26 oct. 2013

Algérie-Proposition : Les Avocats Des Printemps Arabes Devraient Être Mobilisés Aux Postes De Frontière Avancés (GGF).

La vague de "révolutions" et de changements de régime anarchiques a valu aux pays concernés l'instauration du chaos et la main mise sur le pouvoir par des groupes composés entre autres de mercenaires de l'OTAN et d'agents au service des CIA/MOSSAD. Cette réalité est amplement documentée, il n'y a pas lieu de la rabâcher même pour ceux qui s'alimentent des chroniques de l'information diffusées à travers les canaux des média dominants. Les réseaux de communication internationaux monopolisés par la Kosher-Nostra possèdent des antennes ici même, en Algérie, réémettant les versions officielles fabriquées dans les rédactions juives mondiales.
Au moment du déclenchement des "printemps arabes", les
deux interfaces de la dialectique hégélienne thèse-anti thèse (islam-mimique/démoncratique) actionnées par les tenants du Nouvel Ordre Mondial Juif, réagirent de manière inattendue, puisqu'ils optèrent pour une position identique : leur soutien aux révolutions (*). Pour des prétextes différents, des partis politiques et des médias d'influence, se retrouvèrent associés dans la même tache : induire l'opinion en erreur en lui brossant un tableau inexacte des enjeux et des conséquences de l'offensive de l'OTAN et de ses alliés naturels (Israël et la Talmuderie internationale) contre les pays aujourd'hui ravagés par l'instabilité, l'insécurité, la faillite économique/sociale/financière, en un mot anéantis par le chaos. Un déferlement incroyable de critiques souvent acerbes furent émises sur la passivité de l'Algérie face au combat pour la démocratie mené par le peuple libyen (sic). Des voix malintentionnées s'étaient élevées pour accuser l'Algérie, son gouvernement et son président, d'apathie. La règle de neutralité et le principe de non-ingérence dans les affaires internes d'autres pays, dans ce cas voisins, réfutait les tentatives locales et internationales visant à entrainer l'Algérie dans les conflits qui se succédèrent, Tunisie, Libye, Mali, etc...
Exemple :
(SlateAfrique) «Le politologue Hasni Abidi, spécialiste (sic) de la Libye et auteur du «Manifeste des arabes», explique pourquoi le départ de Kadhafi va contraindre le régime algérien à la démocratie.» (Voir également LeMatindz, SlateAfrique)

Revues aujourd'hui les décisions et déclarations du gouvernement sont mieux perçues et grandement appréciées, et la sagesse qui a gouverné lors de la polémique initiée par les média de la perfidie, devient manifeste et indéniable. L'énorme service rendu à l'Algérie et à son peuple, à son présent et à son futur, devrait être commémoré comme "fête nationale" (ainsi d'ailleurs que tous les grands accomplissements majeurs enregistrés depuis 1999 ! Voir article au Lien, pour plus amples détails).
Trois ans plus tard le langage tenu par les mêmes média (de la subversion) s'est magiquement et naturellement métamorphosé, s'adaptant à une nouvelle donne géopolitique. Feignant l'innocence et prétextant l'inquiétude, El-Watan, (un cas d'école parmi de nombreux autres) publiait (le 23 oct 2013) :
- Et déclarait :
«Même si la situation demeure tendue au Nord-Mali, où la Minusma doit avoir le renfort prochainement d’un contingent néerlandais, la plus grande inquiétude pour l’Algérie vient du côté libyen. La détérioration continue de la situation en Libye aurait contraint les forces régulières de ce pays à se replier sur les grandes villes, cédant la protection des frontières aux milices.»
- En un mot l'anarchie totale ! 
Un concentré de communiqués (au lien)

-«Dans un communiqué rendu public, le Front des forces socialistes voit dans la chute du régime du guide libyen «une bonne nouvelle pour les militants de la liberté et de la démocratie dans le monde». «Le FFS qui a fait du Maghreb démocratique un élément stratégique de son engagement politique, a pris une position conjointe avec d’autres partis magrébins, afin de soutenir le mouvement du peuple libyen sur la voie de son émancipation du joug autoritaire»
Le Mouvement de la société pour la paix a salué la fin du régime de Kadhafi. Mohamed Djemaa, chargé de communication du parti a félicité le peuple libyen «pour avoir retrouvé sa liberté et tourné la page du passé». Selon lui, ce n’est que justice rendue pour un peuple qui «42 ans durant, a vu ses libertés individuelles et collectives confisqués et ses richesses spoliées». Cela dit, M. Djemaa a estimé que le chemin reste encore long et surtout difficile pour bâtir un État à la hauteur des sacrifices du peuple libyen.»
-D'un candidat à la présidence 2014 (débile et dangereux) : «Le Font national algérien a qualifié de «réussite» la chute du régime de Kadhafi. Son président, Moussa Touati, ne semble point inquiet quant à l’avenir des relations entre Alger et Tripoli. Pour la bonne raison que la philosophie de la diplomatie algérienne est basée sur un credo : le soutien des États et non des régimes.»
-D'El-Islakh : «Le Mouvement El Islah est plus que jamais optimiste quant au rétablissement de bonnes relations entre Alger et Tripoli. Son secrétaire général, Hamlaoui Akouchi a affirmé que le départ du régime est «la concrétisation de la volonté du peuple libyen».
Du côté des personnalités nationales, Abdelhamid Mehri, l’ancien secrétaire général du FLN n’a pas manqué de souligner récemment que l’Union du Maghreb arabe passe impérativement par la chute de régime de Kadhafi. "Nous ne pouvons pas imaginer l’Union du Maghreb avec Kadhafi".»
- Un nostalgique : «L’ancien ambassadeur Abdelaziz Rahabi a noté que ces erreurs sont dues, entre autres, à l’absence de fonctionnement institutionnel de la diplomatie algérienne et du pays de manière générale. Ce qui pose un problème primaire de la gestion des affaires du pays : non seulement les positions officielles privilégient les intérêts du régime sur ceux du pays, mais de plus, l’Algérie ne dispose pas des structures en mesure de s’adapter à une situation mouvante, comme le fut la crise libyenne. Les institutions algériennes ne fonctionnent même plus en temps normal. Comment peuvent-elles fonctionner correctement en temps de crise ?»
-Fawi Ali Rebaine Ahd 54 : «Par ailleurs, l’ancien candidat à la présidentielle de 2009 pense que la diplomatie algérienne, dans sa gestion de la crise libyenne, a renié la tradition algérienne qui consistait à soutenir les peuples en lutte pour leur liberté. «C’est tragique de voir l’Algérie soutenir un dictateur qui tire sur son peuple» 
Puis quelques lignes plus tard, contradiction :

«Et si le pouvoir persiste dans cette logique d’autosatisfaction, le chaos risque d’être inévitable. Les exemples tunisien et égyptien sont là et la crise libyenne est à nos portes. Il faut prendre la mesure et la gravité de la situation.»
                           _________________
Quand aux commentaires des média, il n'y a pas lieu de s'étendre sur le sujet, rappelant seulement que la majorité fonctionnait en "chambres de résonance" des média extérieurs (AFP, REUTERS, Le MONDE, ...), applaudissant la révolution suicidaire déclenchée par l'OTAN/CIA/Mossad et leurs mercenaires. 
Avec son enthousiasme habituel pour la promotion du nihilisme, Kamel Daoud chargea ses chroniques et discours anti-islam, anti-arabe, pro-sioniste, avec le même message d'exhortation aux troubles. Tout en affichant son mépris coutumier et se délectant du spectacle affligeant que la crise offrait au monde entier, il s'empara de l'occasion pour fustiger l'attitude réservée de l'Algérie. Remplissant convenablement sa mission de provocateur et son rôle d'incendiaire au sein des rédactions de SlateAfrique, Algérie-Focus et QuotidienD'Oran. 
N'est pas fortuite l'éloge que lui accorde SlateAfrique, le site juif, administré par les juifs pour la consommation des naïfs Goyim. Ou celle d'ARTE que je rapporte dans la photo suivante :



Conclusion :
Ce retour sur des tristes événements, dont les conséquences désastreuses ne sont pas toutes recensées, ni l'impact à long terme évalué, a pour but de suggérer aux responsables en charges de sécurité à nos frontières d'étudier la décision de mobiliser toutes les personnes qui ouvertement ou du bout des lèvres, exprimèrent leur soutien aux "révolutions démocratiques ".
-Dans quel but ?
-Pour leur faire goûter la potion qu'ils recommandaient aux autres.
Assis confortablement dans leur fauteuil, ils n'avaient pas ménagé les encouragements aux rats de Benghazi d'alors. Les uns voyant en eux la naissance du califat wahhabite, les autres une victoire du peuple sur la dictature.
La situation en Égypte a encore une fois donné l'occasion à des célébrations publiques malgré la déconvenue libyenne.
En réponse à leur persistance dans l'erreur et à titre de rétribution pour leur insouciance du préjudice porté au pays par leur propagation de la désinformation, l'autorité responsable devrait décréter leur entière responsabilité pour les opinions et les écrits relatifs à toute crise majeure passée ou à venir.
Cette tentative de manipulation de l'opinion était malicieusement accompagnée d'incitation à la débauche (du peuple) et à la révolte aveugle. L'oxymore révolution / printemps / destruction était soigneusement enveloppée dans les utopies "liberté", "changement", "victoire du peuple", "démocratie", "renaissance de l'Islam", "instauration du califat", etc...
Les grands défis à relever dans un futur immédiat sont :
-premièrement, celui de reconnaitre les personnalités /charlatans de la politique et de l'information qui ont vanté la "descente en enfer" des pays cités;
-deuxièmement, de s'assurer que ceux parmi ces délinquants, opportunistes et ignorants qui ont démontré leur irresponsabilité lors des événements graves (qui se déroulent toujours sous nos yeux), n'aient jamais le pouvoir de décider de notre avenir ou de gérer nos affaires, tant leur nuisance connue ou prévisible est devenue manifeste. 
N'oublions pas de déclarer nos louanges à Allah pour la bénédiction dont Il nous entoure et écartant cette nébuleuse néfaste qui aspire aujourd'hui à la gouvernance et au pouvoir de décision (présidentielles) !
Notons leurs noms et soyons sur nos gardes chaque fois qu'ils tenterons de nous leurrer par leurs discours démagogiques et leurs critiques calomnieuses du "système"
Bouteflika !
Autre suggestion à nos responsables de la défense nationale :
Touati et Rebaine à la frontière malienne.

Soufiane Djilali à la frontière libyenne.

Attachez ces brebis galeuses ou "chèvres de MrSeguin" aux endroits frontaliers potentiellement dangereux (activité et incursions terroristes) en espérant qu'ils attirent les terroristes coupeurs de têtes et permettre l'éradication des hordes de mercenaires qui rodent près de nos frontières. C'est le seul service que ces pourfendeurs et ennemis furtifs du pays pourraient rendre à la patrie.
_______________________________
(*) Note :
Comme "l'homme a tendance à vite oublier", il est intéressant de jeter un regard rétrospectif sur ces crises arabes et juger de l'entrain de nos média et des personnalités politiques locales et internationales à nous trainer dans le merdier déposé par l'OTAN, BH Levi et ses coreligionnaires, et les agents locaux (El Watan, etc...).
Le grand service rendu au chercheur par l'internet est la facilité de tracer les documents de la période et constater le peu de fiabilité et les intentions diaboliques des média et du monde politique qui militaient en faveur d'une ingérence de l'Algérie dans les crises des pays voisins. Ceci après qu'ils aient échoué à entrainer l'opinion dans la même aventure "printanière" !
Quel aperçu de "l'histoire vivante" nous avons entre nos mains avant que ne soit diffusée celle "morte" dite aussi "officielle", livrée par la Kosher Nostra !
Les moteurs de recherche sont infaillibles pour ce genre de travail, et des résultats impressionnants sont au bout d'un clic de souris.
-Cherche (le traitre), tu trouves !

                                À Suivre.......



Aucun commentaire: