Google+

4 nov. 2011

Boualem Sansal Rejoint L’Écurie Talmude De Madame Chutzpah, N° 666, Rue De L’infidélité.

  À L’École Des Métiers Talmudes : Intox, Déception Et Mensonge.
Un titre tiré sur le flanc, mais pour éviter tout autre dérapage je propose au chanceux lecteur de passage une revue en image des derniers racolages B. Sansal, lauréat du Prix de la Paix au dernier festival international de Berlin. Très apprécié par la gente talmudipède depuis sa conversion au rite rabbinique de la Shoah, ou Shoahbanana comme dirait Dieudonné le baroudeur de la nouvelle vague d'humoristes polico-pédagogues de France (qu'Allah le protège et défait ses ennemis).  Rejoignant le club select des prostituées de classe de la littérature anti-islam, anti-arabe, et dans son cas particulier anti-algérien. B.Sansal peut se vanter d'avoir, dernièrement, éclipsé les renégats Taslima, Hirsi Ali (Lien), Rushdie, etc....  Ces stars et idiots utiles du nouvel Ordre Mondial Talmude, ont par leur mendicité intellectuelle et blasphème religieux convaincu la Kosher Nostra (propagande sioniste) de la nécessité de leur prise en charge et  du mérite de leur promotion commerciale. B.Sansal  s'est investi corps et âme, par ses écrits et déclarations, dans l'éloge des canons et piliers du talmudisme moderne : Shoah et suprématisme juif. 
 Deux thèmes centraux dans la stratégie hégémonique de domination mondiale conçue par la haute sphère des talmudipèdes, les "Sionistes Serviteurs de Satan  " (Six.Six.Six). Démonstration par le texte et l'image :
 1-


2- 
Profession de foi : adopte le judaïsme pour plaire aux "enfants de Satan" et s'engage dans la prostitution intellectuelle pour mériter leur gratitude...  .    
 L'opportuniste Sansal a été adopté par les professionnels de l'édition kosher qui ont décelé en lui un filon d'or et surtout un excellent mulet pour le  transport de la désinformation sioniste, en un mot un vrai porteur de reliques et d'idoles, que la fable a immortalisé :

L'ÂNE PORTANT DES RELIQUES.

Un baudet chargé de reliques s'imagina qu'on l'adorait :
Dans ce penser il se carrait,
Recevant comme siens l'encens et les cantiques.
Quelqu'un vit l'erreur, et lui 

dit :
Maître baudet, ôtez-vous de l'esprit
Une vanité si folle.
Ce n'est pas vous, c'est l'idole,
A qui cet honneur se rend,
Et que la gloire en est due. 
"

D'un magistrat ignorant
C'est la robe qu'on salue.
   
              (Jean de la Fontaine)  
 ...............................................................  
Les images qui suivent, valent mille mots :


"Boualem la saleté" fait étalage de son pédantisme, les idéologues néo-con n'ont qu'à bien se tenir, une star du clash des civilisations est née !

Le Rat-bin et le Hajji Musulman 
Un rat-bin des plus petits voyait un musulman
Des plus grand, et raillait le marcher un peu lent
De la personne de haut parage,
Qui marchait à gros équipage,
S'en allait en pèlerinage.
Le rat-bin s'étonnait que les gens
Fussent touchés de voir cette pesante masse :
" Comme si d'occuper ou plus ou moins de place
Nous rendait, disait-il, plus ou moins importants !
Mais qu'admirez-vous tant en lui, vous autres hommes ?
Serait-ce ce grand corps qui fait peur aux enfants ?
Nous ne nous prisons pas, tout petits que nous sommes,
D'un grain moins que les musulmans. "
Il en aurait dit davantage ;
Mais le chat, sortant de sa cage,
Lui fit voir, en moins d'un instant,
Qu'un rat-bin n'est pas un musulman.

Aucun commentaire: