12 févr. 2011

12 Février à Alger : Les Agents Provocateurs, Des ONG Promues Par Le Nouvel Ordre Mondial, Lancent Leur Offensive Subversive.

12 Février à Alger : Les Agents Provocateurs, Des ONG Promues Par Le Nouvel Ordre Mondial,  Lancent Leur Offensive Subversive.
Les commentateurs spécialisés dans l'observation des manœuvres géopolitiques initiées par les tenants du Nouvel Ordre Mondial (NOM), sous la direction des banquiers juifs-talmudes, Rothschild et Rockefeller, s'accordent à décrire les événements ayant secoué l'Afrique du Nord comme le prélude à une grande offensive de déstabilisation et à l'instauration du chaos. Les agents locaux de la société civile et des ONG internationales ont été longuement conditionnés pour remplir le rôle " d'armes silencieuses pour une guerre subversive sans heurts ".
F. William Engdahl *, sur  "voltairenet.org", conteste  l'opinion publiée par les média dominants, il affirme  «qu'il n'existe rien de spontané dans les mouvements de protestation de masse dans les pays arabes et les considère comme une réduplication des révolutions de couleur orchestrées par les USA qui avaient déclenché un changement de régime dans les pays de l'ex Union Soviétique. Le même scénario et les mêmes acteurs sont à portée de main: les leaders de l'opposition locale guidés et accompagnés par les organisations de la NED **et d'autres, financés par les États-Unis dans l'art de mettre en place des révoltes «spontanées». Les contours de lastratégie sous-jacente des États-Unis pour la région ont été clairs depuis un certain temps. La question est-ce que ça va marcher ? » 
Toutes les forces en présence ont derrière elles des acteurs suspects, tous issus du "système" qu'ils prétendent vouloir liquider, et tous avec des liens extérieurs étrangers encore plus suspects. Quelques exemples :
-Ahmed Benbitour, l'homme du FMI et De la Banque Mondiale, donc des banquiers juifs, il est l'agent et le représentant des intérêts des usuriers dont l'Algérie s'est définitivement dissociée en  recouvrant son indépendance financière, voir son indépendance tout court. Tous les subterfuges qu'il utilise, les "cercles", les "manifestes", et dernièrement "l'alliance sacrée" (sic), sont des leurres brassant large dans les milieux d'idiots utiles travestis en "intellectuels". Ce mouvement tente de recruter les crédules qui croient "penser" sans adhérer au RCD, un autre regroupement à l'arôme "intellectualisant" amazéro-laïque.
Benbitour muni de son Phd  de bons services rendus à la Banque Mondiale est le cheval de Troie qui tenta de pénétrer dans l'enceinte du pouvoir en y introduisant les Shylock du FMI. Ses idées libérales concernant la dette extérieure ont alerté Boutéflika qui l'a seulement congédié, alors qu'il méritait la chaise électrique pour haute trahison, sa collusion active avec les forces ennemies. Un déculotté sans pudeur, il revient à la charge en tentant une nouvelle opération de sabotage, via la mobilisation des masses.   
-Mouloud Hamrouche, un spécialiste de la météo recyclé en architecte urbaniste, et à ses heures libres, caisse de résonance d'ambitions françaises des nostalgiques de l'Algérie "indépendante sur papier", autrement dirigée par le 2em Bureau français. Un opportuniste de toutes les idéologies, qui comme la météo est variable et imprévisible. L'homme au parapluie d'accompagnateur, un traitre à la nation baignant dans la suffisance et le mépris des siens se lève à la tribune de l’Académie Diplomatique Internationale, à Paris, mendiant un appui pour se replacer sur l'orbite d'une nouvelle carrière politique. Sait-on si son verbiage d'écolier lui a rallier un quelconque appui de ses "très chers frères"(***).
-Said Saadi, le personnage le plus coté à New York, Paris et Londres, pour sa capacité opérationnelle à créer des troubles dans le pays. Il est une sorte de missile, lancé par la NED(**), à plusieurs têtes nucléaires représentées par les utopies: la laïcité, l'amazéghité, les Droits de l'homme, la démocratie, le modernisme, etc...
Dans le cadre de sa formation, ses fréquentes "réunions de travail" avec les Américains, en Algérie et aux USA, font de lui un investissement sûr du NOM. Ses initiatives au sein de la société civile sont concentrées autour de manifestations de masse selon les techniques développées et affinées lors des révolutions de couleur, comme le signale Engdahl (*) et de nombreux analystes et militants dénonçant le NOM.
Il dispose d'ailleurs d'une bonne équipe de jeunes cadres, boursiers formés aux USA, rompus aux techniques de manipulation des foules et à l'art de la provocation verbale et physique.  
-Un ex militaire, le général Rachid Benyellès (****), lui aussi grand opposant au "système", rejoint la fanfare des démocrates en herbe et ne ménage pas son animosité envers Bouteflika, ceci depuis 1999, pour des raisons qu'on ignore mais sans doute parce qu'il n'a pas été suffisamment décoré pour les victoires remportées sur les champs de bataille des coopératives désapprovisionnement  qui ne lui ont valu que le dérisoire grade de général. Peut être que "maréchal" aurait été plus équitable. Sa tribune favorite est le quotidien sioniste Le Monde où il publie ses analyses, une pratique honteuse pour un ancien ministre de la défense de l'Algérie, s'adressant d'un pays qui a presque annihilé notre nation.
Ne prétendant pas épuiser la liste de toutes les organisations engagées dans la contestation, je me dois de mentionner une particulière, celle des "Ulamas", qui durant la colonisation ne s'était jamais prononcée pour l'indépendance de l'Algérie et avait préféré déléguer le Cheikh Ben Badis (*****), en mission à Paris, pour aller mendier "l'assimilation" devant l'Assemblée Nationale Française, une démarche dégradante heureusement sans suite. Plus prudente aujourd'hui, et anticipant peut être un changement (aléatoire) dans la gouvernance du pays, elle a décidé d'embrasser une ligne plus révolutionnaire et se disculper des déboires historiques infâmes du siècle dernier.
Fidèle à leur opportunisme et ne craignant pas l'innovation hasardeuse en Islam, les suppôts religieux tapis à l'ombre de l'assimilation et du socialisme spécifique d'hier, montent aujourd'hui dans le train de la rébellion populaire, une action en accord avec leur mission d'incitation à la division et à la discorde au sein de la Oumma. Wikipedia offre une biographie de ces rénovateurs, El Okbi en est un exemple typique : 
«Il fonda en 1935, au Cercle du progrès, l’Union des croyants monothéistes et devint un ami du grand orientaliste français Louis Massignon«Sur le plan politique il était considéré comme modéré en comparaison des positions affichées par Messali Hadj, leader du mouvement indépendantiste, Parti du peuple algérien. El Okbi était partisan d'une indépendance octroyée progressivement et un des rares oulémas partisans du bilinguisme.»    
Un bref résumé :
Jamais dans l'Histoire de l'Algérie un événement, celui prévu pour le 12 Février 2011, n'a réunit autant de forces renégates, déloyales et collaboratrices de l'ennemi. Ce qui symboliquement souligne les enjeux de ces "manifestations spontanées" qui ont perdu toute leur innocence et sincérité, pour devenir une arme silencieuse aux mains des troupes en civil, celles d'une nouvelle génération de harkis, dont la malveillance est aujourd'hui bien plus ingénieuse et sordide qu'elle ne l'était avant '62. Les jeunes qui risquent d'être entrainés dans cette aventure, sont les victimes d'une manipulation qui mobilise des ressources humaines et matérielles (celles de la NED) aux dimensions insoupçonnées. Les armes silencieuses de destruction massive sont l'arsenal qu'utilisent ces félons. Ceux qui les sous-estiment souffrent de cécité et risquent de se retrouver enchainés aux pieds d'ennemis impitoyables, ennemis que nos démocrates et leurs soutiens médiatiques tentent d'introduire furtivement dans notre demeure.   ___________________________________________________________
(*) Un analyste américain de l'évolution politique et économique captivant un important lectorat et dont les articles ont paru dans de nombreux journaux et magazines et sur des sites internationaux connus . De nombreux livres publiés par F. William Engdahl incluent, " Full Spectrum Dominance : Démocratie totalitaire dans le Nouvel Ordre Mondial ", " Les Dieux de l'argent : Wall Street et la mort du siècle américain " 
et " Seeds of Destruction : The Hidden Agenda of Genetic Manipulation", " Un siècle de guerre: Politique Anglo-American du Pétrole et le Nouvel Ordre Mondial " vient d'être réédité dans une nouvelle édition. Il peut être contacté via son site web.
(**) «Depuis 30 ans, la National Endowment for Democracy (NED) sous-traite la partie légale des opérations illégales de la CIA. Sans éveiller de soupçons, elle a mis en place le plus vaste réseau de corruption du monde, achetant syndicats ouvriers et patronaux, partis politiques de gauche et de droite, pour qu’ils défendent les intérêts des États-Unis au lieu de ceux de leurs membres. Thierry Meyssan décrit ici l’étendue de ce dispositif.» (Lien instructif)
(***) Salutation maçonnique.
(****)Le général 
(*****) Soulignons le fait que le Cheikh, avec M. Bachir El Ibrahimi et T. El Okbi , est un des fondateurs du réformisme, version du wahhabisme qu'ils ont adopté durant leur séjour à Médine, rite qui nous a légué l'Islahisme, le Salafisme, et tous les "ismes" hérétiques qui ont divisé les Musulmans et semé l'horreur dans le pays.
( lien pour plus d'info).  

Aucun commentaire: