3 mars 2014

Algérie : La Subversion S'intensifie À L'Approche Des Élections.

Avant propos :
Les printemps arabes dévoilent leurs non-dits. L'objectif déclaré publiquement par la machine à mensonges /oxymores du Nouvel Ordre Mondial, "de défense des droits de l'homme", "de droit d'ingérence", "de protection des populations civiles", "de changement démocratique", s'est avéré sur le terrain tracé pour faire œuvre de destruction sans pareille. La stratégie et les moyens employés, les ressources exploitées, le discours politique prononcé, les armes utilisées, présentent des particularités toutes différentes de celles rencontrées lors des drames connus des siècles passés. Avec ou sans déclaration de guerre, des pays désignés officiellement par la "communauté internationale" pour être "libérés de la tyrannie" et "rejoindre la communauté des nations démocratiques", ont été disloqués et ruinés, socialement, matériellement, économiquement; leurs infrastructures réduites en cendres; leur population (civile et militaire) souvent décimée (les victimes se comptant en millions) et des communautés entières déplacées vers les camps de réfugiées; l'insécurité totale s'installe et le chaos règne; les besoins élémentaires ne sont plus disponibles (alimentation, santé, scolarité, logement), et bien d'autres malheurs accablent ces pays.
Ces derniers ont fait l'objet de "l'attention humanitaire" (sic) de la communauté internationale depuis 1991, date de la dislocation de l'URSS ; ils se situent pratiquement sur tous les continents mais en plus grand nombre dans la zone MENA et les pays musulmans. Ainsi il en est des pays du bloc de l'Est, partenaires et alliés de l'ex-URSS. Les "changements démocratiques" se poursuivent aujourd'hui, en ce mois de février 2014, ceux dramatiques enregistrés en Ukraine. Le Venezuela est également dans la tourmente comme l'explique clairement (Lien) une analyse pertinente «Certaines choses à savoir sur les manifestations au Venezuela» dont une citation :
«Ayant échoué à remporter la moindre élection au Venezuela en obtenant un mandat populaire de la part d’une majorité de la population au cours des dernières années, les dirigeants de l’opposition main-stream ont désormais recours aux tactiques des révolutions colorées et à une stratégie de disruption dans le même style qu’en Ukraine.»
La situation en Ukraine domine l'actualité à l'étranger. Ce conflit interne fait la "une" des média et est amplement documenté sur la Toile. Mais les non-dits et les méthodes employées par le pouvoir hégémonique du Nouvel Ordre Mondial (Talmude) pour déstabiliser les pays et y installer un régime fantoche allié et membre d'une de ses dépendances (Union Européenne /OTAN), requièrent une approche particulière.
Dans un «La technique du coup d’État coloré» John Laughland explique: «L’opinion est le " forum " où l’on pratique la subversion et Mucchielli (pdf) montre les différentes manières d’utiliser les mass-médias pour créer une psychose collective. Selon lui, les facteurs psychologiques sont extrêmement importants à cet égard, particulièrement dans la poursuite de stratégies importantes comme la démoralisation d’une société.»
Lisons cette autre remarque en ayant toujours, en arrière plan, une vue sur l'Algérie Il est ironique que beaucoup de ceux qui s’opposent au gouvernement vénézuélien au nom de la démocratie, de l’égalité et de la sécurité aient naguère été les soutiens de gouvernements autocratiques et ouvertement corrompus  avant l’ère Chavez (nos réformateurs). La perte de mémoire ou l’hypocrisie flagrante est active, ici. Quand les mêmes oligarques qui encadrent et financent l’opposition vénézuélienne et qui soutiennent et incitent aux manifestations anti-gouvernementales étaient au pouvoir au Venezuela, la corruption était rampante, les taux de pauvreté étaient beaucoup plus élevés, comme pour l’inflation. Le Venezuela n’était même pas une démocratie qui fonctionne.»
Il faut noter que les changements programmés par l'oligarchie mondialiste ne sont pas systématiquement imposés par les armes, comme en Irak, Afghanistan, Libye, mais inspirés par l'utilisation de la guerre psychologique. Cette forme de guerre est souvent mentionnée dans la littérature et il est primordial de s'y pencher car elle permet une meilleure appréciation des mécanismes enclenchant le phénomène des révolutions colorées et des printemps arabes. Une fois déterminée et reconnue, la connaissance des techniques de déstabilisation nous aidera à nous prémunir contre les opérations subtiles dirigées contre notre présent /avenir /bien être /et  prospérité.  Disponible dans un grand nombre de documents sur la Toile, dont le Centre Français de Recherche sur le Renseignement, entre autres, sous la plume de Gagliano Giuseppe (Lien) une introduction à cette arme silencieuse de destruction massive: «Comme le savent pertinemment les personnes s'intéressant à l'histoire de la guerre psychologique, la définition de la subversion donnée par le psychologue français Roger Mucchielli  en 1976 revêt un sens particulier. Son interprétation de la subversion est la suivante : la subversion est essentiellement une action préparatoire entreprise dans le seul but d'affaiblir et de délégitimer le pouvoir en place et de démoraliser les citoyens (la sape sociale !). Elle agit sur l'opinion publique par le biais d'instruments subtils et sophistiqués.»
La lecture de l'exposé dans une tribune libre est en lui même très instructif pour tout curieux qui observe la scène politique et tente d'y déceler les non-dits et les intentions cachées des politiciens ou des supports de l'information qui s'emploient à déstabiliser une nation.
«Mais, en tant que technique spécifique (ce qui d’ailleurs la dissocie de toute idéologie et la met au service de n’importe quelle cause),
  • la subversion n’est ni une agitation, ni même une propagande politique proprement dite, elle n’est pas un complot armé ni un effort de mobilisation des masses ;
  • elle est une technique d’affaiblissement du pouvoir et de démoralisation des citoyens ;
  • cette technique est fondée sur la connaissance des lois de la psychologie et de la psychosociologie, parce qu’elle vise autant l’opinion publique que le pouvoir et les forces armées dont il dispose
L'authenticité de ces techniques est corroborée par les faits relevés dans l'information et les chroniques.  Techniques relevées durant les derniers événements en Algérie, cible d'une offensive médiatique notable, ininterrompue depuis 2011 et se poursuivant jusqu'à présent. Ce blog rapporte sans cesse ces tendances ou manœuvres médiatiques dirigées par un pouvoir de l'ombre aux ramifications locales et étrangères,  qui conspire contre l'Algérie.  Ce complot est d'ailleurs souvent mentionné par plusieurs personnalités politiques, mais la communication gouvernementale modère ses messages au public (dont la réponse est jusqu'à présent mitigée) pour éviter toute panique devenant contre-productive lorsque saisie par les réseaux de la subversion à des fins de déstabilisation. Une prise de conscience populaire plus large, devant la menace, serait souhaitable mais est hélas entravée par le flot quotidien de désinformation déversée (selon les schéma et méthodes décrits ci-dessus). Le débit de la désinformation est accentué par le procédé de répétition ininterrompue, orchestré par de nombreuses sources qui agissent dans le but d'en  "officialiser" le contenu. L'idée étant que le mensonge répété en boucle s'incruste dans l'esprit comme réalité, spécialement s'il est accompagné d'une charge émotionnelle de colère, de déception,de sentiment d'injustice, ou de sentiment d'abus d'autorité (la hogra). La dénonciation des opérations de subversion est faiblement perçue par le public, ignorant son existence ou parce que soumis au perpétuel bombardement des quotidiens et bulletins d'information qui la contredisent et la condamnent, la traitant de "manœuvre de diversion du pouvoir". Pointée du doigt par quelque officiel ou patriote averti, elle est traitée de faux fuyant face aux défis "dits réels": crise de gouvernance, vacance du pouvoir, épuisement des hydrocarbures, dépendance exagérée de l'économie envers la "rente", revendications sociales, chômage, corruption, bureaucratie, dossier des disparus, officialisation du dialecte amazigh, etc....
En Algérie la subversion s'est fixée plusieurs objectifs :
1- affaiblir le pouvoir politique et démoraliser les algériens (en répétant en boucle) : 
 - le fictif désastre de l'après-Bouteflika non accompagné d'un changement de régime,    
 - la catastrophe qui menace le pays suite au "vide" constitutionnel (euphémisme pédantesque et confus) qui ferait croire en l'absence totale d'autorité, de responsables, d'institutions capables de gérer le pays. Ce qui est involontairement un compliment à Bouteflika par son rôle dans la stabilité du pays,
 - une fois rétabli et sa candidature annoncée, le danger de ré-élire Bouteflika,
 - la crise économique qui menace (pure fiction) suite à la dépendance envers les hydrocarbures (des articles Ici, Ici, Ici, exposent ce subterfuge et ses concepteurs)
2- les attaques contre l'armée par le déferlement de rumeurs rapportant des divisions (imaginaires et non-fondées), des règlements de comptes, des luttes de clans, des complots hollywoodiens (inspirés sans doute de "Dallas"), des conflits d'intérêts.
Observation :
Les rumeurs et mensonges propagés sous forme de slogans circulent selon le principe des vases communicants entre les groupes de la subversion, ils sont diffusés par la presse indépendante et ses partenaires étrangers, (principalement affiliés au monopole juif de l'information, en France et en zone francophone), et constituent à la longue un arsenal  équipant tous les agents participant dans la guerre psychologique. La propagande est inscrite comme un livre blanc, avec questions et réponses et les techniques de débat pour confronter l'opposition. La conception de cette méthodologie fait appel aux experts maitres de «la connaissance des lois de la psychologie et de la psychosociologie» et «par le biais d'instruments subtils et sophistiqués» . Elle est indépendante de l'idéologie des partis politiques, des programmes des candidats à l'élection présidentielle, de l'engagement doctrinaire des média (promotion du modernisme, de la laïcité et de la perversion confusion des genres).
Une remarque :
Il faut souligner la cohérence du message propagé par les média, les faux experts, les hommes politiques, qui tous semblent synchroniser et coordonner leurs efforts et adhérer à un agenda unique, aux lignes d'action clairement délimitées, supposant un centre de décision unifié ou un PC de la guerre psychologique. Les indices relevés tout au cours de ce blog pointent vers un centre de commande, la juiverie internationale qui délègue ses suppôts de la franc-maçonnerie; ses mercenaires des média; ses chevaux de Troie attelés à des axes stratégiques tels les universités, les banques et à l'administration civile et gouvernementale; ses experts itinérants et employés des institutions internationales; et ses agents secrets qui rendent compte de leur mission au MOSSAD et à ses succursales (CIA, MI-5/6, DGSE).
Des lecteurs jugeront ces affirmations comme relevant du fantasme, parce qu'ils ignorent la enjeux de cette guerre psychologique où la réalité dépasse de loin la fiction. La preuve irréfutable de cette assertion, éclatante par son évidence, est discernable dans la chronique des événements qui déferlent dans les pays où la subversion a atteint ses objectifs de déstabilisation avec des résultats expéditifs, brutaux, et instantanés !  Voir la Libye, la Tunisie, L'Égypte, L'Ukraine et peut être le Venezuela (Souhaitons qu'il survive à l'action coordonnée d’Israël, du sionisme international, et de ses alliés /subsidiaires !)
Les avertissements lancés par des politiciens
- Bouteflika dans sa lettre à la nation,
- Sellal au cours de ses nombreux périples et durant les troubles de Ghardaia,
- Louisa Hannoun dans ses déclarations à la presse et à la TV, et
- une majorité des patriotes conscients de cette offensive furtive (les sites web sont en constante progression)
pointent vers cette conspiration, ses sources et ramifications extérieures.
Les avertissements sont qualifiés de "manipulation par le système"  pour désamorcer tout réveil de la conscience populaire.
-Par qui ?
-Par ceux-là mêmes qui participent depuis 1999, à la subversion/sape sociale définie plus haut ! Ce blog en donne des dizaines d'exemples (El-Watan, Benbitour, Mebtoul, Daoud, Tamzali, etc, etc,...) et dévoile leurs procédés mensongers.
Note :
Prenez le temps de consulter quelques pages du blog, pas pour satisfaire les ambitions  ostentatoires de l'auteur, mais pour gracieusement rédiger un commentaire et l'informer de l'utilité ou futilité de ses recherches.
Le Monde est un champ de bataille où les premières victimes sont les récipients de la propagande et sont sous l'influence des média :
Appréciez la portée des techniques citées ci-dessus et celles employée ces jours-ci contre Bouteflika.  À la lumière des citations extraites des recherches de M.Faoudel  (une revue historique et une introduction à (Mucchielli) - "La Subversion"(pdf -Lien, Lien) ) :
«Comment susciter le mépris envers l’autorité»
«La subversion a toujours existé comme technique de désorganisation d’une société, affaiblissement de son autorité et démoralisation de ses citoyens. Mais depuis l’apparition de la modernité, elle est devenue l’arme implacable des idéologies à l’encontre de toutes les sociétés traditionnelles, ces sociétés hétéronomes dont l’ordre et les normes ne sont pas issus du seul vouloir humain. Nous avons affaire ici à une lutte sans merci contre la loi naturelle et contre les autorités qui la défendent. Il s’agit donc de mettre en lumière les procédés utilisés pour les combattre efficacement.»
 Les liens dans la citation précédente sont retenus  explicitement car ils pointent vers la définition de concepts essentiels et de leur antonymie (contraire), et une réfutation des euphémismes répandus par les tenants de la laïcité et du modernisme. l'opposition entretient des illusions pour décevoir l'opinion qu'elle tente de convertir ou de mobiliser à des fins néfastes. Méditer la citation, en accord avec les préceptes de l'Islam : «Et l’univers entier est soumis à un seul maître, à un seul roi suprême, au Dieu tout-puissant qui a conçu et médité cette loi. La méconnaître, pour un homme, c’est se fuir soi-même, renier sa nature et par là même subir les plus cruels châtiments, lors même qu’on échapperait à tout ce qu’on regarde comme des supplices.» (Cicéron, De republica, libri, III, 17.).
La subversion s'attaque aux fondements de la société, en détournant la famille et l'individu des préceptes qui assurent la pérennité d'une nation, ciblant la loi naturelle pilier et bouclier la protégeant des attaques multi-facettes (laïcité, liberté sans limites, abominations diverses )
 Résumé :
Comment fonctionnent ces révolutions colorées ?
Ce blog s'est fait en partie pour mission de répondre à la question, selon ses modestes ressources et moyens disponibles. Le sujet n'est qu'un chapitre du thème plus général de la lutte contre les visées du Nouvel Ordre Mondial Talmude ou NOM. Mais il est impératif pour qui souhaiterait se saisir des opportunités et de l'information disponible sur la Toile de "comprendre" et donc regagner son statut d'homme libre (soumis impérativement et uniquement à la volonté et aux commandements divins), tout en évitant de patauger dans la marre des révélations qui inondent la toile sur "qui fait ou ne fait pas partie de cette oligarchie". Il est plus instructif d'orienter ses recherches sur les techniques et mécanismes utilisés par la subversion talmude et conçus comme arme dirigée contre l'âme d'abord, pour aliéner et désorienter la majorité de l'opinion.
Conclusion :
Les faits réels, matériels, sont seulement des indicateurs aidant à découvrir les dessous des opérations occultes, mais pas une fin en eux mêmes. Les desseins réels,  percevables uniquement après décryptage du message officiel diffusé/publié, apparaissent une fois disséqués à la lumière de la méthodologie abordée briévement ci-dessus, celle de la guerre psychologique servant la subversion. 
De nombreux auteurs concentrent leurs travaux dans cette perspective et rendent d'énorme services à la connaissance et au savoir. Les liens en référence dans la colonne adjacente en offre quelque uns, loin d'être exhaustifs.   

1 commentaire:

wah fkir a dit…

Caché derrière son clavier, l'illégitime a franchi la ligne rouge. La rue colonel Mohamed Chaabani est un passage obligé de combien de pauvres victimes de la circulation, et la nuit tous les chats sont gris.