21 mai 2016

Algérie : La dialectique Hégélienne en pratique ! Pouvoir occulte judéo-maçonnique-jésuite et pyromanes attisent le feu de la révolte !


La Judéo-maçonnerie-Jésuite(rie) maitrise l'art du contrôle et de la manipulation des masses et de la modulation dynamique du changement social.
Son mode opératoire s'inspire de la dialectique hégélienne. Création de deux camps antagonistes, adverses en théorie et aux yeux du public, de facto mais secrètement amis et partenaires, en vérité subtilement associés à un même objectif.
Les deux camps en Algérie 
1- l'opposition à Bouteflika est une alliance aux dimensions titanesques, de partis politiques, de personnalités, de mouvements associatifs et ONG, de media (locaux et étrangers), tous affilés à Paris-Sion ou aux pays du golf, à New York (Soros, Brezjinsky)..
2- le "camp" de Bouteflika, en théorie unis autour du gouvernement et du président, est en réalité hétérogène et disparate, chaque membre apportant ses propres héritage-culture-idéologie-convictions-ambitions- et ses engagements/intérêts personnels.
La stratégie du pouvoir occulte : le  "printemps arabe est un objectif fondamental, et son véhicule est la révolte populaire. Comment galvaniser le mécontentement pour inciter le peuple à la révolte ?
La méthode est simple, quoique sa mise en application nécessite du temps, de l'organisation, des moyens financiers, du personnel. Elle consiste à confronter les deux camps, la thèse et l'anti-thèse.
1- La thèse : consiste actionner les forces (mobilisées) du mécontentement en éperonnant les média et leur intox de sape sociale; faire tourner en boucle les annonces de crise, d'instabilité, de corruption, de départ de harragas; fabriquer et gonfler les statistiques (nombre de victimes lors d'accident de la route), déclarer par la voix d'experts de service la situation financière "désastreuse", etc, etc ..
Les moyens et les méthodes mettant en marche cette mission d'ingénierie sociale sont INÉPUISABLES, car toute idée peut être sémantiquement modelée pour provoquer jusqu'à l'effet inverse de ce que son fond et sa forme sont supposés communiquer, ce qui est connu sous la formule "de la bouteille à moitié pleine, ou à moitié vide ", dépendant en l'attitude (et intention) de l'observateur, pessimiste ou optimiste.
2- L'anti-thèse : provoquer le mécontentement, pas en l'encourageant ouvertement, mais en s'attelant a fabriquer ses sources sous couvert de politique officielle, économique, financière, réglementaire, judiciaire, administrative, etc... Dans ce cas également les moyens et les ressources ne manquent pas. Exemple, au nom de la lutte contre les négligences de certains conducteurs, on applique sans discrimination des sanctions à tous les conducteurs, alors que les sanctions ne cibler les contrevenants!
Le mécontentement nait de l'application uniforme, aveugle, de mesures punitives à la population entière de conducteurs, une injustice contraire à l'esprit de la loi; le retrait du permis de conduire en est une plus grave! Il prive des familles entières de leur moyen de subsistance, pénalisant femmes et enfants et engendrant une rancune collective, naturellement canalisée  par les média contre les épouvantails fictifs de "clan Said Bouteflika,  "système", "clans au pouvoir", "oligarchie", et autres euphémismes subtils. Naturellement, en omettant de mentionner le pouvoir réel occulte, celui de l'ombre, judéo-maçonnique-jésuite.
Remarque : Dans ce camp de "l'anti-thèse" un acteur majeur s'active actuellement à galvaniser la révolte, il  enfante et nourrit des monstres de la colère, ses lois financières dictatoriales, vrais détonateurs du chaos social,
.... le ministre des finances, Abderrahman Benkhalfa.



 3- La synthèse : l'interaction thèse - antithèse installe une scène théâtrale où des acteurs se donnent en spectacle et distraient le public, l'opinion. C'est la mise en scène classique de la démocratie de façade. Le producteur désigne le contenu de la pièce, elle peut être violente selon son scénario (ses plans), s'il souhaite produire un drame, comme celui des "Printemps Arabes", sous l'impulse d'une révolution, un changement brutal, suivi du chaos. C'est ce chaos que les tenants du Nouvel Ordre Mondial ont planifié, organisé, provoqué, et attisé, en Syrie, Irak, Afghanistan, Libye, Yémen, Égypte, etc !
Reste l'Algérie qui y a échappé, mais qui demeure inscrite sur leur agenda. Le pouvoir Judéo-maçonnique-Jésuite s'attelle à mener ses objectifs jusqu'à complétion, et ses ACTEURS/agents s'exécutent dans ce but. LES AGENTS DU NOUVEL ORDRE MONDIAL SONT PARMI NOUS !
L'Algérie a échappé au drame en  1990-99 au prix de 200 000 victimes, et également en 2011 sous les coups de boutoir de Barakat et les ONG, mais grâce surtout à la perspicacité de Bouteflika, à ses mesures de renforcement de la sécurité, modernisation de l'ANP, sa politique économique dédiée au social. Bouteflika est entouré d'ennemis, le général Toufik et sa caste d'officiers supérieurs, les ministres à double visage et discours ( A. Benkhalfa en est un, pas le premier ni le dernier), les politiciens véreux de l'opposition qui le harcèlent, les média subversifs alimentant la sape sociale, etc, on peut affirmer que sa survie en tant que président est un miracle !

Aucun commentaire: