuites, et majoritairement de confession chrétienne. Leurs scribes ont façonné l'historiographie officielle, en vue de creuser le fossé de la division entre une dite population purement autochtone fictive, et des "envahisseurs " arabes fantômes !
Pour illustrer les méthodes d'infiltration, prenant l'exemple des Medersas, baptisés Lycées Franco-musulmans, et pris en charge par les jésuites. Directeur de la médersa de Tlemcen, directeur de l'établissement le jésuite laic, Émile Janier !

Aucun commentaire: