7 déc. 2010

«Wikileaks, Une Bouée De Sauvetage Pour Nos Aigris Revanchards Semmar, Kadi Ihsan et compagnie. Les Commères Du Hammam Paribas Colmatent Les Fuites Du Bateau Naufragé D'El Watan.

Préambule.
A défaut de journalisme informatif, objectif et non partisan, El Watan s'est depuis toujours spécialisé dans la diffamation et la calomnie: de l'Islam, des représentants du peuple, de Bouteflika, de la langue et de la culture arabe. Il s'est positionné dans le clan des défenseurs de la laïcité laxiste et permissive, et a rejoint le camp des ennemis de l'Algérie qui militent sous la bannière des ONG crées et administrées par les maitres de l'intrigue judéo-talmude, Kissinger et Brezjinsky. La mission dont est chargé El Watan consiste essentiellement à effectuer un travail de sape psychologique
en créant le mécontentement chez les  Algériens là où existe un terrain de discorde ou des différences d'opinion.
Pire, El Watan joue le rôle de catalyseur dans les situations qui menacent la stabilité et le bien être du pays
(énumérés dans le désordre)  :
-en versant de l'huile sur le feu des conflits politiques et en les exaspérant, 
-en narguant les islamistes pour les provoquer et les pousser dans le piège de l'extrémisme et de la violence,
-en vilipendant et caricaturant le FLN , 
-en critiquant la politique de réconciliation nationale prônée par Bouteflika, avant la publication du résultat du référendum sur la question et après le verdict populaire,
-en prétendant défendre la cause des familles des "disparus" pour dénigrer les mesures de clémence et d'amnistie, et paradoxalement
-en réclamant le rétablissement des droits politiques et l'accès au débat démocratique des criminels, responsables de la tragédie nationale, le couple Abbassi-Belhaj ! 
-en défendant les intérêts des firmes étrangères, lors de l'énoncé de mesures de défense de l'économie nationale (loi des finance complémentaires)  ou en ouvrant la porte à l'ingérence des institutions internationales (FMI-Banque mondiale) instigatrices de la famine et de la pauvreté dans les pays en sous développement, 
-en agitant et incitant les mouvements marginaux de militants de la "balkanisation" : certains Berbères-Amazigh, Mozabit, Chrétiens  et même évangélistes étrangers infiltrés sournoisement dans le pays, 
-en amplifiant le sentiment de "mal vie" de la population,
-en exagérant les carences de l'économie et le fonctionnement défectueux de certaines administrations,
-en déclarant faussement la faillite du "système", c.a.d l'Algérie,
-en manipulant l'interprétation des statistiques des bilans économiques et financiers du pays, depuis 1999,
-en omettant de mentionner les progrès enregistrés ou en sous-évaluant  les performances économiques réalisées,
-en métamorphosant, par magie, les richesses du pays en pauvreté  (fraudes intellectuelles, fantasmes apocalyptiques et utopies de la théorie économique, ou cf. Dr Benbitour, agent secret-007, au service de sa majesté la Banque Mondiale !)        
-etc, etc...
Une question s'impose donc : le journalisme serait-il, aux mains de "Belhouchet-et-acolytes", une arme silencieuse pour une guerre tranquille contre l'Algérie
Petit soldat, le directeur d'El Watan recevrait-il ses ordres de quelque général qui nous cherche noise, et qui dispose de la force de frappe (financière) de BNP Paribas
Ceci pour le passé et le présent immédiat. Quand à l'avenir, El Watan développe de nouvelles armes silencieuses et semble avoir opter pour du "made in USA", pays de Lucky Luke. Wikileaks lui a fournit des prototypes homologués par le centre d'expertise "המוסד למודיעין ולתפקידים מיוחדים". (Mossad, pour les non initiés).
Un prochain article de ce blog résumera les résultats des premiers essais de cet armement (essais effectuées dans les salles de tir de la rédaction).
(A suivre...)
 

Aucun commentaire: