31 janv. 2009

Les Harragas,la "presse libre" d'Algérie et les responsabilités .

Pourquoi les "Harragas" ?
La raison de ces agissements irresponsables de la part de jeunes pour la plus part inconscients des conséquences de leurs actes est définitivement à chercher dans nos média.
La presse écrite en général, celle dite "indépendante" en particulier tabassent leurs lecteurs à longueur de d'années avec leurs "scoops" qui mettent en exergue les carences du pays, soulignant inlassablement les méfaits des citoyens marginaux (voleurs, criminels, terroristes, détourneurs de fonds publiques, etc..).
Toutes améliorations notables, aux niveaux sécuritaire-économique- politique-et-social sont occultées intentionnellement ou par omission volontaire. Certains média se sont spécialisés dans le militantisme
chauvin et extrémiste sous couvert d'opposition partisane ou
de défense des "libertés-droits de l'homme".
Les "El Watan-El/Khabar/Soir/Matin/Quotidien, par leur lien
intime avec les BP-Paribas (entre autres), qui les financent,
devraient être soumis à des règles de déontologie plus responsables.
Les gens "croyant ce qu'ils lisent dans le journal", les "intellectuels" qui utilisent leur plume pour diffuser leurs idées devraient être astreints au respect de l'autre, des valeurs nationales collectives,
de l'intérêt du pays, et d'agir en conformité avec les constantes spécifiques à la nation.
-Indépendance de la presse, liberté d'expression, oui !
-Anarchie et chaos. Non!
La"singerie intellectuelle" et l'imitation aveugle sont des maux qui semblent avoir envahi l'esprit de beaucoup de nos journalistes.
Ce qui se dit ou est débattu au Quartier Latin impressionne et
afflige nos intellectuels conditionnant les articles des rédactions dites indépendantes. La langue française étant activement le véhicule de l'idéologie dominante il est vain de croire que nos penseurs sont à l'abri de son influence.
Les média, dans le monde moderne, sont des outils puissants.
Les stratèges de tout bord s'accordent à reconnaitre en leur utilisation un pouvoir qui n'est pas aussi neutre que les militants des "libertés" le prétendent ! L'art de la propagande et de l'intox (information destinée à tromper les esprits) sont des sujets que certains groupes politiques, économiques, religieux ont élevés au rang de science et pour lesquels des budgets colossaux sont alloués.
-Comment peut-on dans le cas de l'Algérie, livrer cette
arme de destruction massive, aux mains de personnes qui
publiquement déclarent leur droit à son accès, mais refusent de se soumettre à toute régulation ou déontologie !?
L'abus de liberté enfante l'anarchie et le chaos.
Il est regrettable de constater que notre presse nationale dite "libre" prêche pour l'indépendance de la justice, qu'ils vilipendent
inlassablement (l'accusant de partialité), et parallèlement occulte
les liens étroit, les alliances et souvent la dépendance qu'elle a contractées avec les organismes étrangers internationaux.
Organisation dont les activités sont régies et les objectifs définis par des officines NewYorkaises, Parisiennes ou Londoniennes auprès desquels bon nombres de nos militants remplissent les rôles de figurants !
Exemples: Les Droits de l'homme et défense des libertés , à l'ombre de la "Freedom House", "Human watch", "Amnisty International",etc.
Freedom House:Du pays qui en est l'initiateur:les États Unis.
Ce grand pays tant attaché aux valeurs démocratiques,aux lobbies religieux(AIPAC) à la liberté d'expression (CNN), au cartel des banques internationales (FMI-World Bank).

Résultat de recherche sur internet:
----------------------------------
"Freedom House":"Officine de propagande créée par Roosevelt pour préparer son opinion publique à la guerre, la Freedom House (Maison de la liberté) a rempilé pour stigmatiser le camp soviétique pendant la Guerre froide. Elle employait à l’époque des intellectuels occidentaux, dont deux Français. Aujourd’hui encore, c’est elle qui organise les campagnes médias internationales pour la liberté religieuse en Chine ou pour la paix en Tchétchènie. Freedom House est désormais présidée par James Woolsey, l’ancien patron de la CIA!!!)".
-Que lisez-vous et qu'en déduisez-vous ?
-Votre esprit est-il traversé d'arrières-pensées ?
Dans le même registre:
"La "Freedom House", qui aspire à surveiller la démocratie et les droits de l'homme dans le monde entier, se présente comme apolitique et humanitaire : Non partisane et à base d'adhésion non discriminatoire, la "Freedom House" est dirigée par un comité directeur composé principalement de Démocrates, Républicains, et Indépendants; d'hommes d'affaires et de dirigeants
syndicaux ; d'anciens hauts fonctionnaires du gouvernement; de chercheurs; d'écrivains; et de journalistes."
"Un centre de la "Freedom House" pour la liberté religieuse, qui a été établie en 1986 en tant que "Puebla Institute", rend compte de la persécution de pratiquants religieux de part le monde et engage un avocat pour leur défense judiciaire. Il est à l'avant-garde des campagnes locales à grande couverture médiatique pour la défense des personnes opprimées pour cause de leur croyance religieuse.
Le centre recense et publie les cas de répression, de torture, et d'emprisonnement abusif, d'expulsion hors du pays des groupes et individus sanctionnés pour leur croyances religieuses."
Les principes humanitaires décrits ci-dessus sont à première vue réassurants, mais lorsqu'on examine leur application dans la pratique, on constate des contradictions majeures et un large fossé se dessine entre les déclarations pompeuses des représentants de l'organisation et les actions qu'ils déclenchent sur le terrain:
-les actions sont discriminatoires, le cas flagrant d'Israël est celui qui inspire le plus, mais plus encore, ces actions sont entreprises sur la base de critères de choix qui sont généralement liées à l'état des relations que les USA entretiennent avec le pays concerné.
-l'appréciation de l'état de la démocratie est subjective, et elle s'accommode toujours de la nature des relations que l'aspirant au "diplôme de démocrate" nourrit avec l'administration US ! Allié ou non-allié, partenaire économique ou concurrent, soumis ou récalcitrant !
Pour compléter l'étude de l'impact de la "Freedom House" sur les relations internationales, il suffirait d'établir le bilan de ses actions tout au long de son existence, depuis 1940, ce que bon nombre d'historiens ont accompli de manière détaillée et exhaustive.
Ce qui nous intéresse, sont les conclusions qui frappent
au premier abord et qui s'énoncent clairement comme suit:
-1- La FH est une organisation qui collabore étroitement avec le gouvernement américain, sinon plus, elle en est un outil de dissuasion, de mise au pas, et souvent fourni les prétextes d'agression militaire unilatérale ou sous les ordres de l'OTAN (NATO).
-2- La FH par son monopole des "normes démocratiques", et du "droit", contrôle par le biais de son réseau international important,
et de ses ramifications tentaculaires(*),une organisation puissante
dont l'ingérence dans les affaires des états est souvent dénoncée car débordant le cadre de ses prérogatives et de sa mission.
Un autre volet de l'étude de la FH réside dans le fait que cette
organisation n'est que le paravent d'un autre organisme encore plus pernicieux et secret, le CFR (Council on Foreign Affairs) qui fera l'objet d'un exposé séparé.
Les lois internationales sont dictées par le plus fort!!
Et les pirouettes qu'accomplissent les diplomates devant la galerie internationale ne sont en fait que des tours de prestidigitation (quand ils veulent sauver les apparences), mais généralement l'occasion d'afficher leur arrogance-effronterie-perfidie-hypocrisie car se sachant couverts et protégés par l'omnipotente tutelle des USA.
Un exemple de tels agissements: La délégation algérienne, composée de journalistes, écrivains et juristes, qui s'est rendue à Tel Aviv a d'une part défié les lois et règles de son pays d'origine et s'est respectueusement inclinée devant celle du plus fort.
Les membres des ONG qui l'ont rejoint exprimaient leur mépris
des contraintes que dictait leur ministère des affaires étrangères.
(*)Exemple en Algérie:
-Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme - FIDH.
-Réseau Euro-méditerranéen des droits de l'Homme - REMDH.
-Organisation mondiale contre la Torture – OMCT.
-Ligue Algérienne des Droits de l'Homme – LADH.
-Ligue Algérienne de Défense des droits de l'Homme – LADDH.
-SOS Disparus.Comité pour les Familles de Disparus en Algérie – CFDA.
-Commission internationale des juristes (CIJ).

Aucun commentaire: